GROUPE/AUTEUR:

JOE BONAMASSA

(ETATS UNIS)

TITRE:
DRIVING TOWARDS THE DAYLIGHT (2012)
LABEL:
PROVOGUE RECORDS
GENRE:
BLUES

"Tout en respectant un cahier des charges relativement classique pour son auteur, ce dixième album ne manque pas pour autant de variété ni de personnalité."
LOLOCELTIC - 16.01.2017 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Décidément, Joe Bonamassa est un véritable stakhanoviste. Entre ses albums studios ("Black Rock" en 2010, et "Dust Bowl" en 2011), sa collaboration avec Beth Hart ("Don't Explain" en 2011) et sa place au sein de Black Country Communion ("Black Country Communion" en 2010 et "2" en 2011), le talentueux guitariste et chanteur ne semble jamais lever le pied, tout en maintenant ses nombreuses productions à un haut niveau d'exigence. Certes, "Black Rock" marquait légèrement le pas, mais tout ceci restait relatif par rapport à la qualité générale de l'œuvre de l'artiste. À nouveau épaulé par Kevin Shirley à la production, Joe Bonamassa nous offre donc la suite de sa carrière solo avec son dixième opus studio intitulé "Driving Towards The Daylight".

Aux côtés des désormais fidèles Anton Fig (batterie) et Carmine Rojas (basse), une nouvelle brochette d'invités prestigieux vient participer aux réjouissances, parmi lesquels les guitaristes Brad Whitford (Aerosmith), Blondie Chaplin (Rolling Stones) et Pat Thrall (Asia, Hughes/Thrall, Pat Travers), le bassiste Michael Rhodes, et le légendaire chanteur australien Jimmy Barnes. Comme à son habitude, le maître des lieux alterne les reprises et ses propres compositions, même si cette fois, le nombre de ces dernières est assez limité. Avec seulement trois titres, le compte pourrait ne pas y être pour certains, même si la qualité est largement au rendez-vous. En effet, entre le riff martelé et obsédant de 'Dislocated Boy', qui n'est pas sans rappeler celui de 'The Ballad Of John Henry', l'envoûtant titre éponyme alternant les changements de tempo et dégageant une délicate mélancolie, et un 'Heavenly Soul' digne d'un gros cube lancé sur la route 66 et doté d'un magnifique solo dont Joe Bonamassa a le secret, il y a ici de quoi satisfaire les aficionados du génie de la six-cordes.

De leur côté, les covers bénéficient, comme d'habitude, d'un traitement trouvant le juste équilibre entre respect et attribution. Le meilleur exemple est probablement le 'Lonely Town Lonely Street' de Bill Withers qui voit sa soul d'origine flirter avec un bon gros hard-rock aux accents revival sur lequel vient se greffer une belle jam durant laquelle les soli en tous genres se multiplient. De son côté, le blues sudiste du 'Stones In My Passway' de Robert Johnson bénéficie également d'un surplus de puissance, alors que le 'Somewhere Trouble Don't Go' de Buddy Miller semble tout droit sorti d'un album de ZZ Top. A noter également deux superbes ballades avec la surprenante 'A Place In My Soul', œuvre de Bernie Marsden (ex Whitesnake) durant laquelle le temps suspend son vol alors que plane l'ombre de Gary Moore. De son côté, 'New Coat Of Paint' de Tom Waits se fait crépusculaire et profite également d'un nouveau superbe solo.

"Driving Towards The Daylight" ne sera pas encore l'album de trop pour Joe Bonamassa. Tout en respectant un cahier des charges relativement classique pour son auteur, il n'en manque pas pour autant de variété ni de personnalité. Comme ses prédécesseurs, il possède encore son lot de pépites qui viendront étoffer une setlist pour laquelle il va devenir de plus en plus difficile de réaliser des arbitrages, à moins de se lancer dans des concerts de plus de trois heures.

NB: À noter que l'équipe qui a enregistré la reprise du 'Too Much Ain't Enough Love' de Jimmy Barnes, énorme tube ayant passé cinq semaines en tête des hit-parades australiens, a également réalisé un cover du 'Crazy' de Deep Purple. Si ce titre n'est pas présent sur l'album, il est facilement trouvable sur le net et mérite largement le détour.

Plus d'information sur http://www.jbonamassa.com



GROUPES PROCHES:
LAYLA ZOE, JEFF BECK, JOE LOUIS WALKER, GARY MOORE, ROBERT CRAY, GENERAL STORE, BETH HART, MARK KNOPFLER, BETH HART & JOE BONAMASSA, ERIC CLAPTON

LISTE DES PISTES:
01. Dislocated Boy - 6:39
02. Stones In My Passway - 3:57
03. Driving Towards The Daylight - 4:50
04. Who's Been Talking? - 3:28
05. I Got All You Need - 3:03
06. A Place In My Heart - 6:47
07. Lonely Town Lonely Street - 7:07
08. Heavenly Soul - 5:55
09. New Coat Of Paint - 4:06
10. Somewhere Trouble Don't Go - 4:58
11. Too Much Ain't Enough Love (feat. Jimmy Barnes) - 5:37


FORMATION:
Anton Fig: Batterie
Arlan Schierbaum: Claviers / Piano
Carmine Rojas: Basse
Joe Bonamassa: Chant / Guitares
Michael Rhodes: Basse
Blondie Chaplin: Guitares / Invité
Brad Whitford: Guitares / Invité
Harrison Whitford: Guitares / Invité
Jimmy Barnes: Chant / Invité
Kevin Shirley: Guitares / Claviers / Batterie / Invité
Pat Thrall: Guitares / Invité


TAGS:
Accessible / FM, Bluesy, Sudiste, Guitar-Hero, Reprises, Chant éraillé
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC JOE BONAMASSA
DERNIERE ACTUALITE
JOE BONAMASSA: Nouvel album en octobre
Toutes les actualités sur JOE BONAMASSA
DERNIER ARTICLE
JOE BONAMASSA - LA SEINE MUSICALE - 10 MAI 2019
Magistral Tous les articles sur JOE BONAMASSA
NOTES
4/5 (1 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
SEPULTURA: Machine Messiah (2017)
THRASH Sepultura nous propose un disque frais, varié et intelligent qui le voit s'ouvrir vers des horizons éloignés du thrash pour un résultat brillant.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
THE BROWNING: Isolation (2016)
METAL PROGRESSIF The Browning délivre une musique qui fait disparaître les barrières entre les genres, qui donne envie de se bouger, de se révolter, finalement qui parle aussi bien au corps qu'à l'esprit.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT JOE BONAMASSA
JOE-BONAMASSA_Redemption
Redemption (2018)
5/5
3/5
AUTRE LABEL / BLUES
JOE-BONAMASSA_Blues-Of-Desperation
Blues Of Desperation (2016)
3/5
-/5
MASCOT LABEL GROUP / ROCK
JOE-BONAMASSA_live-at-radio-city-hall-music
Live At Radio City Hall Music (2015)
4/5
-/5
MASCOT LABEL GROUP / ROCK
JOE-BONAMASSA_Different-Shades-Of-Blue
Different Shades Of Blue (2014)
4/5
-/5
MASCOT LABEL GROUP / ROCK
JOE-BONAMASSA_Dust-Bowl
Dust Bowl (2011)
4/5
4.5/5
MASCOT LABEL GROUP / BLUES
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020