GROUPE/AUTEUR:

MIKE OLDFIELD

(ROYAUME UNI)

TITRE:
RETURN TO OMMADAWN (2017)
LABEL:
MERCURY
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"27 ans après "Amarok", "Return to Ommadawn" renoue avec le souffle épique des plus belles épopées de Mike Oldfield. Tout simplement incontournable."
TONYB - 09.02.2017 - (2) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
Personnage insaisissable depuis ses débuts, Mike Oldfield continue, après plus de quatre décennies de carrière, de surprendre ses fans. Ainsi, l’annonce d’un retour aux sources avec l’utilisation d’instruments acoustiques pour son nouveau projet laissait le fan tout à la fois plein d’espoir mais également dubitatif tant ses différentes productions depuis 20 ans ont eu l’art de souffler le chaud et le froid.

Et pourtant, au fil des annonces savamment orchestrées tout au long du projet, l’espoir de renouer avec les grandes œuvres du passé a pris de l’ampleur. Le titre tout d’abord, suffisamment explicite pour susciter tous les fantasmes… avec toutefois une méfiance liée au précédent "Tubular Bells III" (plutôt un bon album en soi mais dans un style bien différent de ses prédécesseurs). La structure ensuite, voulue pour coller aux codes de la fameuse trilogie inaugurale de la discographie de l’artiste : deux plages de vingt minutes chacune, idéales pour remplir une galette vinyle dont le revival actuel se veut gage de succès futur. Et puis la liste complète des instruments, proposée en amuse-bouche six mois avant la publication de l’album, faisant de nouveau la part belle aux instruments acoustiques, celtiques, suivant de peu le dévoilement des 55 sections réparties entre les deux plages. 

Inutile de dire que l’attente fut longue et qu’une certaine appréhension m’envahit au moment de glisser la galette dans la platine. Mais, dès les premières notes, une magie enchanteresse que je n’avais pour ma part plus ressentie depuis fort longtemps distille ses notes cristallines à travers les enceintes. Aucun doute possible, le grand Mike Oldfield est de retour. Mélodies travaillées à la guitare classique, superposition de thèmes en arrière-plan, instruments acoustiques en tous genres, percussions, chorus de guitare électrique reconnaissable entre mille, parties de basse rappelant la formation originale de l’artiste, le tout mixé avec une qualité irréprochable et une spatialisation unique y compris en stéréo (en attendant de pouvoir écouter la version 5.1).

Dès les premières minutes, l’émotion est palpable, provenant autant de la qualité de l’œuvre que de cette interminable attente (plus d’un quart de siècle depuis le dernier opus du genre – "Amarok") et l’auditeur se retrouve projeté dans un univers pastoral, évoquant effectivement "Ommadawn" mais aussi et surtout "Hergest Ridge". Alors bien entendu, Mike Oldfield étant plutôt doué dans le recyclage, chacun cherchera à comparer cette nouvelle livraison avec les œuvres précédentes, à y retrouver des éléments connus, des références plus ou moins marquées. Et effectivement, une écoute attentive renverra l’auditeur à une grande majorité des 25 albums qui ont précédé celui-ci, notamment au niveau des sonorités employées, voire même au-delà avec une reprise à la guitare de la rythmique du Boléro de Ravel ! Mais "Return to Ommadawn" possède sa propre identité et doit s’écouter non en faisant fi du passé, mais plutôt comme une magnifique synthèse de celui-ci.

Et contrairement à un "Amarok" dans lequel régnait une tension palpable, Mike Oldfield a souhaité laisser respirer sa guitare, proposant de nombreux passages où celle-ci se retrouve affublée d’un accompagnement minimal, laissant la mélodie dégager une foultitude d’émotions, plus particulièrement dans la deuxième partie, comme pour mieux souligner ensuite les superbes montées en puissance et les chorus qui ponctuent notamment la fin de chaque suite. De même, le maestro indique avoir volontairement évité de retravailler jusqu’à plus soif son interprétation, la laissant la plus brute possible, quitte à conserver quelques pains de ci de là, renforçant encore cette sensation d’authenticité et d’émotion à fleur de peau qui transpire de cette galette.

Retour inespéré ou début d’un nouveau cycle (Tubular Bells 4 est d’ores et déjà annoncé …), "Return to Ommadawn" renoue avec le souffle épique des plus belles épopées de Mike Oldfield, lequel n’a rien perdu de son talent de compositeur et d’interprète ni de sa capacité à déclencher des émotions fortes. Pour ma part, quand une musique me fait monter les larmes aux yeux de cette manière, je ne peux que considérer qu’elle atteint parfaitement son but. A consommer sans modération.

Plus d'information sur http://www.mikeoldfieldofficial.com/



GROUPES PROCHES:
EUREKA, ROBERT BERIAU, MOLECULE, AETHER, WILLOWGLASS, MAGENTA, YANN TIERSEN, THE HEALING ROAD, ETERNAL WANDERERS, KOMPENDIUM

LISTE DES PISTES:
01. Return to Ommadawn, Pt. I - 21:10
02. Return to Ommadawn, Pt. II - 20:57


FORMATION:
Mike Oldfield: Guitares / Basse / Claviers / Mandoline, Ukulele, Harpe Celtique, Bodhran, Glockenspiel, Penny Whistle

TAGS:
70's, 80's, 90's, Acoustique, Celtique, Epique, Folk, Instrumental, Symphonique
 
 
(2) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
REALMEAN - 24/11/2017 -
0 0
3/5
Voilà des mois que j'écoute et que je réécoute ce "Return", sans parvenir réellement à lui faire passer le cap des 3 étoiles. Et pourtant, à priori, tout est reluisant : la résurrection de l'esprit du génie oldfieldien, la relecture du plus beau chapitre de la discographie, la célébration de l'album concept, la production somptueuse. Et puis, au fur et à mesure des écoutes, je diagnostique tout doucement l'absence du coup de coeur. La production est somptueuse, justement, au détriment de l'esprit qui sied à ce genre musical. Et je serais assez d'accord avec Darwinwild sur certains points, notamment sur le fait que le cheminement de l'album est assez peu contrasté. A la fois sur le fond et sur la forme : pour s'apercevoir, finalement, du manque d'envergure de cette livrée, il n'est pas nécessaire de revenir à celle de son illustre aîné. Il suffit de redécouvrir les créations progressives les plus récentes de Mike Oldfield, notamment "Amarok" et "Tubular Bells II", et de reprendre une claque sur ce que signifie l'écriture à tiroirs lorsque le bonhomme maîtrise son sujet. Pour autant, je n'entends sûrement pas cracher dans la soupe, et il faut reconnaître que "Return..." procure un réel plaisir d'écoute, notamment avec sa deuxième partie. J'attribue bien volontiers les 4 étoiles au thème envoutant qui sévit dans ce Part II, et qui démarre au début de la 3ème minute... M. Oldfield, pour le prochain opus, la même chose avec + de chaleur acoustique, et + de folie... Ce n'est pas cela qui faisait défaut, avec le Part II d'un certain "Tubular Bells".
DARWINWILD - 17/08/2017 -
0 0
4/5
27 ans après nous revoilà plongé dans la magie d'Ommadawn.

Malgré tout même si après plusieurs écoutes je reste à apprécier cet album il me semble nettement moins profond, créatif et magique que celui de 1975. Il y a certes de très bonnes idées mais il manque ce petit truc qui fait que "ommadawn" reste et restera à jamais parmi les grands chefs-d'oeuvre de Mike Oldfield.

Point forts de l'album:
- la qualité de la production
- les couleurs et ambiances sont sympas
- un bon coté planant qui manque tant à certaines de ces oeuvres

Point faibles de l'album:
- manque le coté frais et acoustique de l'oeuvre de 1975
- les percussions étaient plus authentiques sur l'oeuvre de 1975
- manque de contraste entre les différentes parties de l'oeuvre

Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC MIKE OLDFIELD
DERNIERE ACTUALITE
MIKE OLDFIELD: Return To Ommadawn
Toutes les actualités sur MIKE OLDFIELD
NOTES
4.8/5 (4 avis) 4.3/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
MIKE OLDFIELD: Ommadawn (1975)
ROCK PROGRESSIF Loin des sirènes de la mode qui le mèneront aux errances qu'on lui connaît, le jeune Mike Oldfield nous sert ici un album sans concessions, parfait de la première à la dernière note.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
THE DEAR HUNTER: The Colour Spectrum Complete Collection (2011)
ROCK INDÉ Traduire la musique en couleurs, tel est le pari ambitieux de cette collection d'EPs, au résultat inégal, mais témoins de l'inventivité de leur auteur.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MIKE OLDFIELD
MIKE-OLDFIELD_Man-On-The-Rocks
Man On The Rocks (2014)
3/5
3.3/5
VIRGIN / POP
MIKE-OLDFIELD_Tubular-Beats
Tubular Beats (2013)
1/5
-/5
EDEL / AUTRES
MIKE-OLDFIELD_Music-of-the-Spheres
Music of the Spheres (2008)
2/5
4/5
UNIVERSAL / ROCK PROGRESSIF
MIKE-OLDFIELD_Light--Shade
Light + Shade (2005)
1/5
4/5
MERCURY / AUTRES
MIKE-OLDFIELD_Art-In-Heaven-Live-In-Berlin
Art In Heaven (Live In Berlin) (2003)
2/5
3/5
WARNER / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020