ARTISTE:

THRESHOLD

(ROYAUME UNI)
TITRE:

LEGENDS OF THE SHIRES

(2017)
LABEL:

NUCLEAR BLAST

GENRE:

METAL PROGRESSIF

TAGS:
""Legends of The Shire" est certainement l'un des plus beaux albums de l'année. Threshold y revient pour notre plus grand plaisir aux bases posées avec "Hypothetical" ou "Critical Mass". Une réussite !"
THIBAUTK (25.09.2017)  
5/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

On avait laissé Threshold au bord du chemin après "For The Journey", œuvre qui au fil du temps a perdu de sa superbe et s'est muée en promenade de santé. En effet, à mon sens et après maintes écoutes, Damian Wilson y apporte une orientation presque pop, et nécessairement moins metal. Ainsi, peut-être à juste titre, le groupe a remplacé son chanteur par un ex Threshold : Glynn Morgan présent sur "Psychedelicatessen". 

Avec cette nouvelle production, les Britanniques jettent un pavé dans la mare métallique et ajoutent une nouvelle pierre monumentale qui nous conforte dans la quête d'une essence musicale pure. "Legends of The Sires", concept de plus d'une heure trente, repose sur un thème fédérateur : comment une nation ou une personne peut-elle trouver sa place dans le vaste monde ? Tout est mis en œuvre pour proposer un album à la fois direct qui percute dès les premiers instants, mais recèle une myriade de variations, d'idées et de petits bonheurs intimes. En effet, même si la formation a toujours privilégié des titres metal et des riffs ultra carrés, elle les parsème d'une multitude de mesures impaires et de changements de signature.

Threshold c'est aussi un son unique qui est identifiable dès les premières secondes : la guitare solitaire aux mélodies étourdissantes, les soli rapides et techniques, la basse qui ronfle comme un ivrogne, la batterie carrée mais pleine de variations et de feeling et les synthétiseurs aux sonorités actuelles. Ainsi, même avec ce changement de frontman, le groupe demeure tel qu'il était et fait ce qu'il sait faire de mieux et de plus beau. Cerise sur le gâteau, cette beauté est exhaussée par une production limpide et puissante et un art de la composition, du contrepoint, des mélodies et des césures proprement hallucinant.
 
Dès les premiers instants ('The Shire (Part 1)') la mélodie d'une six-cordes dépouillée nous titille les esgourdes. Ces petites phrases sont dès lors le leitmotiv qui guidera notre aventure musicale, disséminées comme des points d'ancrage lors de ce voyage musical. Puis la guitare épaisse, chaude et précise, gronde et cisaille les mesures tel un scalpel, alors que la voix entonne une ode charmante et se fond dans ce décor avec une aisance redoutable ('Small Dar Lines'). Nous reconnaissons d'emblée le point fort de la bande : savoir intégrer les synthétiseurs désincarnés, sans qu'ils ne soient jamais ni trop en retrait, ni trop présents, mais toujours justes. Par ailleurs ce premier refrain est bluffant, car ces messieurs possèdent un réel talent pour diffuser des mélodies qui se reprennent immédiatement à tue-tête.

Débutant par les propos robotiques et désincarnés, 'The Man Who Saw Through Time' est une fausse ballade apaisée. Bien qu'elle débute avec un piano intimiste qui nous invite à rêver, elle se change rapidement en tour de force musical grâce notamment à la mélodie qui prend aux tripes : une beauté renversante et angélique, un goût de jardin d'Eden.

Nous avons ensuite notre lot de compostions qui arpentent des territoires balisés ('Trust The Process'), mais avec cette voix puissante, elles sautent à nouveau dans le style caractéristique du groupe que l'on adule. Enfin, le désormais très connu 'Lost In Translation' impose un consensus, une synthèse des éléments de cette nouvelle (?) génération de la formation : guitare émouvante aux harmonies étourdissantes et aux riffs faussement simples, voix entre puissance brute et charme discret et claviers caverneux, chauds ou froids, qui remplissent l'espace.

Ainsi, après un album sympathique qui était plus progressif que metal, les Anglais reviennent aux bases posées avec "Hypothetical" ou "Critical Mass". La formation a gagné en puissance et a enfin retrouvé son identité si particulière. Du haut de son heure et demie, le concept nous accompagne en quête d'absolu musical, se traduisant par des moments lumineux, par des étourdissements qui étirent le temps et laissent des traces indélébiles. "Legends of The Shire" est d'ores et déjà l'un des plus beaux albums de l'année.


Plus d'information sur http://www.thresh.net





LISTE DES PISTES:
01. The Shire (Part 1)
02. Small Dark Lines
03. The Man Who Saw Through Time
04. Trust The Process
05. Stars And Satellites
06. On The Edge
07. The Shire (Part 2)
08. Snowblind
09. Subliminal Freeways
10. State Of Independence
11. Superior Machine
12. The Shire (Part 3)
13. Lost In Translation
14. Swallowed

FORMATION:
Glynn Morgan: Chant
Johanne James: Batterie
Karl Groom: Guitares
Richard West: Claviers
Steve Anderson: Basse
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
EDDYA
25/09/2017
175
  0 0  
3/5
Mouais, ... après l'avoir écouté une 10ne fois, je ne suis pas super fan. La production est irréprochable et le chanteur (même si une copie des deux autres lol) ne fait rien de fou, il n'apporte pas vraiment par rapport au anciens.

Les compositions sont d'un basique, elles auraient pu apparâtre sur Critical Mass, quoi que, il y a dans plusieurs chansons un ajout de samples electro pour cacher la pauvreté des arrangements.

Finalement, ce n'est pas un mauvais album en soit, ça s'écoute, mais que c'est déjà vu!

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4.2/5 (4 avis)
STAFF:
4.7/5 (6 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
THRESHOLD: Nouvel album live en octobre
DERNIERE INTERVIEW
THRESHOLD (NOVEMBRE 2014)
Avant leur concert au Covent Garden Studio, Damian Wilson nous a accordé une interview dans laquelle il se dévoile, nous transmet son amour de la musique et sa joie d'être avec Threshold.
 
AUTRES CHRONIQUES
SECRET SPHERE: The Nature Of Time (2017)
METAL MELODIQUE - Original, personnel, varié, difficile de demander plus à Secret Sphere. Tout simplement l'un des meilleurs albums de l'année en matière de heavy metal.
INNUENDO: The Road Not Taken (2017)
ROCK - Les titres qui cheminent dans ce "Road Not Taken" revêtent une certaine mélancolie latente​ et une énergie contenue. La démarche sincère et le cœur mis à l'ouvrage, après des longues années d'absence, compensent en partie le manque de surprises et d'évolution.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THRESHOLD
THRESHOLD_FOR-THE-JOURNEY
For The Journey (2014)
5/5
4.7/5
NUCLEAR BLAST / METAL PROGRESSIF
THRESHOLD_March-Of-Progress
March Of Progress (2012)
5/5
4.6/5
NUCLEAR BLAST / METAL PROGRESSIF
THRESHOLD_Dead-Reckoning
Dead Reckoning (2007)
4/5
4.4/5
NUCLEAR BLAST / METAL PROGRESSIF
THRESHOLD_Subsurface
Subsurface (2004)
4/5
3.8/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
THRESHOLD_Critical-Energy--Dvd
Critical Energy - Dvd (2004)
3/5
3/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021