GROUPE/AUTEUR:

QUINN SULLIVAN

(ETATS UNIS)

TITRE:
MIDNIGHT HIGHWAY (2017)
LABEL:
MASCOT LABEL GROUP
GENRE:
POP / BLUES

"Des chansons pop dans un emballage blues. Un album décevant de l’enfant prodige Quinn Sullivan qui n’a que l’excuse de ses dix-huit ans."
NEWF - 16.03.2017 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
2/5
Quinn Sullivan est un enfant prodige. Repéré par la télévision américaine à l’âge de six ans puis révélé au public par Buddy Guy dont il fait la première partie en 2009, il devient vite le petit protégé de la scène blues américaine et joue avec Eric Clapton, Joe Bonamassa et B.B. King qui lui offrent une exposition médiatique aussi précoce que dangereuse. Quinn Sullivan a maintenant dix-huit ans et "Midnight Highway" est déjà son troisième album studio après "Cyclone" en 2011 et "Getting There" en 2013 qui, sans être transcendants, avaient le mérite d’être des albums de blues attendrissants, eu égard au jeune âge et à la précocité du musicien.

Un enfant gâté peut-il jouer et chanter le blues ? Telle est la question qu’il est tentant de se poser à l’écoute de "Midnight Highway". Le jouer, sans aucun doute. Car il est sûr que, sans être le génie de la guitare vanté par ses illustres ainés, Quinn Sullivan est un bon guitariste qui peut parfois s’avérer inspiré, notamment sur le morceau d’ouverture ‘Something For Me’, blues rock influencé par ZZ Top, et sur les deux instrumentaux de l’album : la jolie ballade blues ‘Buffalo Nickel’ et le titre ‘Big Sky’, à l’ambiance surf music très agréable.

Chanter le blues s’avère par contre beaucoup plus exigeant. Et l’adolescence a fait son œuvre, impitoyable et sans concession. Quinn Sullivan n’a pas une voix blues et ne l’aura sans doute jamais. Mais il s’est fait un nom. Et le marketing ne peut pas se contenter de ses seuls talents de guitariste. Quinn Sullivan doit chanter. Alors il chante, coûte que coûte. La parade est toute trouvée. La technologie moderne est au service de la fausseté de la voix. L’Auto-Tune est roi. Et même si l’excellente production de l’album déploie des trésors de professionnalisme pour masquer le plus possible ce fléau de la musique actuelle, l’effet s’entend sur tous les morceaux et s’avère particulièrement rédhibitoire sur la plupart d’entre eux (‘Eyes For You’, ‘Lifting Off’, ‘She Gets Me’, ‘Going’, ‘Graveyard Stone’).

Qui plus est, les visées mercantiles de "Midnight Highway" ne s’arrêtent pas à l’utilisation de l’Auto-Tune. Si le correcteur de tonalité n’est pas adapté au blues, musique roots par excellence, il est en revanche surexploité dans la musique pop. Si bien qu’à bien des égards, l’opus n’est pas un album de blues et l’auditeur amateur de blue note aura bien souvent l’impression désagréable de se faire rouler dans une farine pop sans saveur. Certains titres semblent avoir été élaborés dans le seul but de répondre à un cahier des charges radiophonique (‘Tell Me I’m Not Dreaming’, ‘Crazy Into You’) quand d’autres surfent sur la brise du revival funk (‘Graveyard Stone’), allant même jusqu’à plagier les gimmicks funk du ‘Get Lucky’ de Daft Punk (‘Lifting Off’). Quant à la reprise de ‘While My Guitar Gently Weeps’ des Beatles, elle est si scolaire et fidèle à l’original qu’elle en devient dispensable.

L’album n’est sauvé que par les interventions de la guitare de Quinn Sullivan qui colore de son phrasé bluesy la plupart des titres, conférant un peu d’âme à des compositions qui en manquent cruellement. A peine majeur, Quinn Sullivan est déjà à un tournant de sa carrière et doit faire un choix : rester fidèle à ses premières amours blues, quitte à collaborer avec un autre chanteur et ainsi gagner le respect de ses pairs, ou se complaire dans une pop mainstream sans grand intérêt si ce n’est mercantile, au risque de perdre ses premiers admirateurs. Décidément être un enfant prodige est tout sauf un cadeau.

Plus d'information sur http://quinnsullivanmusic.com/



GROUPES PROCHES:
AARON KEYLOCK, KENNY WAYNE SHEPHERD

LISTE DES PISTES:
01. Something For Me
02. Tell Me I'm Not Dreaming
03. Midnight Highway
04. Crazy Into You
05. Eyes For You
06. Lifting Off
07. She Gets Me
08. Rocks
09. Going
10. Graveyard Stone
11. Big Sky
12. While My Guitar Gently Weeps
13. Buffalo Nickel


FORMATION:
Michael Rhodes: Basse
Quinn Sullivan: Chant / Guitares
Reese Wynans: Claviers
Rob Mcnelley: Guitares
Tom Macdonald: Basse


TAGS:
Accessible / FM, Bluesy
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC QUINN SULLIVAN
DERNIERE ACTUALITE
QUINN SULLIVAN : Nouvelle vidéo
Toutes les actualités sur QUINN SULLIVAN
NOTES
- /5 (0 avis) 2/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
LAURA COX BAND: Hard Blues Shot (2017)
HARD ROCK Si un effort reste à faire pour asseoir une véritable identité, le talent et l'énergie du quatuor sont autant de garanties d'un futur plein de promesses au sein du paysage du heavy rock vintage.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
KYROS: Vox Humana (2016)
ROCK PROGRESSIF Synaesthesia s'est changé en Kyros pour un double album qui enchantera les plus patients et exaspèrera les amateurs de rock progressif classique.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT QUINN SULLIVAN
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020