ARTISTE:

PARADISE LOST

(ROYAUME UNI)
TITRE:

MEDUSA

(2017)
LABEL:

NUCLEAR BLAST

GENRE:

METAL GOTHIQUE

TAGS:
Growl, Mélancolique
""Medusa" est une nouvelle pierre posée par les Anglais dans l'édification d'une bâtisse de plus en plus charbonneuse malgré la faible clarté qui la transperce."
CHILDERIC THOR (06.09.2017)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Les vieux cons comme votre serviteur se souviennent encore du jour où ils ont découvert le groupe d'Halifax grâce à ce "Lost Paradise" matriciel dont la pochette comme sortie des enfers, continue encore de les hanter après tout ce temps. Qui aurait pu croire alors que les Anglais seraient toujours parmi nous (presque) trente ans plus tard ? Peu de monde assurément et sans doute pas les principaux intéressés eux-mêmes.

Quinze albums ont coulé sous les ponts depuis 1990 comme autant de jalons d'une carrière en constante mutation. Après le retour au gothic metal qui a fait sa renommée avec "Symbol Of Life" (2002), Paradise Lost a entamé à partir de "Tragic Idol" (2012) une descente au fond d'une mine de charbon, glissement dans une obscurité sinistre dont nous pensions que le radical "The Pague Within" l'avait achevé trois ans plus tard. Pourtant, "Medusa" vient nous rappeler que ses créateurs furent bien au début des années 90 un des trois côtés de la Sainte Trinité du UK doom avec My Dying Bride et un Anathema parti depuis longtemps vers d'autres cieux.

Visiblement toujours marqués par leurs expériences parallèles respectives (Vallenfyre pour Greg Mackintosh et Bloodbath pour Nick Holmes), les Anglais souffrent plus que jamais d'une dépression tenace qui leur dicte une musique trempée dans le spleen le plus granitique. Ainsi, le guitariste ne ment pas quand il annonce que cet opus est le plus doom qu'ils aient jamais enfanté, quand bien même la mise en bouche incarnée par l'EP "The Longest Day", pouvait laisser croire à un retour au pur metal gothique.

Le chant et les guitares, cendreuses, participent de l'érection d'un tertre émotionnel placé sous le sceau de la contrition, comme l'illustre l'énorme 'Fearless Sky' qui, du haut de ses quasi neuf minutes au compteur, pousse d'entrée de jeu ce nouvel effort dans les profondeurs abyssales d'un gouffre sans fin. Discrète, la voix claire du vocaliste ouvre pourtant un étroit soupirail dans cette cave dont les murs sont bâtis sur ces riffs croûteux. On tient là sans aucun doute possible une des pierres angulaires d'un répertoire qui n'en manquent pourtant pas.

De fait, bien qu'enraciné dans cette géographie austère et misérable du nord de l'Angleterre, à laquelle participe la prise de son froide, trempée dans la tourbe, de l'incontournable Jaime Gomez Arellano, "Medusa" ne va pas tout à fait aussi loin dans la noirceur inexorable que son prédécesseur, renouant à sa manière, minérale et tellurique, avec une expression puissamment envoûtante, ce que confirme le titre éponyme dont les lignes entêtantes sont coulées dans le plomb le plus corrosif.

Funéraire et glacial, le résultat oscille entre ombre ('No Passage For The Dead', 'Until The Grave') et (pale) lumière ('The Longest Day') selon que Nick Holmes appuie ou non sur l'interrupteur avec ses lignes vocales que souligne au burin son double Mackintosh dont la guitare fend la brume comme une lanterne funeste. Etonnamment, ce sont les bonus qui sonnent les plus mélodiques ('Shrines', Symbolic Virtue'), à l'exception d'un 'Frozen Illusion' ultra doom, lesquels auraient largement mérité, de par leur qualité, de ne pas d'être réduits au rôle de digestif.

Serrant dans un menu ramassé comme à l'accoutumée une collection de pièces d'orfèvrerie, "Medusa" est une nouvelle pierre posée par les Anglais dont la signature, inscrite dans le marbre froid, demeure aussi reconnaissable qu'implacable dans l'édification d'une bâtisse de plus en plus charbonneuse malgré la fugace clarté qui la transperce.


Plus d'information sur http://www.paradiselost.co.uk



GROUPES PROCHES:
CREMATORY, NOVEMBER 7, KATATONIA, HAUCHARD, GLOOMBALL, AN AUTUMN FOR CRIPPLED CHILDREN, LAKE OF TEARS, LET IT FLOW, OMEGA LITHIUM, ECNEPHIAS

LISTE DES PISTES:
01. Fearless Sky - 8:31
02. Gods Of Ancient - 5:50
03. From The Gallows - 3:42
04. The Longest Winter - 4:31
05. Medusa - 6:20
06. No Passage For The Dead - 4:16
07. Blood & Chaos - 3:51
08. Until The Grave - 5:41
09. Frozen Illusion - 5:45
10. Shrines - 3:59
11. Symbolic Virtue - 4:38

FORMATION:
Aaron Aedy: Guitares
Greg Mackintosh: Guitares / Claviers
Nick Holmes: Chant
Steve Edmondson: Basse
Waltteri Väyrynen: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3/5 (1 avis)
STAFF:
4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
PARADISE LOST: Nouvelle extrait de 'Obsidian '
DERNIER ARTICLE
Paradise Lost + Klone - Tourcoing - Grand Mix - 12 Novembre 2017
Music Waves est à Tourcoing pour assister à la dernière date de la tournée européenne de Paradise Lost.
DERNIERE INTERVIEW
PARADISE LOST (23 MARS 2020)
Les représentants du metal gothique sont de retour avec un nouvel album, "Obsidian", que le guitariste Greg Mackintosh est venu présenter au micro de Music Waves
 
AUTRES CHRONIQUES
THOMAS WYNN AND THE BELIEVERS: Wade Waist Deep (2017)
ROCK - Humide comme les Everglades, moite comme les bayous, "Wade Waiste Deep" se veut une merveille d'équilibre entre tendres respirations, brûlots tannés et orgies furieusement électriques.
JET BLACK SEA: Absorption Lines (2017)
ROCK PROGRESSIF - Malgré le soin apporté à la qualité des sons, Jet Black Sea montre clairement les limites du style atmosphérique avec cet album décevant.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT PARADISE LOST
PARADISE-LOST_Obsidian
Obsidian (2020)
4/5
-/5
NUCLEAR BLAST / METAL GOTHIQUE
PARADISE-LOST_Symphony-Of-The-Lost
Symphony Of The Lost (2015)
2/5
-/5
CENTURY MEDIA RECORDS / METAL GOTHIQUE
PARADISE-LOST_The-Plague-Within
The Plague Within (2015)
4/5
-/5
CENTURY MEDIA RECORDS / METAL GOTHIQUE
PARADISE-LOST_Tragic-Idol
Tragic Idol (2012)
4/5
3/5
CENTURY MEDIA RECORDS / METAL GOTHIQUE
PARADISE-LOST_Faith-Divides-Us--Death-Unites-
Faith Divides Us - Death Unites Us (2009)
4/5
3.7/5
CENTURY MEDIA RECORDS / METAL GOTHIQUE
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021