ARTISTE:

GENESIS

(ROYAUME UNI)
TITRE:

TRESPASS

(1970)
LABEL:

CHARISMA

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Old School
"Bien qu'il ne possède pas encore la maturité, le son qui caractérisera Genesis à partir de "Foxtrot", "Trespass" est un excellent album."
VANDERGRAAF (29.08.2003)  
4/5
(5) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Après l'échec commercial de " From Genesis to revelation ", premier album certes ambitieux (raconter l'histoire de la Genèse ) mais appauvri par une production peu sérieuse, les membres de Genesis arrêtent les études pour devenir musiciens à plein temps. Si l'on en croit la légende, c'est dans un vieille baraque à la campagne qu'ils composeront Trespass.

Dès " Looking for Someone " tous les éléments du Genesis période Peter Gabriel sont présents: les compositions longues et alambiquées, les paroles bien particulières ( " ... here today, the red sky tells his tale ... " ), et surtout l'orgue , les arpèges douze-cordes et la flûte traversière, éléments indispensable du Genesis première époque. La voix de Peter Gabriel est bien plus assurée, tout comme le jeu basse-batterie (bien que cela ne soit pas Phil Collins qui joue sur cet album ). Les choeurs de " White Mountain " sont merveilleux, tout comme les synthés et la rythmique; les morceaux "Vision of Angel", "Stagnation", sont réellement troublants avec leurs couplets planants et leurs paroles presque susurrées

Quant aux arpèges d'Antony Philips; ils coulent, glissent sur les mélodies tissées par l'orgue et la flute. "Dusk", le crépuscule, est dans la même veine que les deux précédents morceaux : toujours très beau, doux et mélodique, notamment du côté de la flute et des choeurs. On pouvait penser que ces Genesis là, après un album pareil, n'étaient capables de n'écrire que des chansons calmes... Mais " the Knife", chez d'oeuvre baroque et progressif, 8.55 minutes de furie guerrière , est d'un tout autre style... Une véritable scène de bataille, puissante et grandiose... Après un départ fracassant, à la puissance et au tranchant des guitares succède un long et calme intermède, où la flute virevolte sur une seule note de basse, sourde, dense... Mike Rutherford laisse de nouveau la place aux bruits, aux cris et... à un épique solo de guitare, véritable chef d'oeuvre du progressif. Fin mais puissant, simple mais efficace, ce passage montrera toute sa fougue en live. C'est la phrase "martyr of course to the freedom i shall provide", sous le rugissement des instruments, qui clôt l'album.

Bien que ni Steve Hackett ni Phil Collins ne jouent sur cet opus, qu'il ne possède pas encore la maturité ni le son qui caractérisera Genesis à partir de Foxtrot, Trespass est somme toute un excellent album. Il mérite autant de louanges qu'un Selling England By The Pound..."


Plus d'information sur http://www.genesis-music.com





LISTE DES PISTES:
01. Looking For Someone
02. White Mountain
03. Visions Of Angel
04. Stagnation
05. Dusk
06. The Knife

FORMATION:
Anthony Phillips: Guitares
John Mayhew: Batterie
Mike Rutherford: Basse
Peter Gabriel: Chant
Tony Banks: Guitares / Claviers
   
(5) AVIS DES LECTEURS    
REALMEAN
27/01/2013
  0 0  
5/5
Divergences d'appréciation certaines pour ces débuts de Genesis, comme peuvent en témoigner ici les notes attribuées par la rédaction de MW. Même si, dans l'ensemble, "Trespass" est largement reconnu pour être un très bon album.
De mon point de vue, le tout premier "From Genesis to Revelation" n'était pas sans intérêt non plus, malgré le torpillage de sa production sonore notamment. Le fan de Genesis ne devrait pas ignorer cette première création, ne serait-ce qu'en raison de quelques pépites symphoniques et mélodiques, disséminées ici et là; mais à l'évidence, la production de Jonathan King n'adoptait pas l'orientation qui permit, dès l'album suivant, de développer la véritable vocation musicale de la formation.
A noter, pour ceux qui rechercheraient ce premier album, que le 33T a été réédité quelques années plus tard en version CD, avec quelques ajouts, mais sous le nom de "Where the Sour turns to sweet" (l'un des titres du tracklisting). Je ne sais pas s'il a de nouveau été réédité ou redécliné depuis.
S'agissant de "Trespass", pour être court, je ne peux que paraphraser la chronique de Vandergraaf ou l'avis de Corto.
'The Knife', en particulier, est pour moi l'un des monuments indispensables de Genesis. Je n'ai que rarement retrouvé ailleurs (y compris avec Genesis) la brutalité de l'énergie sauvage qui en émane; la description donnée par Vandergraaf à son propos me semble tout simplement excellente.
Si je ne devais conserver qu'une seule suite complexe de l'armada Génésien, ce serait sans doute 'Supper's Ready', mais si j'avais droit à un deuxième choix, je pense qu'il s'agirait de 'The Knife'.
Il n'y a par ailleurs, à mon goût, aucun moment faible sur cet album, et une majorité de moments très forts. Ce qui fait de "Trespass" le n°2 de mon classement au sein du quatuor d'ouverture (considérant le tout premier album comme un essai, d'un style différent): en n°1, "Foxtrot", en n°3, "Nursery Cryme", et n'accordant que la 4ème place à "Selling England...". Etant acquis pour moi, quelles que soient les nuances, que nous tenons là 4 chefs-d'oeuvres de l'épopée Genesis, et du rock progressif en général.

CORTO1809
07/02/2010
  0 0  
5/5
L'album débute sur le chant de Peter GABRIEL, presque a capella, et immédiatement le ton de l'album est donné. Six titres, pratiquement tous de même durée, magnifiquement écrits et interprétés, d'où sortent vainqueurs la voix de Peter GABRIEL, pleine d'émotion et de retenue, bouleversante par moment, les claviers de Tony BANKS, travaillés, complexes, et les guitares d'Anthony PHILLIPS, une dentelle, chef d'œuvre de finesse.
Les cinq premiers titres sont d'une douceur poignante, empreints de poésie et délicatesse, le dernier est plus agressif mais reste très cohérent. GENESIS a un style inimitable pour nous raconter des histoires par lesquelles on se laisse volontiers captiver.
Un excellent album, très riche émotionnellement.

PETER HACKETT
21/08/2007
  0 0  
4/5
Je n'ai pas compté Trespass au nombre de mes monuments genesisien, mais je ne le déconsidère pas pour autant. C'est l'ébauche du groupe mythique. Une ébauche oui, mais pas un brouillon. Trespass est la fondation, la pierre angulaire, sur laquelle va venir s'appuyer la tétralogie magnifique qui arrive !
Voir les 5 avis des lecteurs
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4.2/5 (18 avis)
STAFF:
3.9/5 (17 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
GENESIS: 2 dates parisiennes en 2022
DERNIER ARTICLE
CONCERT DE GENESIS LE 12 JUILLET 2007 À LYON
Le 12 juillet 2007, El_Bia était au stade de Gerland de Lyon afin d'assister à l'un des derniers shows du groupe de Rock prog légendaire ! Petit reportage de ce concert extraordinaire...
DERNIERE INTERVIEW
FREDERIC DELAGE (03 MARS 2015)
Dans le cadre des interviews du Triumvirat de la critique française de rock progressif, nous avons interviewé Frédéric Delâge, entre autres auteur de deux recueils de chroniques sur le rock progressif et d´un livre consacré à Genesis.
 
AUTRES CHRONIQUES
ABRAXAS: 99 (1999)
ROCK PROGRESSIF -
MOB RULES: Hollowed Be Thy Name (2002)
METAL MELODIQUE -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT GENESIS
GENESIS_When-In-Rome
When In Rome (2008)
5/5
4.3/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
GENESIS_Calling-All-Stations
Calling All Stations (1997)
3/5
2.9/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
GENESIS_We-Can-t-Dance
We Can't Dance (1991)
2/5
3.2/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
GENESIS_Invisible-Touch
Invisible Touch (1986)
2/5
2.7/5
CHARISMA / ROCK PROGRESSIF
GENESIS_Genesis
Genesis (1983)
3/5
3.1/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2023