.
.
GROUPE/AUTEUR:

VOYAGER

(AUSTRALIE)

TITRE:
GHOST MILE (2017)
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
METAL PROGRESSIF

""Ghost Mile" est une réussite totale. Voyager y synthétise l’essence de son écriture singulière et offre une porte d’entrée idéale aux novices pour découvrir leur metal progressif aux tonalités synth-pop."
NUNO777 - 23.06.2017 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
5/5
Certaines formations possèdent une signature très personnelle et immédiatement reconnaissable. Les Australiens de Voyager sont assurément de cette trempe. Dès son premier album "Element V" sorti en 2003, le quintet originaire de Perth puisait dans divers styles a priori immiscibles pour en donner une interprétation originale et audacieuse. Les quatre disques qui suivirent confirmèrent l’art des combinaisons dont s’est rendu expert Voyager au fil du temps. Avec "Ghost Mile", Voyager a souhaité travailler en toute indépendance en passant par une campagne de financement participatif bouclée en une semaine !

Comme son titre l'évoque admirablement, l'écoute d'un disque de Voyager a quelque chose de l'invitation au voyage. "Ghost Mile" promet un panorama de paysages stériles et polaires baignés d'une lumière mélodique éblouissante. Ce sixième album, qui affine le travail de ses prédécesseurs, est une expérience qui bouscule les attentes tout en étant familière. La musique de Voyager se façonne sur l’association étrange mais réussie du metal moderne, principalement d'obédience progressive-djent, et de la pop new-wave. S’il est difficile de comparer le style atypique de Voyager avec d’autres artistes, les similitudes pourraient être situées quelque part entre le Devin Townsend le plus accessible, Disperse, Vola et Leprous côté metal, et Tears For Fears et Depeche Mode côté pop-rock.

Tout est contraste dans "Ghost Mile". Dans les styles déjà mentionnés mais aussi dans la capacité à varier les tonalités sombres (‘Disconnected’, le leprousien ‘Ghost Mile’) et plus solaires (‘Misery Is Only Company’, ‘Lifeline’, son intro de guitare cristalline à la Disperse et son refrain à la Tears For Fears) et à associer des arrangements éthérés et ambient avec des atmosphères ténébreuses faites de riffs de 7 cordes tranchants et lourds (‘Ascension’, ‘The Fragile Serene’) et de claviers exubérants (‘Ghost Mile’). Les compositions sont construites sur des formats classiques et facilement assimilables qui laissent la fibre progressive poindre subtilement. C’est notamment audible à l’occasion de nombreux passages plus techniques, lors de ponts, cassures rythmiques et de séquences instrumentales courtes mais d’une densité imparable (‘As The City Takes The Night’, ‘What A Wonderful Day’, la fin djent de ‘Ascension’, ‘Ghost Mile’) et dans des ascensions d’intensités émotionnelles raffinées (la très pop 80’s ‘This Gentle Earth’).

Ces formats permettent d’entrer très rapidement dans les dix titres de "Ghost Mile", qui s’égrainent sans ennui et à vive allure. La fluidité des assemblages couplets-refrains, la qualité des harmonies (le superbe et onirique interlude mid-tempo ‘To The Riverside’) et des mélodies accrocheuses se chargent de rendre l’album complètement addictif. Daniel Estrin est à saluer comme artisan de la dimension mélodique et de l’homogénéité de "Ghost Mile". Son timbre, dans un genre ambigu avec une forte composante gothique et pop, et ses prestations uniques d’ampleur et de relief (la réverbération contribue grandement à remplir l’espace de sa voix) incarnent le liant qui apporte sa cohérence et son identité aux morceaux (‘Misery Is Only Company’ dont la pureté des chants rappelle une fois de plus Tears For Fears, ‘As The City Takes The Night’).

En 44 minutes, "Ghost Mile" synthètise l’essentiel des qualités de Voyager dans dix morceaux tous réussis. Difficile dans ces conditions de trouver des faiblesses à cet album qui, en plus, bénéficie d’une production soignée qui renforce le rendu sonore à la fois clair, précis, massif et presque chirurgical. Avec leur choix d’indépendance artistique et financière, les Australiens n’optent pas pour la même efficacité de diffusion que s’ils étaient attachés à un label. Souhaitons-leur qu’avec ce splendide "Ghost Mile", sans doute l’une de leurs meilleures réalisations et déjà l’un des grands disques de cette année, ils atteignent la reconnaissance qu’ils méritent.

Plus d'information sur https://www.voyagerau.com



GROUPES PROCHES:
LEPROUS, CHAOSBAY, DEVIN TOWNSEND, TEARS FOR FEARS, DEPECHE MODE, DISPERSE, ORPHANED LAND, OPETH, VOLA, ANATHEMA

LISTE DES PISTES:
01. Ascension-05:22
02. Misery Is Only Company-05:01
03. Lifeline-04:45
04. The Fragile Serene-04:55
05. To The Riverside-02:09
06. Ghost Mile-04:18
07. What A Wonderful Day-03:12
08. Disconnected-04:52
09. This Gentle Earth (1981)-03:28
10. As The City Takes The Night-06:25


FORMATION:
Alex Canion: Chant / Basse
Ashley Doodkorte: Batterie
Daniel Estrin: Chant / Claviers
Scott Kay: Guitares
Simone DOW: Guitares


TAGS:
Accessible / FM, Electro, Sombre, Chant androgyne
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC VOYAGER
DERNIERE ACTUALITE
VOYAGER: Nouvelle vidéo
Toutes les actualités sur VOYAGER
NOTES
4.3/5 (3 avis) 5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
KOBRA AND THE LOTUS: Prevail I (2017)
HARD ROCK Conjuguant le charme d'un metal mélodique féminin à un heavy souligné à gros traits, Kobra And The Lotus démontre de la plus belle des manières avec "Preveil I" qu'il n'est définitivement pas un groupe de plus dans l'arène du genre.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
ORDEN OGAN: Gunmen (2017)
METAL MELODIQUE Avec "Gunmen", Orden Ogan franchit un cap supplémentaire vers les sommets du heavy mélodique. Épique, puissant et accrocheur, ce disque surpasse de plusieurs têtes la concurrence dans le genre.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT VOYAGER
VOYAGER_Colours-In-The-Sun
Colours In The Sun (2019)
5/5
5/5
SEASON OF MIST / METAL PROGRESSIF
VOYAGER_V
V (2014)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / METAL PROGRESSIF
VOYAGER_Univers
Univers (2007)
4/5
4.7/5
DOCKYARD1 / METAL PROGRESSIF
VOYAGER_Element-V
Element V (2004)
3/5
-/5
DVS / METAL MELODIQUE
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020