GROUPE/AUTEUR:

CULT OF ERINYES

(BELGIQUE)

TITRE:
TIBERIVS (2017)
LABEL:
CODE666
GENRE:
BLACK METAL

"Concept-album aussi furieux que caverneux, "Tiberivs" sonne pour Cult Erinyes comme un aboutissement, œuvre d'une noirceur insondable et d'une force émotionnelle pétrifiée."
CHILDERIC THOR - 30.06.2017 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Mine de rien et exception (bien) faite de "Transcendance", EP enfanté en 2016, maigre de trois titres dont une reprise du 'Pagan Fears' de Mayhem, cela faisait presque quatre ans - une éternité à l'heure de la musique instantanée et d'Internet -  que les Belges n'avaient pas donné signe de mort (plutôt que de vie), depuis un "Blessed Extinction" qui confirmait le potentiel défloré par "A Place To Call My Unknown". En l'espace de quelques années, Cult Of Erinyes a su néanmoins inscrire son nom dans la roche tranchante d'un art noir froid et malsain, viscéral et mortifère, expliquant pourquoi son troisième opus longue durée était attendu comme un messie tellurique, promesse d'un périple sans espoir de retour dans les abîmes de l'indicible.

A l'écoute de "Tiberivs", on mesure très vite combien le duo Corvus / Mastema (Baal, le batteur, ayant quitté la formation l'an dernier) a eu raison de prendre son temps, peaufinant un rituel noir dont on voit mal comment il ne pourrait pas définitivement offrir à ses créateurs la place qui leur revient, parmi les premières bien évidemment. Si la contribution de nombreux invités venus les épauler , dont le bassiste Alex aka Phil A Cirone (Hypothermia, Shining) et surtout l'aussi talentueux qu'ubiquiste Déhà, présent derrière les fûts et la console (entre autres), n'est pas étrangère à une réussite que nous n'attendions pas à un tel niveau, il n'en demeure pas moins que jamais l'inspiration des deux musiciens ne s'est dressée avec un telle monstrueuse fermeté, hampe tentaculaire gonflée d'une sève crépusculaire et nocive.

Ancré dans le substrat géographique abrupt et sévère qui l'a vu naître, le black metal sculpté par les Belges prend une autre dimension, plus personnelle et funèbre, grâce à ce concept-album basé comme son titre le laisse deviner, sur la vie de Tibère, deuxième empereur romain qui a la lourde tâche de succéder à Auguste dans un règne controversé débouchant sur la folie et la mort. Déchaîné et tumultueux, le menu épouse les grandes  étapes de ce parcours tour à tour féroce ('Nero (Divine Providence') ou funèbre ('Bred Of War' dont les ultimes mesures très progressives évoquent Opeth), souvent immersif ('Loner'), brillant toujours d'une beauté glaciale et souterraine. Chaque piste est écrite à l'encre d'une émotion, d'un sentiment particulier, ce qui confère à chacune d'entre elles une teinte différente dans un spectre toutefois extrêmement sombre.

S'il doit être abordé dans son unité abrasive, "Tiberivs" gagne toutefois peu à peu en intensité, culminant lors d'une seconde partie plus évolutive et funéraire quoique toujours torrentielle, qu'incarnent les gigantesques 'Germanicvs', que cisaillent des riffs sinistres, 'Damnatio Memoriae', d'une lenteur viciée et rampante et plus encore le terminal 'For Centuries To Come' qui étire sur onze minutes une démence aussi hallucinée que mortuaire.

Alors qu'il en est à l'origine, cet album marque la fin de la collaboration entre Corvus et Masterna, celui-ci ayant décidé de quitter le groupe, remplacé désormais par Déhà. Il laisse avec Cult Of Erinyes un testament d'une noirceur insondable et d'une force émotionnelle pétrifiée, aux allures d'aboutissement, concept-album aussi furieux que caverneux.

Plus d'information sur http://www.myspace.com/cultoferinyes



GROUPES PROCHES:
MAYHEM, BLOOD OF KINGU, WATAIN

LISTE DES PISTES:
01. Archaea
02. B.c.
03. Nero
04. Casvs Belli
05. Bred For War
06. Loner
07. Germanicvs
08. First Of Men
09. Damnatio Memoriae
10. For Centuries To Come


FORMATION:
Corvus: Guitares / Basse / Claviers
Mastema: Chant
Déhà: Claviers / Batterie / Invité


TAGS:
Dissonant, Sombre, Concept-album
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC CULT OF ERINYES
NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
ELTON JOHN: Too Low For Zero (1983)
ROCK Un bon disque contenant deux tubes majeurs de la carrière d’Elton John mais s’essoufflant sur la deuxième face.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
ROGER WATERS: Is This The Life We Really Want? (2017)
ROCK PROGRESSIF "Is This The Life We Really Want?", œuvre forte et intemporelle, se déguste avec soin et se digère avec passion et patience,. C'est vraiment l'album tant attendu et tant espéré.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT CULT OF ERINYES
CULT-OF-ERINYES_A-Place-To-Call-My-Unknown
A Place To Call My Unknown (2011)
3/5
-/5
LES ACTEURS DE L'OMBRE / BLACK METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020