.
.
GROUPE/AUTEUR:

GIZMODROME

(ETATS UNIS)

TITRE:
GIZMODROME (2017)
LABEL:
EAR MUSIC
GENRE:
ROCK

"Eclectique, débridé, fun et groovy, Gizmodrome est une réussite."
NEWF - 22.09.2017 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Stewart Copeland et Vittorio Cosma sont de vieux potes. Depuis quinze ans, l’ex-batteur de Police et le claviériste italien ne manquent jamais une occasion de jouer ensemble. Leur premier projet commun du nom de Gizmo remonte à 2005. Projet éphémère destiné à jouer live les compositions de Stewart. Puis celui-ci s’est consacré à la musique de films et à la composition d’opéras, dont le cinquième et dernier en date "The Invention Of Morel" a été présenté cette année à Chicago. Mais le naturel revient toujours au galop. Huit ans derrière les fûts d’un des groupes les plus mondialement célèbres de l’histoire de la pop marquent une carrière à jamais. Il a suffi de l’impulsion du producteur Claudio Dentes pour raviver la flamme du rock. Restait à trouver des musiciens à la hauteur pour redonner vie au projet Gizmo, rebaptisé Gizmodrome. Mark King (Level 42) et Adrian Belew (Frank Zappa, David Bowie, Talking Heads, King Crimson…) dirent oui sans hésiter. Le talent fit le reste.

Et il en faut du talent pour éviter les pièges du super-groupe. Avec de telles personnalités d’horizons musicaux si différents, l’écueil de la juxtaposition d’egos est très souvent inévitable. L’écoute de "Gizmodrome" dissipe rapidement cette inquiétude et le plaisir et la joie de jouer du quatuor sont rapidement communicatifs.

Pourtant la musique du groupe est loin d’être immédiatement accessible, tant elle déborde de créativité et d’inventivité, se jouant des rythmes et des styles. Le reggae blanc de Police (‘Man In The Mountain’) côtoie le funk psyché de Talking Heads (‘Zombies In The Mall’, ‘Spin This’) et le jazz rock avant-gardiste de Zappa (‘Amaka Pipa’). Chaque musicien apporte ses influences et la précision  et l’inventivité de leur jeu relèvent de l’alchimie. A ce titre la guitare hallucinée d’Adrian Belew s’avère une composante essentielle du son de Gizmodrome. Son utilisation singulière des effets de distorsion et de modulation (‘Stay Ready’, ‘Sweet Angels Rule The World’, ‘I Know Too Much’) contribue grandement à l’originalité musicale du combo et apporte fraîcheur et musicalité à l’ensemble, conférant même une seconde vie et une touche blues du plus bel effet à ‘Strange Things Happen’, titre composé par Copeland il y a plus de vingt ans et ressuscité pour l’occasion.

Si l’alchimie entre les musiciens fonctionne à merveille, c’est aussi et surtout grâce au génie de sa section rythmique. Et force est de constater que Stewart Copeland et Mark King font la paire au-delà de toutes les espérances. La frappe nerveuse et rapide de Copeland, son jeu en avant du temps et le son de sa caisse claire reconnaissable entre mille n’ont rien perdu de leur superbe. Quant à Mark King, son exceptionnel jeu de basse est en tout point remarquable. Le musicien déborde d’inventivité et profite pleinement de la liberté que lui offre le groupe pour improviser et varier ses effets, préférant souvent le jeu au médiator ou au doigt et ne recourant au jeu slappé qui a fait sa réputation qu’à de rares exceptions (‘Spin This’).

Dans ces conditions, au regard du respect mutuel qui anime les membres de Gizmodrome, du plaisir manifeste que le quatuor a pris à jouer ensemble et de la liberté laissée à chaque musicien, le chant reste une énigme. Certes le parti-pris de laisser le micro à Stewart Copeland est artistiquement défendable et s’inscrit dans une tradition jazz rock de narration parlée ou slammée initiée par Zappa (‘Sweet Angels Rule The World’, ‘Spin This’). Cependant le batteur est souvent à la peine et obligé de masquer son faible charisme vocal derrière des filtres (‘Amaka Pipa’, ‘Ride Your Life’). Dommage car Adrian Belew et Mark King sont eux de vrais chanteurs et le prouvent à chacune de leurs interventions sporadiques (‘Stay Ready’).

Mais ne boudons pas notre plaisir. Ce premier album de Gizmodrome est une réussite. Eclectique, débridé, fun et très groovy. Stewart Copeland semble enfin avoir trouvé un nouveau groupe à la mesure de son immense talent. Espérons que ce soit le début d’une nouvelle et passionnante aventure.

Plus d'information sur https://www.facebook.com/gizmodrome/



GROUPES PROCHES:
FRANK ZAPPA, PRIMUS, TALKING HEADS, THE POLICE

LISTE DES PISTES:
01. Zombies In The Mall
02. Stay Ready
03. Man In The Mountain
04. Summer's Coming
05. Sweet Angels Rule The World
06. Amaka Pipa
07. Strange Things Happen
08. Ride Your Life
09. Zubatta Cheve
10. Spin This
11. I Know Too Much
12. Stark Naked


FORMATION:
Adrian Belew: Chant / Guitares
Mark King: Chant / Guitares
Stewart Copeland: Chant / Batterie
Vittorio Cosma: Claviers / Orgue


TAGS:
Avant-gardiste, Fusion, Groovy, Jazzy, Psychédélique
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
NUNO777 - 22/09/2017 -
0 0
4/5
En total accord avec cette analyse de Newf. Un album original à la forte personnalité qui se livre véritablement à mesure que l'on s'y frotte. A découvrir car les groupes qui apportent une touche de nouveauté sont de plus en plus rares.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC GIZMODROME
DERNIERE ACTUALITE
STEWART COPELAND ET ADRIAN BELEW PRESENTENT LEUR GREMLINS A MUSIC WAVES!
Toutes les actualités sur GIZMODROME
DERNIERE INTERVIEW
De passage à Paris pour présenter le premier album éponyme de Gizmodrome, nous avons rencontré deux légendes du rock Adrian Belew (ex-King Crimson, Frank Zappa, David Bowie) et Stewart Copeland (The Police)...

NOTES
4/5 (1 avis) 4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
MASTODON: Cold Dark Place (2017)
ROCK PROGRESSIF Mastodon n’avait jamais sorti d’EP de morceaux inédits qui ne soient ni des titres live ni une bande-son pour film. C’est chose faite avec ce brillant et indispensable "Cold Dark Place".
 
CHRONIQUE SUIVANTE
PREMIATA FORNERIA MARCONI: Passpartù (1978)
ROCK Avec "Passpartù", PFM se détourne radicalement du rock progressif pour se diriger vers le folk. Un album moyen qui passe partout.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT GIZMODROME
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020