ARTISTE:

JET BLACK SEA

(HOLLANDE)
TITRE:

ABSORPTION LINES

(2017)
LABEL:

FREIA

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Electro, Instrumental, Psychédélique
"Malgré le soin apporté à la qualité des sons, Jet Black Sea montre clairement les limites du style atmosphérique avec cet album décevant."
ABADDON (07.09.2017)  
2/5
(2) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Deuxième production de Jet Black Sea, "Absorption Lines" reprend les choses là où les avait laissées le duo Adrian Jones /Michel Simons , en gardant une optique atmosphérique et électronique, mais en les faisant légèrement évoluer. En incluant quelques musiciens du groupe d’Adrian Jones (Nine Stones Close), il introduit de timides touches vocales dans son projet.

Pour autant, la ligne directrice ne change pas, conservant le soin apporté aux choix des sonorités, qui saute aux oreilles, et la production précise mettant bien en valeur l’association de sons électroniques, particulièrement en avant sur le morceau d’entame, avec des claviers planants et une guitare qui reste le plus souvent dans un registre slide d’allure assez psychédélique, au milieu d'un ton général de l’album plutôt planant.

Reste le fond musical, et dans ce domaine de sévères restrictions viendront ternir la première impression soignée que laissent les ambiances de Jet Black Sea. Comme toute musique atmosphérique, le deal est de faire lentement évoluer des ambiances à partir d’une proposition initiale simple ; encore faut-il que cette évolution fasse preuve d’une certaine dose d’imagination qui semble ici faire cruellement défaut. La plupart des morceaux sont très répétitifs, témoins le morceau éponyme et ses dix minutes sans aucune envolée, ou le terminal '133 Hours', prototype du morceau atmosphérique creux. Pour faire plus cinématographique (le terme et le genre sont à la mode), le duo parsème ses compos de dialogues radio entre Houston et Apollo, un procédé usé jusqu’à la corde qui n’ajoute strictement rien à l’intérêt que l’on pourrait porter à l’écoute (et puis franchement, 3 minutes 40 en entrée sur 'Absorption Lines', 2 minutes sur '133 Hours', ça va, on a compris…).

C’est encore dans les rares parties les plus dynamiques que le groupe s’en sort le moins mal : 'Wrong Turn' et son ton franchement électro ou 'The Sixth Wheel' et ses ambiances para-orientales montrent un savoir-faire certain dans la mise en place des sons. Par contre les vocaux  ('Hours Slip Into Days' et surtout 'Cathedral') sont à la peine : les lignes vocales sont trop indigentes et suffisamment imprécises pour s’y attarder.

Imaginer ce type de musique en concert est un exercice vertigineux : avec leurs parties inutiles (deux minutes de fade-in en entame de 'The Sixth Wheel', les dialogues radio précités) et un contenu musical/harmonique plutôt minimal, les morceaux auront bien du mal à fixer l’attention du spectateur. Et même chez soi, l’intérêt de passer les morceaux en boucle pour en débusquer les richesses sera rapidement épuisé. Jet Black Sea montre clairement les limites du style atmosphérique avec cet album décevant.


Plus d'information sur https://www.facebook.com/jetblackseamusic/





LISTE DES PISTES:
01. Wrong Turn - 04:18
02. The Sixth Wheel - 06:52
03. Jumping To A Conclusion (pt.1) - 02:01
04. Absorption Lines - 10:54
05. Cathedral - 05:17
06. Hours Slip Into Days - 08:32
07. 133 Hours - 05:19

FORMATION:
Adrian Jones : Guitares / Basse
Brendan Eyre : Claviers
Michel Simons: Programmation
Adrian Shaughnessy: Invité
Paul Van Zeeland: Invité / Programmation
Peter Van Hoorn: Batterie / Invité
Tony Patterson: Chant / Guitares / Claviers / Invité
   
(2) AVIS DES LECTEURS    
TONYB
12/09/2017
  0 0  
2/5
Plus les (longues) minutes passent, plus l'ennui s'installe. Malgré quelques jolies envolées de guitare, cet album est tout simplement raté. Au point que j'en fus surpris de constater qu'il ne durait que 45 minutes.
Dans le genre, Airbag et No Sound sont à des années lumières de cette production.

CORTO1809
07/09/2017
  0 0  
2/5
Tout à fait en phase avec la chronique d'Abaddon. Autant j'avais été séduit par l'album précédent, autant celui-ci est d'une monotonie et d'une platitude qui conduisent inévitablement à l'ennui.
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3/5 (1 avis)
STAFF:
2/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
JET BLACK SEA: The Overview Effect
 
AUTRES CHRONIQUES
PARADISE LOST: Medusa (2017)
METAL GOTHIQUE - "Medusa" est une nouvelle pierre posée par les Anglais dans l'édification d'une bâtisse de plus en plus charbonneuse malgré la faible clarté qui la transperce.
PETER BJÄRGÖ: Animus Retinentia (2017)
AUTRES - Fantomatique et automnale, "Animus Retinentia" est une œuvre d'une noblesse monacale, engluée dans une encre brumeuse.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT JET BLACK SEA
JET-BLACK-SEA_the-overview-effect
The Overview Effect (2018)
4/5
-/5
FREIA / ROCK PROGRESSIF
JET-BLACK-SEA_The-Path-Of-Least-Existence
The Path Of Least Existence (2013)
4/5
4/5
FREIA / ROCK ATMOSPHERIQUE
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022