GROUPE/AUTEUR:

OMD

(DEFAULT)

TITRE:
THE PUNISHMENT OF LUXURY (2017)
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
POP

"Continuant sur sa lancée des albums publiés au cours du 21ème siècle, OMD nous délivre une nouvelle production soignée, avec quelques références aux grands anciens, Kraftwerk en tête."
TONYB - 29.09.2017 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Après son retour inespéré sous les projecteurs du XXIème siècle en 2010, OMD poursuit désormais sa déjà longue carrière à son rythme et nous revient en 2017 avec son 13ème album studio, "The Punishment of Luxury".

Lors de leur interview donnée à Music Waves au moment de la sortie de leur précédent effort, "English Electric", le duo nous affirmait que leur motivation était avant tout "la nouveauté et pas l'argent". Passées quelques sonorités de batterie électronique qui renvoient à Kraftwerk et leur "Electric Café" (nous y reviendrons), la question de la nouveauté va vite être tranchée dès les premières notes de 'The Punishment of Luxury', l'auditeur se retrouvant dans l'univers balisé du groupe, avec des claviers qui emplissent l'atmosphère et une mélodie simple, immédiate, gorgée d'ondes positives véhiculées par l'utilisation fréquente de modes majeurs.

Cette marque de fabrique typique du groupe, tout droit issue des années 80s, est portée par une production ultra-soignée et va être le fil conducteur des différentes plages, au rang desquelles se démarquent encore le dansant 'Art Eats Art', le sulfureux 'Kiss Kiss Kiss Bang Bang Bang' ou encore l'apaisant 'The View From Here'.

Mais - et c'est peut-être là que l'album va se différencier de ses prédécesseurs, et notamment de toute les productions du groupe depuis … "Dazzle Ships" - OMD introduit de nouveau dans sa musique des sonorités plus expérimentales, dans la lignée de ses premiers albums, avec une forte évocation des maîtres en la matière, à savoir Kraftwerk. Que ce soient les percussions électroniques de 'The Punishment of Luxury' et plus encore de l'excellent 'Isotype', l'utilisation d'arpèges aux claviers avec des sonorités plus que proches de celles des Allemands sur leurs productions des années 70 de la troisième plage étonnamment intitulée 'Robot Man', et même la recopie intégrale de l'accompagnement de 'Europe Endless' (sur l'album "Trans-Europe-Express") sur 'What Have We Done', le duo britannique revient aux basiques de la musique électronique qui l'a vu émerger sur la scène internationale il y a plus de 30 ans.

Alors même si certaines initiatives peuvent apparaître comme des temps morts qui risqueront d'être zappés lors d'écoutes répétées ('La Mitrailleuse' et ses sonorités du même nom, ou encore les bruissements d'oiseaux en introduction de 'Ghost Star'), l'ensemble amène une relative fraîcheur et permet à ce nouvel album de se présenter comme une véritable synthèse de la carrière du groupe.

Comme nous l'avions écrit lors d'une précédente chronique, il est fort peu probable qu'OMD revienne un jour en tête des charts avec un single, aussi percutant soit-il que ceux qui ont fait sa gloire passée. Néanmoins, il conviendrait de ne surtout pas négliger ce nouvel album qui, dans la lignée des deux précédents, nous présente un groupe sûr de son fait et de son art.

Plus d'information sur http://www.omd.uk.com/



GROUPES PROCHES:
ULTRAVOX, ELECTRIC BIRD NOISE

LISTE DES PISTES:
01. The Punishment Of Luxury
02. Isotype
03. Robot Man
04. What Have We Done
05. Precision & Decay
06. As We Open
07. We Close
08. Art Eats Art
09. Kiss Kiss Kiss Bang Bang Bang
10. One More Time
11. La Mitrailleuse
12. Ghost Star
13. The View From Here


FORMATION:
Andy McCluskey : Chant / Guitares / Claviers
Martin Cooper : Claviers
Paul Humphreys : Chant / Claviers
Stuart Kershaw: Batterie
David Watson: Invité / Choeurs


TAGS:
80's, 90's, Accessible / FM, Electro, Expérimental
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC OMD
DERNIERE ACTUALITE
Orchestral Manoeuvres In The Dark au Bataclan en février
Toutes les actualités sur OMD
DERNIERE INTERVIEW
"C’était vraiment dangereux de faire un nouvel album parce que si nous avions fait de la merde, tout s’écroulait sur nos têtes"

NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
DIANA RISING: Stars Can't Shine Without Darkness (2017)
METALCORE "Stars Can't Shine Without Darkness" est une ode sombre et poisseuse qui laisse transparaître assez de lumière pour éclaircir cette obscurité stylistique moite et grumeleuse.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
AMAROK (POL): Hunt (2017)
ROCK PROGRESSIF Album le plus consistant de la discographie d'Amarok, "Hunt" frise le sans-faute, avec un ordonnancement des plages tout à fait judicieux, marquant une évolution lente au fil des minutes.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT OMD
OMD_English-Electric
English Electric (2013)
4/5
-/5
BMG / POP
OMD_History-of-Modern
History of Modern (2010)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / POP
OMD_Universal
Universal (1996)
3/5
-/5
VIRGIN / POP
OMD_Liberator
Liberator (1993)
3/5
-/5
VIRGIN / POP
OMD_Sugar-Tax
Sugar Tax (1991)
3/5
-/5
VIRGIN / POP
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020