GROUPE/AUTEUR:

KRAFTWERK

(ALLEMAGNE)

TITRE:
RADIOACTIVITY (1975)
LABEL:
PHILIPS/PHONOGRAM
GENRE:
AUTRES

"Doté d'une production et de sonorités qui ont plutôt mal vieilli, "Radio-Activity" vaut essentiellement par son morceau-titre."
TONYB - 11.10.2017 - (2) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
2/5
Moins de douze mois après la déflagration produite par "Autobahn", Kraftwerk continue d'explorer les arcanes de la musique électronique en publiant à nouveau un album qui fera date, mais peut-être pas tout à fait pour les mêmes raisons que son illustre prédécesseur.

Après les autoroutes, Kraftwerk nous propose un double concept basé sur un titre à double sens et explore à la fois le monde de la radioactivité et celui de la radio et des ondes, thèmes pour lesquels les bidouillages électroniques en tous genres offrent de multiples possibilités de coller musicalement aux différents titres, que ce soit par l'intermédiaire d'un compteur Geiger au pouls s'accélérant au fil des mesures, ou encore par le biais de vagues sonores reproduisant le mouvement des ondes radiophoniques.

Mais cet album propose également un double visage sur le plan musical. Incontestablement, il s'agit de celui dont la renommée est la plus étendue, la faute au titre éponyme, véritable hit "intergalactique" (au moins) qui, non content d'avoir squatté pendant des années les ondes des radios françaises, servant notamment de générique à une émission phare d'Europe 1 animée par Jean-Loup Laffont (pour la suivante, il utilisera 'Oxygène' de Jean-Michel Jarre !) a également inspiré plus d'un groupe par la suite, au premier rang desquels OMD et ses "Enola Gay" et autres "Electricity". Titre entêtant et envoûtant malgré une mélodie toute simple, 'Radioactivity' surclasse toutes les autres plages de l'album, reléguant au rang de faire-valoir des morceaux pourtant intéressants comme 'Airwaves', ou plus encore 'Antenna'.

A l'autre bout du spectre musical, une bonne moitié des titres ne présente pas de musique, dans le sens de morceaux construits sur la base d'une mélodie. Bruitages en tous genres, stridences industrielles, utilisation d'oscilloscope, spoken word avec des voix déformées, Kraftwerk laisse courir ses expérimentations plus ou moins débridées au fil de morceaux que l'on aura rapidement tendance à zapper, rendant du coup l'ensemble plutôt décousu. Et ce n'est pas le conclusif 'Ohm Sweet Ohm' à la mélodie une nouvelle fois toute simple et s'accélérant à la manière de convives tapant dans les mains à la fin d'un banquet qui viendra rehausser une impression plutôt mitigée.

Doté d'une production et de sonorités qui ont plutôt mal vieilli, "Radio-Activity" vaut essentiellement par son morceau-titre et apparaît plus comme un témoignage des débuts de la musique électronique et de ses expérimentations que comme un album incontournable.

Plus d'information sur http://www.kraftwerk.com



GROUPES PROCHES:
TANGERINE DREAM, KLAUS SCHULZE, OMD

LISTE DES PISTES:
01. Geiger Counter
02. Radioactivity
03. Radioland
04. Airwaves
05. Intermission
06. News
07. The Voice Of Energy
08. Antenna
09. Radio Stars
10. Uranium
11. Transistor
12. Ohm Sweet Ohm


FORMATION:
Florian Schneider: Chant / Claviers
Karl Bartos: Batterie
Ralf Hütter: Chant / Claviers
Wolfgang Flür: Batterie


TAGS:
70's, Electro, Expérimental
 
 
(2) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
DARWINWILD - 03/05/2020 -
0 1
5/5
Kraftwerk est un des pionniers de la musique électronique et durant les années 70 n'a jamais cessé de repousser les limites de la technologie afin de créer des œuvres toutes plus modernes les unes que les autres.
Après avoir conquis le monde avec un "autobahn" diablement réussi bien qu'avec selon moi une seconde face pas vraiment indispensable, il nous reviennent ici avec un nouvel album qui encore une fois va frapper fort.

l'album "radioactity" est une sorte de concept-album sur la radioactivité et le nouveau monde nucléaire qui enchaine avec brio des pièces électro entrecoupées de petites pièces bruitistes qui ramène de la cohérence dans le propos.
Ici se trouve tout simplement le meilleur album de Kraftwerk et probablement l'un des plus grand chef-d'œuvre de l'histoire de la musique électronique, à mettre au panthéon de la musique aux cotés d'albums comme "equinoxe" de Jean-Michel Jarre ou de "Rubycon" de Tangerine Dream par exemple.
Tout ici est magnifique à l'exception peut-être de quelques plages bruitistes qui à part pour amener de la cohérence et lier les morceaux entre eux n'apportent pas grand chose de plus; tous les titres sont d'excellente qualité mais le titre le plus fort de l'album reste quand même le dernier "ohm sweet ohm" qui vient clore avec maestria ce chef-d'œuvre.

Un must-have de la musique électro que tout connaisseurs, collectionneur ou passionnés de musique électro se doivent d'avoir dans leur collection car qu'on ne l'aime ou qu'on ne l'aime pas cet album reste malgré tout un mythe et une pierre angulaire de la musique électro et de la musique moderne en général.

CORTO1809 - 11/10/2017 -
0 0
3/5
Radioactivity reprend les recettes d'Autobahn : mélodies répétitives, utilisation (parfois abusive) de sonorités synthétiques, modernes pour le milieu des années 70. Si les trames mélodiques restent simples, elles s'enveloppent néanmoins d'atours plus séduisants que sur l'album précédent, la palme revenant incontestablement au titre éponyme, véritable tube FM. Par ailleurs Kraftwerk, en privilégiant des titres plus courts, évite l'effet de lassitude que finissait d'inspirer le trop long et monotone 'Autobahn'.

Certes, certaines plages bruitistes ont plutôt mal vieilli, si tant est qu'elles aient jamais eu un intérêt, mais elles sont généralement suffisamment courtes pour être vite oubliées. Au final, malgré ses imperfections, Radioactivity s'avère bien moins lassant qu'Autobahn.

Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC KRAFTWERK
DERNIERE ACTUALITE
Florian Schneider, du groupe Kraftwerk, est décédé
Toutes les actualités sur KRAFTWERK
NOTES
5/5 (1 avis) 3/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
AQME: Aqme (2017)
METAL ALTERNATIF Aqme confirme avec éclat un talent énorme pour un heavy intelligent à la fois puissant, accrocheur et ouvert à pas mal d'influences.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
SAVAGE MESSIAH: Hands Of Fate (2017)
HEAVY METAL Le précédent album de Savage Messiah était mi-figue mi-raisin, le nouveau est malheureusement plus figue que raisin.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT KRAFTWERK
KRAFTWERK_The-Mix
The Mix (1991)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / AUTRES
KRAFTWERK_Electric-Cafe
Electric Café (1986)
2/5
-/5
WARNER / AUTRES
KRAFTWERK_Computer-World
Computer World (1981)
2/5
-/5
WARNER / AUTRES
KRAFTWERK_The-Man-Machine
The Man-machine (1978)
5/5
-/5
AUTRE LABEL / AUTRES
KRAFTWERK_Trans-Europe-Express
Trans Europe Express (1977)
5/5
-/5
PHILIPS/PHONOGRAM / AUTRES
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020