GROUPE/AUTEUR:

KRAFTWERK

(ALLEMAGNE)

TITRE:
ELECTRIC CAFÉ (1986)
LABEL:
WARNER
GENRE:
AUTRES

"Boing BOUM Tschak : du bruit et peu de mélodies. Tout est dit dans le premier titre de l'album."
TONYB - 08.11.2017 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
2/5
Après le mitigé "Computer World", Kraftwerk publie "Electric Café" en 1986, production qui restera très longtemps orpheline d'une suite dans la discographie studio du groupe, et dont le moins que l'on puisse dire est qu'elle ne restera pas dans les annales, ou alors pour de mauvaises raisons.

Articulé en deux faces bien distinctes, ce nouvel album voit le quatuor allemand prendre le virage marqué de la techno, délaissant dans un premier temps tous les aspects mélodiques répétitifs qui marquaient son identité. Et il va falloir bien du courage à l'auditeur pour ingurgiter les trois premiers titres d'"Electric Café". Basée sur un jeu de percussions électroniques lourdingues et de quelques 'vocaux' vocodorisés, la trilogie 'Boing Boum Tschak/Techno Pop/Music non Stop' s'avère particulièrement difficile à assimiler, la répétition de motifs sans mélodie aucune confinant rapidement à l'indigestion. Avec 30 années de recul, on peut certes souligner le côté avant-gardiste de l'objet lors de sa sortie, ainsi que la débauche d'effets qui composent cette première partie. Il n'en reste pas moins qu'il manque deux choses à tout cela : de l'émotion… et de la musique.

La deuxième face du vinyle voit le retour à un peu plus de fantaisie, avec notamment deux titres chantés qui, sans nous faire grimper au plafond, proposent tout de même quelques éléments intéressants. C'est tout d'abord 'Telephone Call', interprété une fois n'est pas coutume par Karl Bartos, qui déroule avec un certain humour toute la panoplie des bruitages et autres annonces téléphoniques, parmi lesquelles quelques historiques en français, les percussions bruitistes se faisant plus discrètes. Même chose pour 'Sex Object', où le groupe retrouve en partie l'inspiration de ses précédents opus, tandis que pour finir, 'Electric Café' nous propose un patchwork linguistique apportant un minimum d'intérêt à un gimmick de quelques notes répétés ad nauseam.

Album déroutant lors de sa publication, "Electric Café" se révèle toujours aussi peu amène à écouter 30 années plus tard, d'autant que ses effets en tous genres apparaissent aujourd'hui complètement dépassés. Il reste néanmoins un témoignage intéressant de l'époque et du déferlement technoïde qui envahit les ondes par la suite.

Plus d'information sur http://www.kraftwerk.com



GROUPES PROCHES:
KLAUS SCHULZE, OMD, TANGERINE DREAM

LISTE DES PISTES:
01. Boing Boom Tschak
02. Techno Pop
03. Musique Non Stop
04. The Telephone Call
05. Sex Object
06. Electric Cafe


FORMATION:
Florian Schneider: Chant / Claviers
Karl Bartos: Chant / Batterie
Ralf Hütter: Chant / Claviers
Wolfgang Flür: Batterie


TAGS:
80's, Electro
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC KRAFTWERK
DERNIERE ACTUALITE
Florian Schneider, du groupe Kraftwerk, est décédé
Toutes les actualités sur KRAFTWERK
NOTES
- /5 (0 avis) 2/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
POSTE 942: Long Play (2017)
HARD ROCK Poste 942 impose sa patte au parfum redneck, les jambes velues écartées entre l'Amérique profonde et les forêts varoises.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
ICEBERGS: Requiem (2017)
JAZZ Icebergs est loin de refroidir l'auditeur avec son "Requiem", un premier album qui ne constitue peut-être que la partie émergée de son talent.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT KRAFTWERK
KRAFTWERK_The-Mix
The Mix (1991)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / AUTRES
KRAFTWERK_Computer-World
Computer World (1981)
2/5
-/5
WARNER / AUTRES
KRAFTWERK_The-Man-Machine
The Man-machine (1978)
5/5
-/5
AUTRE LABEL / AUTRES
KRAFTWERK_Trans-Europe-Express
Trans Europe Express (1977)
5/5
-/5
PHILIPS/PHONOGRAM / AUTRES
KRAFTWERK_Radioactivity
Radioactivity (1975)
2/5
5/5
PHILIPS/PHONOGRAM / AUTRES
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020