.
.
GROUPE/AUTEUR:

ARENA

(ROYAUME UNI)

TITRE:
DOUBLE VISION (2018)
LABEL:
VERGLAS
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"Une cuvée tout à fait honorable d’Arena qui renoue avec un côté épique délaissé dans les derniers albums. Dommage que John Mitchell soit quelque peu sous-employé..."
ABADDON - 25.05.2018 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Frémissement en Arenaland avec la sortie du neuvième album solo des Anglais : vingt années après le mythique "Visitor", intégralement rejoué lors de la tournée 2018, "Double Vision" reconduit le même (excellent) line-up que dans l’opus précédent. Après les six années de pause qui ont suivi "Pepper’s Ghost", puis la reprise avec le mitigé "Seventh Degree...", heureusement rattrapé par l’excellent "Unquiet Sky", quelle voie pourrait bien emprunter le dernier-né, telle est la question que se posent les fans angoissés...

La lecture de la pochette rassure les inquiets : les cinq membres se sont impliqués dans les compositions, Clive Nolan signant tous les textes selon une habitude à présent bien ancrée chez Arena. Six titres d’une durée moyenne - entre 4 et 6 minutes - et pour finir (Clive l’avait promis, il l’a fait) un bon gros epic de plus de 22 minutes, soit le morceau le plus long jamais proposé par le groupe : on en salive d’avance.

Tout au long de ce "Double Vision", les marqueurs Arena sont bien présents : les ambiances tout d’abord, sombres, menaçantes, «intranquilles» comme l’indiquait le titre du dernier album, soulignées par d’excellentes lignes de basse et la frappe appuyée de Mick Pointer qui s’essaie de plus en plus à la double pédale (‘Red Eyes’). Certains titres envoient une puissance rarement déployée par le groupe (l’entame de ‘The Mirror Lies’), en revanche la guitare acoustique prend une part qu’on ne lui avait que peu vue (‘Poisoned’, ou l’excellente fin en contraste du même ‘Mirror’). Les six premiers morceaux confirment une orientation mélodique qui s’épanouit dans les parties vocales : avec Paul Manzi, Arena a trouvé une signature vocale puissante qui a pris un gros ascendant, parfois avec des accents pop un peu incongrus (quelques « woho-wo » sur les refrains), parfois un peu trop en force (‘Poisoned’), mais avec une belle amplitude. Les claviers de Clive apportent comme d’habitude toute la profondeur nécessaire, avec de jolis sons qui sonnent très Richard Wright sur le particulièrement réussi ‘The Mirror Lies’, et même un kif façon grandes orgues (‘Omens’). Reste que ces six premiers titres relèvent plus d’un savoir-faire éprouvé que d’une mise en danger pour Arena (‘Paradise of Thieves’, efficace mais conventionnel).

Avec ‘The Legend of Eliah Shade’, le groupe change de braquet. Les sept parties de cet epic apparaissent comme un jeu de piste, bourrées de références aux opus précédents du combo, et notamment au "Visitor", vingtième anniversaire oblige (à cet égard, les fans auront remarqué que le titre de l’album fait référence à un morceau du "Visitor"). Rien d’étonnant quand on connaît le goût de Clive pour les énigmes et les messages cachés... Entamé sur un rythme lent en trois temps comme ‘Solomon’, s’achevant sur la même note que ‘The Visitor’, avec les mêmes paroles («I will always find you»), enrichi d’une judicieuse reprise de thème dans ‘Tenebrae’, cette ‘Legend’, un poil moins brillamment composée que ‘Moviedrome’ qui reste un modèle du genre, enchaîne tout de même avec brio ses sept parties sans aucun temps mort, avec des arrangements variés mis en valeur par une production impeccable. Mention particulière à ‘Omens’ qui permet à Clive de développer une excellente section instrumentale bien dynamique dominée par des claviers impériaux.

"Double Vision", sans gros défaut, ne déparera pas dans la discographie d’Arena. Il peut apparaître comme un compromis entre la puissance réclamée par Mick Pointer, les thèmes vocaux accessibles délivrés par Paul Manzi et les ambiances soignées orchestrées par Clive Nolan. Toutefois, John Mitchell en soliste est un peu l’oublié de cette livraison : profitez bien de ‘Scars’ qu’il illumine de toute sa classe, faisant vivre chaque note de son solo. Avec la fin de ‘Redemption’, scandaleusement écourtée par un fade-out rapide, c’est la seule occasion que nous avons de profiter de ses époustouflantes interventions électriques. Il est quand même dommage de restreindre son apport, énorme plus-value émotionnelle quand il œuvre à la six-cordes électrique...

Plus d'information sur http://www.arenaband.co.uk/



GROUPES PROCHES:
CAAMORA, ANVISION, RAK, SILVER KEY, STORMY ATMOSPHERE, TORRENT, GHOST CIRCUS, THE FIFTH SEASON, PROFUSION, RICOCHET

LISTE DES PISTES:
01. Zhivago Wolf - 04:47
02. The Mirror Lies - 06:57
03. Scars - 05:16
04. Paradise Of Thieves - 05:10
05. Red Eyes - 06:40
06. Poisoned - 04:27
07. The Legend Of Elijah Shade -22:39 (i-veritas/ii-i Am Here/iii-saevi Manes/iv-it Lies/v-tenebrae/vi-omens/vii-redemption)


FORMATION:
Clive Nolan: Chant / Claviers
John Mitchell: Chant / Guitares
Kylan Amos: Basse
Mick Pointer: Batterie
Paul Manzi: Chant


TAGS:
Epique, Neo, Sombre
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
LOLO_THE_BEST59 - 14/07/2018 -
0 0
3/5
Sans casser 3 pattes à un canard, Double Vision démarre plutôt bien. Mais le trou d'air est terrible, avec un enchaînement de 2 titres quelconques Paradise of thieves / Red eyes. Heureusement, l'épic The Legend of Elijah Shade, varié et accessible, remet Arena sur les bons rails, même si on pourra déplorer que le final de John Mitchell soit injustement charcuté, alors que l'envolée s'avérait prometteuse. On est donc loin ici de la magie de The Visitor.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC ARENA
DERNIERE ACTUALITE
DAMIAN WILSON RENTRE DANS L'ARENA
Toutes les actualités sur ARENA
DERNIER ARTICLE
ARENA - SCÈNE BASTILLE (19 NOVEMBRE 2012)
Dans le cadre de la dernière partie de la tournée de "The Seventh Degree Of Separation" Arena passait par la Scène Bastille ce 19 Novembre 2012 Tous les articles sur ARENA
DERNIERE INTERVIEW
C'est avec une grande disponibilité et dans un climat hypra détendu que s'est déroulée l'interview de Arena à Toulouse au Connexion Live ce 22 avril 2015.

NOTES
3.2/5 (6 avis) 3.8/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
LUNATIC SOUL: Under The Fragmented Sky (2018)
ROCK PROGRESSIF Lunatic Soul et surtout Mariusz Duda livrent avec "Under A Fragmented Sky" un album cathartique à la fois sombre et parfois lumineux comme pour dire que la page se tourne afin de s'orienter vers un ciel plus azur.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
LITTLE BOB BLUES BASTARDS: New Day Coming (2018)
BLUES L´auditeur en quête de voyage et d´absolu ne saurait faire l'impasse sur cette nouvelle cuvée de notre bluesman havrais.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT ARENA
ARENA_Re-visited-Live
Re-visited Live! (2019)
3/5
3/5
VERGLAS / ROCK PROGRESSIF
ARENA_XX
Xx (2016)
4/5
2/5
METAL MIND / ROCK PROGRESSIF
ARENA_The-Unquiet-Sky
The Unquiet Sky (2015)
4/5
4/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
ARENA_The-Seventh-Degree-Of-Separation
The Seventh Degree Of Separation (2011)
3/5
3.3/5
VERGLAS / ROCK PROGRESSIF
ARENA_Smoke-And-Mirrors
Smoke And Mirrors (2006)
3/5
5/5
VERGLAS / ROCK PROGRESSIF
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020