GROUPE/AUTEUR:

SCHIZOFRANTIK

(ALLEMAGNE)

TITRE:
RIPPING HEARTACHES (2017)
LABEL:
GENTLE ART OF MUSIC
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"Une musique complexe et non dénuée d’intérêt mais souffrant d’un léger manque d’émotion."
CORTO1809 - 24.10.2017 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
3/5

A voir la pochette de l’album, une tête de statue au rictus désespéré, et le nom du groupe, Schizofrantik, contraction des mots schizophrenic (atteint de schizophrénie) et frantic (dans un état émotionnel incontrôlable), on se doute qu’on ne va pas franchement rigoler à l'écoute de "Ripping Heartaches", sixième album des Allemands. Il est vrai que le groupe nous a habitués à naviguer dans les eaux d’un progressif chaotique et avant-gardiste pas toujours évident à appréhender.

Le long ‘Satan and Death Separated by Sin’ qui ouvre l’album ne prend guère le chemin d'une édulcoration du propos de Schizofrantik. Les presque treize minutes de ce titre ressemblent à une longue improvisation à la limite de la dissonance où des boucles de guitare affolées s’opposent à une paire rythmique sombre et survoltée, installant une impression d’urgence et de danger imminent. Bien que le groupe se soit enrichi d’un claviériste, celui-ci reste trop discret sur ce morceau, comme sur le reste de l’album d’ailleurs. Le caractère âpre et agressif de ce premier titre va se perpétuer sur un ‘Hungry Ghosts’ tout aussi heurté et, dans une moindre mesure, sur le plus contrasté ‘Personal Hell’ sur lequel les musiciens opposent les arpèges cristallins d’une guitare à des tutti furieux.

Mais Schizofrantik semble avoir mis un peu d’eau dans son vin, s’essayant à des mélodies plus conventionnelles voire harmonieuses sur ses titres chantés (‘A New Day’, 'Why is my Mind ?' sur lequel plane l’ombre du King Crimson période Wetton). L’album se conclut d’ailleurs comme il avait commencé sur un long instrumental (ou presque, le chant ne s’invitant qu’en toute fin), mais autant le titre d’ouverture était tout en fureur et agressivité, autant ‘Infinity’ se fait moins torturé, opposant quelques rushes à une musique plus sereine, avec une basse bien ronde, une guitare apaisée et quelques claviers délicats dont on regrettera néanmoins la timidité.

Au final, "Ripping Heartaches", tout en restant complexe et exigeant, se révèle moins hermétique et réservé à quelques spécialistes que son introduction ne pouvait le laisser supposer. Néanmoins la musique reste plus cérébrale que charnelle, la technique des musiciens ne réussissant pas à masquer un réel déficit en émotion.


Plus d'information sur http://www.schizofrantik.de/news.html



GROUPES PROCHES:
THE FLOWER KINGS, ART ZOYD, OSADA VIDA, KING CRIMSON, PANDORA

LISTE DES PISTES:
01. Satan and Death Separated by Sin (12:51)
02. A New Day (03:46)
03. Personal Hell (05:38)
04. Hungry Ghosts (07:23)
05. Why is my Mind ? (07:51)
06. Children Stopped Crying in Aleppo (04:01)
07. Infinity (11:50)


FORMATION:
Christian Schichtl: Batterie
Henning Lübben: Claviers
Marco Osmajic: Basse
Martin Mayrhofer: Chant / Guitares


TAGS:
Avant-gardiste, Chaotique, Dissonant, Fusion, Sombre
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC SCHIZOFRANTIK
DERNIERE ACTUALITE
SCHIZOFRANTIK: The Knight On The Shark
Toutes les actualités sur SCHIZOFRANTIK
NOTES
- /5 (0 avis) 3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
ELTON JOHN: Songs From The West Coast (2001)
POP En retrouvant les valeurs qui avaient fait son succès dans les années 70, Elton John offre une collection de titres variés dont la profondeur des émotions et la sincérité renforcent la cohérence.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
UFO: The Salentino Cuts (2017)
HARD ROCK Agréable surprise, "The Salentino Cuts" témoigne qu'un bon album de reprises vaut toujours mieux qu'un tiède disque original.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT SCHIZOFRANTIK
SCHIZOFRANTIK_The-knight-on-the-shark
The Knight On The Shark (2013)
2/5
3/5
GENTLE ART OF MUSIC / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020