GROUPE/AUTEUR:

RYAN YARD

(ROYAUME UNI)

TITRE:
THE NATURE OF SOLITUDE (2017)
LABEL:
AUTOPRODUCTION
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"Après l’orchestre de chambre puis l’electro, Ryan Yard se frotte au symphonique minimaliste. L’idée est sympa mais la réalisation manque de consistance."
ABADDON - 10.11.2017 - (2) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
2/5
1970 : Anthony Phillips quitte Genesis et se lance dans une carrière musicale discrète mais éclectique, parcourant les terres pop, electro ou purement instrumentales.
1973 : un jeune inconnu qui bricole dans son coin une œuvre instrumentale finit par persuader une major de publier son travail. Mike Oldfield devient mondialement célèbre avec son "Tubular Bells".

Les deux musiciens ont en commun le goût solitaire de la recherche musicale. Ils ne sont assurément pas les seuls, et leur exemple est imité par de nombreux autres artistes. Ainsi Ryan Yard, qui a déjà sorti deux albums qu’il est permis de qualifier de "minimalistes" : "Chasing Time" en 2015, pour piano et quintet à cordes, et "M.A.C.O.", aux sonorités franchement electro. Dans son dernier opus, cet artiste anglais poursuit dans la même optique restreinte mais avec une nouvelle orientation. Si "The Nature of Solitude" revendique un caractère symphonique, Ryan Yard avoue s’être limité aux possibilités d’un iPad pour sa conception.

L’opus, représenté par une chouette photo où un bel arbre solitaire semble être le centre du monde, se découpe en deux parties d’une vingtaine de minutes, entièrement instrumentales, agrémentées d’un bref "edit". Au cours de ces longues plages, Ryan Yard juxtapose les mélodies, en restant dans un esprit calme assez proche du "Slow Dance" d’Ant Phillips. C’est pourtant plus l’esprit de Mike Oldfield qui hante les compositions - le court "edit" est quasiment un décalque des sonorités oldfieldiennes du début.

Tout cela est bien agréable mais gentiment superficiel, manquant de la profondeur souhaitée pour réellement accrocher l’auditeur. Reste à savoir si l’auditeur de 2017 cherche à écouter ces mélodies gentillettes mais qui pêchent par un manque d’attractivité et des arrangements qui paraissent plutôt désuets. C’est mieux qu’un fond sonore, mais de là à le conseiller aux amis, il y a un pas difficile à franchir. Dès leurs premières parutions, Oldfield comme Phillips avaient développé un univers beaucoup plus consistant, ici nous en sommes au troisième effort...

Plus d'information sur https://www.ryanyardmusic.com/



GROUPES PROCHES:
ANTHONY PHILLIPS, MIKE OLDFIELD

LISTE DES PISTES:
01. The Nature Of Solitude Pt.1 - 18:14
02. The Nature Of Solitude Pt. 2 - 22:26
03. The Nature Of Solitude Edit (rob Reed Mix) - 04:48


FORMATION:
Ryan Yard: Guitares / Basse / Claviers / Batterie

TAGS:
70's, Instrumental
 
 
(2) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
CORTO1809 - 10/11/2017 -
0 0
2/5
Une musique bien inoffensive, certes pas désagréable mais sans la moindre aspérité pour capter l’attention. On baille gentiment.
TONYB - 10/11/2017 -
0 0
2/5
De tous les clones de Mike Oldfield, celui-ci est le moins abouti et le moins intéressant, tant dans la construction des deux suites que dans leur interprétation. La caution d'un spécialiste du genre (Rob Reed) ne suffit pas à adouber cet album au rang des prétendants à une éventuelle succession du maestro.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC RYAN YARD
NOTES
- /5 (0 avis) 2.2/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
MARTINA EDOFF: We Will Align (2017)
HARD ROCK MELODIQUE Voilà un sympathique album de hard rock mélodique venant, une fois de plus, du froid.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
ANNIHILATOR: For The Demented (2017)
THRASH "For The Demented" voit Annihilator balancer quelques bombes thrash tout en gardant une belle face mélodique et accrocheuse.
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT RYAN YARD
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020