.
.
GROUPE/AUTEUR:

PANZERBALLETT

(ALLEMAGNE)

TITRE:
X-MAS DEATH JAZZ (2017)
LABEL:
GENTLE ART OF MUSIC
GENRE:
METAL PROGRESSIF

"Pour les fêtes de fin d'année, vous aurez la sagesse de passer votre chemin tant les Allemands se montrent dépourvus d'originalité."
ADRIANSTORK - 04.12.2017 - (2) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
1/5
L’approche des fêtes de Noël s’accompagne d’un regain de terreur qui fait frissonner tout mélomane digne de ce nom : l'invasion des diaboliques chants de Noël. Entonnés en famille au moment de la bûche ou à la télévision par un chœur d'angéliques enfants, leurs parfums mièvres, dégoulinant de bons sentiments, nous ouvrent les portes de l'Enfer. Mais lorsqu’une formation allemande connue pour son humour décalé se propose de nous bercer aux rythmes d’un "Noël death et jazzy", on se prend à espérer une revisite savoureuse des chansons traditionnelles les plus célèbres.

On peut se rassurer, il n'y a pas erreur sur la marchandise. ''X-mas Death Jazz'' est bel et bien décoré des principales boules de Noël. A quelques exceptions près, les Allemands sont allés s'abreuver à la source anglaise, ce qui nous fait regretter l'absence de l'incontournable 'O Tannenbaum' chanté dans la langue de Goethe. Comme son titre l'indique, l'album est traversé par une pulsion jazz-metal, nos Pères Noëls teutons ont sorti de leur hotte des guitares lourdes dont ils vont jouer sans parcimonie. La partie jazz, plus proche d'un rock in opposition musclé (mais allez placer rock in opposition dans le titre !), se compose de longs instrumentaux sur lesquels chacun s'affaire à faire couiner son instrument, en particulier les saxophones. Le tout aboutit à une cacophonie parodique qui effraiera les petits enfants. Les textes ne sont pas réécrits mais réinterprétés avec toute la folie du Grinch. 'White Christmas' avec ses cassures de rythme et ses choeurs sensuels laisse place à un long solo de guitare comme les aiment Frank Zappa ou Jen Majura d'Evanescence (ce n'est pas une surprise puisque c'est lui qui en joue). 'Little Drummer Boy' réussit un tour de force en opposant son chant schizophrène (qui semble parodier une célèbre chanson de Rihanna) et ses rythmiques lourdes à une douceur relative avec un solo décontracté de guitare.

Coup de cœur ? Pas du tout ! Après avoir fait sauter quelques plombs au début du disque, le groupe se retrouve à jongler avec des allumettes mouillées. Les soli de guitare sont interminables et ne suscitent guère l'engouement, les morceaux s'allongent comme les heures défilent devant un célèbre traîneau abandonné garé en double file devant le Crazy Horse. Passé le fastidieux mais encore supportable 'Kling Glokchen', 'Last Christmas', 'Rudolph' ou l'insupportable 'Let It Snow' (malgré les présences anecdotiques de Mike Kennealy et Steffen Kummerer) auraient pu avoir le même titre, sorte de copier-coller industriel. Les longs instrumentaux ressemblent trop souvent à des improvisations hasardeuses qui ne mènent nulle part. Tout s'allonge dans cet album y compris le nez de Pinocchio de la promotion officielle qui répète : ''Nos Allemands ont su éviter les pièges que ce type de projets dissimule. Avec beaucoup d'inventivité, une énergie communicative et une vraie gestion des mélodies alliée à un esprit non conformiste, ''X-mas Death Jazz' est l'album le plus original de l'année.''

''X-Mas Death Jazz'' aurait pu séduire l'espace d'un instant par une volonté parodique de rejouer des classiques de Noël à la sauce jazz-metal. Mais après quelques mesures, l'auditeur se rend compte de l'inanité d'un tel projet qui ressemble aux jeux de ces enfants qui ont trouvé un magnétophone et s'amusent à s'enregistrer. D'ailleurs, une seule écoute suffit pour remiser ce disque au placard. Moralité : il ne suffit pas de jouer ‘À la Pêche aux Moules’ avec des grosses guitares et des cris de porcs pour transformer une chanson traditionnelle en chef-d´œuvre.

Plus d'information sur http://www.panzerballett.de/



GROUPES PROCHES:
SPACED OUT, MR BUNGLE, NAKED CITY, THE DILLINGER ESCAPE PLAN, PLANET X

LISTE DES PISTES:
01. White Christmas (voc)
02. Kling
03. Ckchen
04. Little Drummer Boy
05. Es Kommt Bald (voc)
06. Last Christmas
07. Rudolph
08. Red-nosed Reindeer Voc)
09. For Whom The Jingle Bells Toll
10. Let It Snow (voc)
11. White Christmas (inst)
12. Rudolph
13. Red-nosed Reindeer (inst)
14. Es Kommt Bald (inst)
15. Let It Snow (inst)


FORMATION:
Alexander Von Hagke: Saxophone
Heiko Jung: Basse
Jan Zehrfeld : Chant / Guitares
Joe Doblhofer: Guitares
Sebastian Lanser : Batterie
Jen Majura: Guitares / Invité
Martin Strasser: Chant / Invité
Mattias "ia' Eklundh: Guitares / Invité
Mike Keneally: Chant / Invité
Steffen Kummerer: Chant / Invité


TAGS:
Avant-gardiste, Chaotique, Fusion, Happy / Délirant, Instrumental, Jam, Jazzy, Lourde, Oppressant, Compilation, Concept-album, Chant éraillé, Chant grave, Chant hurlé, Choeurs
 
 
(2) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
NOISEPOLLUTION69 - 04/12/2017 -
0 0
4/5
Ah l'album de noël... une tradition anglo-saxonne qui, en général, s'avère médiocre. Là je trouve que les versions sont vraiment différentes... et intéressantes. Mention particulière à little drummer boy. Alors oui C'est démonstratif, oui l'humour est potache mais C'est voulu .... C'est du Panzerballett quoi!
CORTO1809 - 04/12/2017 -
0 0
1/5
Cela aurait pu être une bonne idée de réinterpréter des chants traditionnels de Noël à une sauce jazz rock. Mais il aurait fallu y apporter bien plus de soin que Panzerballett qui se contente de dénaturer les originaux dans des versions nappées d’un humour potache ridicule et sans imagination.

Tout le monde a un jour ou l’autre, à la fin d’une soirée un peu trop arrosée, beuglé ‘Petit Papa Noël’ d’une voix caricaturale pour faire rire l’assemblée. C’est à peu près ce que fait Panzerballett. Mais ce qui peut prêter à sourire dans une soirée entre amis quand les gens ont un petit coup dans le nez s’avère totalement ridicule sur un CD. A éviter absolument.

Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC PANZERBALLETT
DERNIERE ACTUALITE
PANZERBALLETT: Breaking Brain
Toutes les actualités sur PANZERBALLETT
NOTES
4/5 (1 avis) 1/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
ATTRACTION THEORY: Principia (2017)
METAL PROGRESSIF Même si elle n'est pas novatrice, cette belle rondelle a pour but ultime de magnifier la voix lumineuse de Constance Amelane et de procurer un plaisir pur et simple.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
LEPROUS: Malina (2017)
METAL PROGRESSIF "Coal", The Congregation", "Malina" : même recette, mêmes ficelles, même déception. Einar Solberg vampirise les créations du groupe et ferait bien de revenir à une écriture collégiale salvatrice. Peut (beaucoup) mieux faire...
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT PANZERBALLETT
PANZERBALLETT_Breaking-Brain
Breaking Brain (2015)
4/5
-/5
GENTLE ART OF MUSIC / JAZZ
PANZERBALLETT_Live-At-Theatron-Munich-13
Live At Theatron Munich 2013 (2013)
3/5
-/5
GENTLE ART OF MUSIC / METAL FUSION
PANZERBALLETT_Tank-Goodness
Tank Goodness (2012)
4/5
2/5
GENTLE ART OF MUSIC / METAL PROGRESSIF
PANZERBALLET_Starke-Stücke
Starke Stücke (2008)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / JAZZ
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020