ARTISTE:

OPETH

(SUÈDE)
TITRE:

DELIVERANCE

(2002)
LABEL:

MUSIC FOR NATIONS

GENRE:

DEATH METAL

TAGS:
Growl
""
STRUCK (15.02.2006)  
5/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Quelle suite donner à un chef d’œuvre ? A cette question épineuse, les suédois d’Opeth ont trouvé une solution apparemment simple quand on y réfléchit bien : en faire un autre !

Avec ce 6e opus, sorti en 2002, Mikael Akerfeld prévient d’entrée que les successeurs du somptueux « Blackwater Park » seront un diptyque composé d’une part, du côté « clair » de son art avec « Damnation » et d’une autre du côté « obscur » avec « Deliverance ».

A cet égard, les suédois se font fort de nous faire comprendre ce qu’ils entendent par côté « obscur » de leur force en nous prenant aux tripes dès les premières notes de « Wreath » qui ouvre le bal…

Pour mieux définir le contenu de ce « Deliverance », intéressons-nous au morceau éponyme qui débute sur le talent tentaculaire de Martin Lopez qui accompagne un riff heavy et violent comme rarement.
Cette introduction de feu n’est qu’un énième contre-pied pour mieux désarmer un auditeur pantois à l’écoute des mélodies atmosphériques poignantes à venir qui alternent avec des passages d’une violence extrême…
Après avoir baissé les armes devant tant de virtuosité, de génie, de richesse musicale, le coup fatal nous est porté à la toute fin de ce sublissime morceau par le biais d’un riff hypnotique qui ne semble jamais vouloir s’arrêter et que nous aimerions être infini tellement c’est beau… MAGISTRAL !

Même si cet opus est censé refléter le côté obscur des suédois, ces derniers se soucient malgré tout des nerfs de leurs auditeurs en leur gratifiant de deux majestueux morceaux qui laissent augurer de quoi sera fait le futur « Damnation »… Le temps de deux titres, Opeth nous immerge dans un monde d’une beauté glaciale, d’une tristesse profonde avec l’instrumental acoustique « For Absent Friends » et le semi-acoustique « A Fair Judgement » où les mélodies emplies de grâce côtoient le dorénavant parfaitement maîtrisé chant clair du maître Akerfed…

A signaler la patte de Steven Wilson qui en superposant d’infinies nappes atmosphériques donne une profondeur émotionnelle supplémentaire aux passages calmes ; à ce titre, je vous renvoie au très intéressant doc de « Lamentations »…

Cependant, comme il est indiqué en préambule, « Deliverance » est censé dévoiler la part extrême du groupe et à ce titre, Mikael Akerfeld reprend sa grosse voix pour nous ramener à cette « dure » réalité avec « Master Apprentice » suivi de « By the Pain I see the Others »…

Comme sur le morceau éponyme, passages atmosphériques beaux à en pleurer alternent avec parties hyper agressives où Akerfeld enfonce le clou en faisant preuve d’une maîtrise parfaite des chants aussi bien gutturaux parfaitement compréhensibles (chose rare) que clairs où quand les entrailles des Enfers côtoient les refrains paradisiaques…

A l’évocation de tant de brio, on pourrait réduire Opeth à l’unique voix de ce groupe ; il n’en est rien !
Il suffit de jeter un coup d’oreille sur le riff final de « Master Apprentice » tout bonnement monstrueux où tous les acteurs instrumentalistes techniciens hors pairs mettent leur virtuosité au service de somptueuses compos.

L’exercice de style imposé qui était de donner suite au parfait « Blackwater Park » est réussi haut la main avec le magistral « Deliverance ». Dès lors, avec cet opus, Opeth assied définitivement sa suprématie métallique pour devenir culte…


Plus d'information sur http://www.opeth.com





LISTE DES PISTES:
01. Wreath
02. Deliverance
03. A Fair Judgement
04. For Absent Friends
05. Master Apprentice
06. By The Pain I See The Others

FORMATION:
Martin Lopez: Batterie
Martin Mendez: Basse
Mikael Akerfeld: Chant / Guitares
Peter Lindgren: Guitares
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
NUNO777
21/12/2009
  0 0  
5/5
Qualifié de très brutal à sa sortie il est certes l'antithèse de Damnation mais il reste un bijou de musique progressive aux multiples inspirations. Le morceau "Deliverance" est le meilleur morceau d'Opeth avec Drapery Falls et sa fin est dantesque. On peut dire la même chose de beaucoup d'albums d'Opeth mais ce Deliverance est un des deux meilleurs albums du groupe. La production de Wilson donne une couleur qui manquait lors des albums précédants Blackwater Park. Mikael Akerfeld est définitivement un génie.
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4.5/5 (4 avis)
STAFF:
4.6/5 (7 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
OPETH: nouvel extrait de "In Cauda Venenum"
DERNIER ARTICLE
OPETH + MYRKUR - LE TRIANON (PARIS) - 22 NOVEMBRE 2016
Deuxième date après une vente éclair de la première jouée la veille, dans ce Trianon qui accueille les piliers du metal prog venus représenter leur dernier opus "Sorceress"...
DERNIERE INTERVIEW
OPETH (15 JUILLET 2019)
Opeth, figure incontournable du metal progressif suédois, sort son treizième album, "In Cauda Venenum". A cette occasion, nous sommes partis à la rencontre du leader charismatique Mikael Akerfeldt !
 
AUTRES CHRONIQUES
SILENCE: Nostalgia (2004)
A.O.R. - Loin des ambitions progressives, ce CD est à rapprocher des réalisations des groupes phares de l'AOR.
AMBITION: Ambition (2006)
A.O.R. -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT OPETH
OPETH_In-Cauda-Venenum
In Cauda Venenum (2019)
4/5
4.3/5
NUCLEAR BLAST / METAL PROGRESSIF
OPETH_Sorceress
Sorceress (2016)
5/5
4/5
NUCLEAR BLAST / ROCK PROGRESSIF
OPETH_Pale-Communion
Pale Communion (2014)
4/5
4.1/5
ROADRUNNER RECORDS / METAL PROGRESSIF
OPETH_Heritage
Heritage (2011)
3/5
3.5/5
ROADRUNNER RECORDS / ROCK PROGRESSIF
OPETH_Watershed
Watershed (2008)
5/5
4.4/5
ROADRUNNER RECORDS / DEATH METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021