GROUPE/AUTEUR:

GOD IS AN ASTRONAUT

(IRLANDE)

TITRE:
EPITAPH (2018)
LABEL:
NAPALM RECORDS
GENRE:
ROCK ATMOSPHERIQUE

"God Is An Astronaut accompagne l'auditeur qui se perdra avec "Epitath" dans une apesanteur émotionnelle, comme pour sonder son âme."
CALGEPO - 11.06.2018 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
3/5
Dans 'Halo', Porcupine Tree affirmait que : "Dieu est liberté, Dieu est vérité, Dieu est pouvoir, Dieu est preuve, Dieu est mode, Dieu est renom (...) Dieu est sur le téléphone, Dieu est sur le net, Dieu est dans la sommation, Dieu est dans la menace". Mais la bande à Wilson avait oublié à l'époque que Dieu est aussi dans l'espace. Les Irlandais de God Is An Astronaut viennent nous le rappeler avec leur nouvelle offrande sous forme d'"Epitath", hommage au Roi Cramoisi ?

Le groupe s'inscrit dans un post rock moderne dans la lignée des plus grands comme Sigur Ros ou Mono. Ce genre, exempt de chant, est assez peu fédérateur en raison du minimalisme architectural qui prévaut. Sur une base mélodique répétitive viennent se greffer diverses couches qui lui apportent une certaine densité pour permettre à la musique de respirer. Le post rock est l'un des genres qui appelle sans doute le plus à l'introspection, au repli sur soi et presque à la méditation, à l'image du titre éponyme. Le morceau commence, comme de coutume, avec une loop mélodique épurée pour ensuite évoluer lentement vers des sons plus sombres et oppressants, comme pour mettre l'auditeur face à ses démons, avant de devenir légèrement lumineux vers la fin, présageant une sorte de rédemption morale.

Écouter ce genre d'album réclame une attention toute particulière et un effort de concentration, comme un parcours initiatique ou une séance de psychanalyse, un peu comme si le groupe jouait à Freud ou Eugen Bleuler, nous proposant un test de Rorschach musical. "Epitath" est un peu un miroir des sentiments d'autant qu'aucune parole n'accompagne les auditeurs, accentuant ainsi cette liberté interprétative.

'Mortal Coil' avec son rythme plus enjoué pourra être ressenti plus positivement avec notamment ses notes de piano apportant une relative légèreté soulignée par la guitare anathémienne de Torsten. Le moment phare de l'album est sans doute le titre bicéphale 'Winter Dusk / Awakening' avec sa première partie très simple et fondamentalement mélancolique comme le froid hivernal, une douceur que ne renierait pas Sigur Ros avec son évolution vers un réveil soft apocalyptique. L'autre sommet vient tout de suite après avec le torturé 'Seance Room' qui après une introduction ultra mélodique pour du post rock prend un virage plus torturé et lourd mettant l'auditeur face à ses tourments. Le sentiment de perdition arrivera à son apogée avec le titre conclusif 'Medea' enfonçant le clou dans cette ambiance crépusculaire.

Malgré l'aspect très répétitif qui ressort de ce genre d'album et cette impression qu'il ne se passe pas grand-chose, God Is An Astronaut confirme qu'il est l'un des fers de lance d'un style musical très particulier, tellement personnel en terme d'émotions pourvu que l'auditeur y accorde un peu de son temps, ce qui est à contre courant de l'industrie musicale actuelle. Il manque peut-être un peu de chant pour éviter la lassitude qui pourrait gagner l'auditeur avec cet album très bien composé et interprété. Au moins, son écoute coûte moins cher qu'une séance chez le psychiatre, ne vous en privez pas, il pourrait être même plus efficace.

Plus d'information sur https://www.facebook.com/godiaa/



GROUPES PROCHES:
RESERVE DE MARCHE, TIDES FROM NEBULA, SLEEPMAKESWAVES

LISTE DES PISTES:
01. Epitaph
02. Mortal Coil
03. Winter Dusk/Awakening
04. Seance Room
05. Komorebi
06. Medea
07. Oisín


FORMATION:
Lloyd Hanney: Batterie
Niels Kinsella: Basse
Torsten Kinsella: Chant / Guitares / Claviers / Piano


TAGS:
Chaotique, Instrumental, Sombre
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC GOD IS AN ASTRONAUT
DERNIERE ACTUALITE
GOD IS AN ASTRONAUT: Tournée reportée en 2021
Toutes les actualités sur GOD IS AN ASTRONAUT
NOTES
- /5 (0 avis) 3/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
ISSA: Run With The Pack (2018)
A.O.R. Avec un résultat global qui reste prévisible et aseptisé, la Norvégienne n’est pas prête de faire taire ses détracteurs.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
DEADLINE: Nothing Beside Remains (2018)
HARD ROCK Les Parisiens confirment leur rôle de leaders nationaux d’un hard rock aux influences nord-américaines.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT GOD IS AN ASTRONAUT
GOD-IS-AN-ASTRONAUT_Origins
Origins (2013)
4/5
3.7/5
AUTRE LABEL / POST ROCK
GOD-IS-AN-ASTRONAUT_Age-Of-The-Fifth-Sun-
Age Of The Fifth Sun (2010)
3/5
4/5
AUTRE LABEL / POST ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020