GROUPE/AUTEUR:

BARREN EARTH

(FINLANDE)

TITRE:
A COMPLEX OF CAGES (2018)
LABEL:
CENTURY MEDIA RECORDS
GENRE:
METAL PROGRESSIF

"Barren Earth prouve que le death progressif n’est pas mort et se pose désormais en leader unique d’un genre déserté qui n’attend qu’une locomotive de talent pour relancer la machine."
STRUCK - 15.03.2018 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Alors que les maîtres du death progressif originel ont totalement disparu de la scène metal (Edge of Sanity) ou bien ont changé de cap pour s’orienter vers un rock progressif hommage à celui des années 1970 (Opeth), la relève n’a jamais été réellement assurée depuis, la tendance étant au metal prog djent dans laquelle s’est engouffrée une multitude de groupes talentueux (Textures, Periphery…). Que reste-t-il donc de ce style qui jalouse secrètement son siamois black progressif qui, lui, continue de se régaler des offrandes d’un Enslaved, Borknagar et autres Ihsahn ?

Entre les balbutiements malgré tout prometteurs d’un Between the Buried and Me à l’occasion de "Coma Ecliptic" et quelques timides growls intégrés dans chaque sortie prog metal majeure (ou non), laissant à penser que ce genre a encore un futur, aucune sortie n’a réellement pu étancher la soif des fans. Il ne reste donc finalement que Barren Earth qui depuis 9 ans et la sortie de l’ultra-prometteur EP "Our Twilight" n’a cessé de confirmer son statut au travers de trois livraisons remarquées par la presse spécialisée et couronnées par une signature chez le géant Century Media pour la sortie du précédent méfait "On Lonely Towers".

Depuis ses débuts, le line-up du all-star band finnois n’a pas connu de changement majeur si ce n’est le départ marquant de son frontman Mikko Kotamäki parti se consacrer pleinement à son groupe Swallow the Sun, remplacé par Jón Aldará - connu pour ses prestations au sein de Hamferð - et Antti Myllynen qui a quant à lui remplacé Kasper Mårtenson aux claviers. Cette stabilité et le passé discographique sans faute laissent à penser que le sextet va poursuivre sa carrière sans déroger à la règle qu’il s’est fixée. Et c’est effectivement ce qu’il va faire pour notre plus grand plaisir !

Même si l’entame instrumentale de ‘The Living Fortress’ évoquera plus un Dream Theater époque "Awake" et si les premières lignes de chant clair pourront déstabiliser les habitués du genre, très rapidement et dès les premières montagnes russes agrémentées de growls, il ne fait aucun doute que Barren Earth s’obstine à arpenter les chemins sinueux du death progressif défrichés par les précurseurs suédois.
Cette tendance est confirmée dès le deuxième titre ‘Ruby’ et ‘Further Down’ dans un registre death prog vigoureux et jubilatoire sublimé par une rythmique furieuse et hypnotique calquée sur ‘Deliverance’. Le parallèle avec Opeth v 1.0 est d’autant plus évident que le chant guttural de Jón Aldará est la parfaite alternative pour tous ceux qui comme nous en sont sevrés depuis 10 ans, derniers growls en date de la référence du genre sur "Watershed".

Même si par la suite, Barren Earth ralentit le tempo avec ’Zeal’, cela n’altère en rien l’enthousiasmante recette clair-obscur entrevue depuis le début. Dans ces conditions, le travail varié de Antti Myllynen évoquant la plupart du temps Jon Lord est primordial, comme en témoigne l’intro envoutante de ‘Zeal’ justement qui pourra évoquer le Ayreon de "Into the Electric Castle"…

Ceux qui pensent encore que Barren Earth serait un mix entre les influences de chaque musicien en seront pour leurs frais, les notes folk qui parsemaient les précédentes livraisons ont quasiment disparu, ne laissant plus que les digressions orientales sur le pavé ‘Solitude Pith’ qui s’embrase crescendo sur sa seconde partie à tiroirs, comme le groupe l’avait fait avec succès par le passé sur ‘Oriental Pyre’ tiré de "The Devil’s Resolve".

Les titres s’enchaînent dans cette veine totalement addictive sans aucun répit avec la ballade finale ‘Withdrawal’ qui clôt ce quatrième chapitre tout en douceur. Si bien que nous aurions pu énumérer et faire l’apologie des neuf titres en présence sur plus d’une heure de musique, car "A Complex of Cages" est un condensé de ce que le death progressif issu du croisement du death metal et du rock progressif des années 1970 offre de meilleur. Le seul élément source d’éventuelle insatisfaction pourrait résider dans le chant clair de Jón Aldará, assez éloigné des standards auxquels nous étions habitués. Mauvaise habitude liée à une surconsommation excessive de la référence Åkerfeldt en la matière ? Toujours est-il que la tessiture grave et les intonations théâtrales dans les parties claires de Jón Aldará peuvent rendre son propos moins persuasif.

Au final, "A Complex of Cages" est un vrai soulagement pour tous ceux qui pensaient que le style avait rendu son dernier râle sur "Watershed". Avec cette nouvelle livraison dans le prolongement prometteur de ses devancières, Barren Earth prouve que le death progressif n’est pas mort et se pose désormais en leader unique d’un genre déserté qui n’attend qu’une locomotive de talent pour relancer la machine. Reste désormais à savoir si les membres du line-up laisseront une place au projet Barren Earth pour se développer et valider nos propos dans leurs agendas surchargés avec leurs groupes respectifs Amorphis, Kreator, Waltari, Moonsorrow et autres Hamferð

Plus d'information sur http://www.barrenearth.com/v2/index.html



GROUPES PROCHES:
BEFORE THE DAWN, AMORPHIS, HAUCHARD, DESTINITY, OPETH, INSOMNIUM

LISTE DES PISTES:
01. Zeal
02. The Living Fortress
03. Ruby
04. Further Down
05. Scatterprey
06. Solitude Pith
07. Dysphoria
08. Spire
09. Withdrawal


FORMATION:
Antti Myllynen: Claviers
Janne Perttilä: Guitares
Jón Aldárá: Chant
Marko Tarvonen : Batterie
Oppu Laine: Basse
Sami Yli-sirniö: Guitares


TAGS:
70's, Sombre, Chant grunt/growl
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC BARREN EARTH
DERNIERE ACTUALITE
BARREN EARTH: On Lonely Towers
Toutes les actualités sur BARREN EARTH
NOTES
5/5 (1 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
BOREALIS: The Offering (2018)
METAL MELODIQUE Fait pour les amateurs de metal melodique efficace, Borealis maintient un cap très bien maîtrisé.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
LIFESIGNS: Cardington (2017)
ROCK PROGRESSIF A la fois complexe, raffiné et très accessible, "Cardington" fait partie de ces albums de progressif que l'on aimerait rencontrer plus souvent.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT BARREN EARTH
BARREN-EARTH_The-Devil’s-Resolve
The Devil’s Resolve (2012)
4/5
5/5
PEACEVILLE RECORDS / METAL PROGRESSIF
BARREN-EARTH_Curse-Of-The-Red-River
Curse Of The Red River (2010)
4/5
4/5
PEACEVILLE RECORDS / DEATH METAL
BARREN-EARTH_Our-Twilight
Our Twilight (2009)
4/5
-/5
PEACEVILLE RECORDS / DEATH METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020