GROUPE/AUTEUR:

MESMUR

(ETATS UNIS)

TITRE:
S (2017)
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
DOOM

"Avec "S", voyage ténébreux à travers un funeral doom cosmique, Mesmur étale sa science du canevas à la fois cafardeux et aérien, tellurique et fantomatique."
CHILDERIC THOR - 27.02.2018 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Si l’époque, à l’aube du nouveau millénaire, où nous découvrions avec un plaisir masochiste le funeral doom, paraît loin désormais, le genre nous réserve cependant encore de belles et douloureuses surprises. La première prière éponyme de Mesmur en a fait partie, il y a trois ans. Nous attendions depuis lors que le projet guidé par Jeremy Lewis, tête pensante du groupe de black metal progressif Dalla Nebbia, mais dont les autres membres sont basés entre les Etats-Unis, l’Italie et l’Australie, se fende d’une seconde offrande. C’est enfin chose (bien) faite.

D’abord hébergé chez Code666, ce montage international a rejoint l’écurie de Solitude Productions qui publie cet album au nom énigmatique. "S", tel est son titre. Derrière cette simple lettre se cache à nouveau une exploration sonore enveloppante et vertigineuse qui se répand en de tentaculaires nappes blafardes. Si, à l’image du démentiel ‘Singularity’, plongée caverneuse dans les arcanes de l’indicible, il n’innove en rien, alignant comme des pinces à linge sur un fil tous les invariants propres au doom funéraire, du chant d’outre-tombe d’une abyssale profondeur à ces claviers brumeux sans oublier ces guitares léthargiques qui tissent une toile dans laquelle les ambiances cotonneuses s’engluent, Mesmur sait que le genre reste davantage une question d’atmosphères que d’originalité. Ce qui ne l’empêche pas d’inoculer une sève cosmique à ce tempo tellement paresseux que le batteur a le temps d’aller pisser entre deux coups de caisse claire.

De fait, par l’entremise de plaintes qui se dilatent à l’infini, "S" se drape dans un linceul plus spectral encore que son aîné. L’usage d’un orgue Hammond embrumé sur ‘Exile’ concourt à colorer cet opus d’un pigment quasi astral, qui bourgeonne à travers une nuit glaciale et opaque en une myriade d’effluves funèbres. S’ouvrant sur des notes squelettiques et nimbé d’un voile scintillant de noirceur, ‘Distension’ a quelque chose d’une inexorable errance à travers l’étendue opaque du cosmos.

Le groupe y étale sa science du canevas à la fois cafardeux et aérien, tellurique et fantomatique, fouillant l’espace dans lequel il semble dériver à la manière d’un astéroïde venu du fond des âges avant d’être avalé par un gigantesque trou noir. Fruit de musiciens dont l’habileté technique n’est plus à démontrer, "S" vibre d’une puissance sourde et étouffée qui prend toute sa dimension lors de la conclusion éponyme, piste instrumentale qui brille d’une beauté fascinante.

Se détachant quelque peu de l’influence Evoken qui drapait son premier album, sans pour autant se rapprocher d’un Esoteric qui demeure le maître incontesté du funeral doom cosmique, Mesmur affine son art plus évocateur que jamais d’un abîme nocturne depuis lequel nous parviennent de faibles signaux d’espoir.

Plus d'information sur https://www.facebook.com/mesmurdoom



GROUPES PROCHES:
SHAPE OF DESPAIR, ESOTERIC

LISTE DES PISTES:
01. Singularity - 15:06
02. Exile - 14:35
03. Distension - 16:24
04. S = K Ln O - 06:48


FORMATION:
Chris G: Chant
Jeremy Lewis: Chant / Claviers
John Devos: Batterie
Michele Mura: Basse


TAGS:
Mélancolique, Sombre, Chant guttural
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC MESMUR
NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
BRYAN ADAMS: Bryan Adams (1980)
ROCK Ce premier album à l’intérêt essentiellement historique permet néanmoins de découvrir une voix hors normes, un fort potentiel mélodique et une maîtrise de l’art de la composition.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
NEAL MORSE: Life & Times (2018)
POP Faire de la bonne pop est un art difficile. Neal Morse y excelle. Chaudement recommandé !
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MESMUR
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020