.
.
GROUPE/AUTEUR:

EXTREMITIES

(HOLLANDE)

TITRE:
GAIA (2018)
LABEL:
PAINTED BASS RECORDS
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"Un premier album complexe, varié au point d'en être déstabilisant. Du progressif, au pied de la lettre."
OCERIAN - 23.04.2018 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
3/5
Extremities est un jeune groupe hollandais qui n'avait jusque-là proposé qu'un EP en 2016 et qui nous livre un premier album intitulé "Gaia". Il s'agit d'une musique compacte, massive, progressive et riche qui fait notamment référence à des pointures telles que Mastodon, Gojira et bien sûr Textures. Notons au passage que le chanteur Thimo Franssen a joué avec Shadowrise dans un registre un peu différent puisqu'il s'agissait de metal symphonique. Voyons en détail ce que ça donne.

L'album s'ouvre sur un 'Colossus' qui est... colossal, dans le sens où le son est absolument énorme, d'une lourdeur et d'une puissance absolues, doté d'un chant massif, guttural et profond. De quoi réveiller les morts-vivants bataves qui s'égareraient à Eindhoven. La tonalité sera très variable par la suite avec des passages posés, voire atmosphériques à l'image des premières minutes de 'Circular Motions' et de 'Hydrosphere' ou d'autres beaucoup plus véhéments ('Emissary'). Le chant de 'War' rappelle sur certaines mélodies la voix emphatique de Einar Solberg de Leprous avant de s'emballer en vocalises gutturales et malfaisantes. Les rythmes syncopés ne sont pas non plus absents ('Reanimate') conférant une frénésie presque perceptible sur le plan charnel.

L'album se clôt par une longue pièce de près de 18 minutes qui déploie une facette très progressive avec de nombreux passages calmes, parfois agrémentée de saxophone, une voix alternativement hurlée ou d'une clarté aérienne. Les arpèges atmosphériques aux ambiances qui évoquent des groupes tels que Haken laissent la place sur la fin à une cavalcade d'une densité sonore qui pourrait se rapprocher d'Opeth avant de conclure le plus calmement du monde.

Cette alternance vocale coïncide avec des chavirements de l'environnement musical qui est d'une incroyable diversité. Et même si une certaine continuité mélodique et tonale assure une forme d'homogénéité, il est possible d'être un peu déstabilisé par tant de revirements et ce qui peut apparaître comme une incohérence due à une envie de saisir l'auditeur coûte que coûte. Cela aboutit à une forme de malaise, une difficulté à rentrer dans cet album qui ne se laisse pas apprivoiser.

Extremities ne ment pas sur la marchandise puisque sa marque de fabrique semble de faire passer l'auditeur d'un  extrême musical à l'autre en permanence, y compris même parfois au sein du même morceau. Il en ressort un premier album difficile à appréhender, qui possède de nombreuses qualités et des passages réussis. Mais à force de jouer avec le feu, les Hollandais risquent de ne pas trouver leur public ou de le perdre en route.

Plus d'information sur https://www.facebook.com/extremitiesband/



GROUPES PROCHES:
TEXTURES, CALIGULA'S HORSE, GOJIRA, MASTODON, PAIN OF SALVATION

LISTE DES PISTES:
01. Colossus - 7:53
02. Circular Motions - 6:23
03. Emissary - 5:47
04. Hydosphere - 8:21
05. War - 4:41
06. Reanimate - 4:43
07. Through The Dreamscape - 7:16
08. The Inward Eye - 17:57


FORMATION:
Bart Merkus: Basse
David Luiten: Guitares
Maarten Stoelhorst: Guitares
Pim Goverde: Batterie
Thimo Franssen: Chant


TAGS:
Chaotique, Groovy, Chant aigu, Chant hurlé
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC EXTREMITIES
NOTES
5/5 (1 avis) 3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
DIMMU BORGIR: Eonian (2018)
BLACK METAL Dimmu Borgir met fin à un long silence et signe une œuvre qui ne laissera pas indifférent, à la fois symphonique, théâtrale et chargée d'une force épique grandiloquente.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
ROOM ME: Anaon (2018)
ROCK Room Me proposant la facette sombre d’un rock sans fard ni artifice pourrait illustrer un conte d'Edgar Allan Poe tant sa noirceur est prégnante.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT EXTREMITIES
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020