ARTISTE:

DEINONYCHUS

(ALLEMAGNE)
TITRE:

ODE TO ACTS OF MURDER, DYSTOPIA AND SUICIDE

(2017)
LABEL:

MY KINGDOM MUSIC

GENRE:

BLACK METAL

TAGS:
Chant hurlé, Lourde, Sombre
"Deinonychus poursuit l'érection d'un édifice d'une dureté autoritaire, lardé de stigmates profonds d'où s'écoule une sève maladive."
CHILDERIC THOR (25.04.2018)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

On n'aborde pas un nouveau disque de Deinonychus, entité culte depuis près de vingt-cinq ans malgré sa disparition scellée en 2008, comme celui du premier groupe venu. A l'instar de son (faux) frère jumeau Bethlehem, le projet, qui se confond avec son maître des lieux, Marco Kehren, a peu à peu bâti une œuvre extrêmement personnelle qui l'a conduit du black metal ("The Silence Of December", "The Weeping Of A Thousand Years" publiés chez Cacophonous) au doom le plus tourmenté ("Monument", "Insomnia") pour aboutir à un art plus sévère et abrupt encore sur "Warfare Machines"(2007), qu'on a longtemps cru être son testament, opus d'ailleurs à l'origine d'une polémique stupide qui voulait que ses auteurs soient des nazis, ce que ces derniers ont bien entendu contesté.

Que le chanteur (entre autres) se soit essayé à la musique industrielle par le biais de Nihil Novi Sub Sole ("Jupiter Temple") ne surprend pas, car Deinonychus possède depuis longtemps déjà cette dimension martiale, presque militaire, qui du reste prête facilement le flanc aux controverses. Vomi des limbes dont on pensait qu'il ne reviendrait pas, le Panzer accouche aujourd'hui de son neuvième album (en comptant l’EP "When The Rain Falls... An Empty Sky Remains"), attendu comme un Graal mortifère et sépulcral, depuis que ce retour a été annoncé en 2016.

Cette résurrection se révèle d'autant plus excitante que le Hollandais se trouve désormais accompagné du batteur Steve Wolz (Bethlehem, Imperia) et surtout de Markus "Schwadorff" Stock (Empyrium, The Vision Bleak) aux claviers, producteur et musicien vénéré qu'on ne présente plus. Entame rongée par la folie, 'Like Taker' affiche des traits lourds reconnaissables entre mille et laisse penser que "Ode To Acts Of Murder, Dystopia And Suicide" reprend les choses là où "Warfare Machines" les a laissées il y a presque dix ans. Pourtant si le chant hystérique et écorché renvoie à ce passé autoritaire, cette amorce emprunte brutalement un autre chemin. Ainsi, à mi-parcours, le tempo s'emballe emporté par la frappe implacable d'une batterie guerrière que viennent peu à peu lécher de ténébreuses nappes de claviers. Le tout s'achève sur les notes grêles d'un piano désincarné pendant que Kehren éructe comme si demain ne devait pas exister, errant à travers les corridors d'un asile. On ne soulignera jamais assez, à ce sujet, quel tribut nombre de chanteurs doivent lui payer, à commencer par Jonathan Théry de Funeralium / Ataraxie qui n'a jamais caché être influencé par le Hollandais.

D'une lenteur emphatique, 'For This I Silence You' répand quant à lui une beauté désespérée avec une force sourde avant que la cadence ne s'accélère vicieusement en une éruption toutefois rapidement avortée. De fait si Deinonychus demeure fidèle à lui-même, ce n'est pas tant pour l'âpreté de ses atours mais pour cette manière qu'il a toujours de ne pas être là où on l'attend, de préférer les angles morts aux rassurantes lignes droites. Par la suite 'The Weak Have Taken The Earth' puis 'Buried Under The Frangipanis' retranchent "Ode To Acts Of Murder, Dystopia And Suicide" entre les murs d'un blockhaus à la fois pétrifié et dévoré par des émanations fiévreuses.

Convulsion possédée, 'Dead Horse' témoigne que le groupe n'a pas d'égal lorsqu'il s'agit de faire suinter une décrépitude absolue, condamnant aux caniveaux tous les suicidaires du DSBM. Il y a quelque de chose de pourri, de malsain dans ces guitares abîmées ('Silhouette') et cette voix hallucinée qui plongent l'ensemble dans les arcanes d'une démence indicible sans aucun espoir de retour. Extrêmement dense, chaque titre se veut le réceptacle d'une noirceur aussi radicale que décharnée à l'image des plombés 'There Is No Eden' et 'Dusk', plus négatifs et morbides que bien des plaintes dépressives ruminées par le funeral doom. Là résident le pouvoir de fascination ainsi que la force (obscure) de Deinonychus qui parvient plus que jamais à combiner la noirceur définitive du black metal à la douleur funèbre du doom.

Si les come-back se soldent souvent par des échecs sinon des déceptions, tel n'est pas le cas des Hollandais dont la reformation se révèle totalement justifiée par ce "Ode To Acts Of Murder, Dystopia And Suicide" qui, sur le socle établi par ses prédécesseurs, poursuit l'érection d'un édifice d'une dureté autoritaire, lardé de stigmates profonds d'où s'écoule une sève maladive.


Plus d'information sur https://www.facebook.com/deinonychusofficial/?fref=ts



GROUPES PROCHES:
BETHLEHEM

LISTE DES PISTES:
01. Life Taker - 04:58
02. For This I Silence You - 06:17
03. The Weak Have Taken The Earth - 06:09
04. Buried Under The Frangipanis - 06:10
05. Dead Horse - 06:29
06. Dusk - 04:19
07. There Is No Eden - 06:00
08. Silhouette - 04:47

FORMATION:
Marco Kehren: Chant / Guitares
Steve Wolz: Batterie
Ulf Theodor Schwadorf (Markus Stock): Claviers
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
VARSOVIE: Coups Et Blessures (2018)
ROCK - Erodé par une marée noire de sentiments et de pensées, ce troisième album libère des fragrances entêtantes et poétiques, ouvrant les vannes d'un dark rock douloureux et obsédant.
FURIAPOLIS: Déesses (2018)
ROCK ALTERNATIF - Avec son rock authentique et ses mélodies efficaces, "Déesses" fait passer un bon moment et installe Furiapolis en tête des "frenchies" à suivre de près.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020