ARTISTE:

A.C.O.D

(FRANCE)
TITRE:

THE DIVINE TRIUMPH

(2018)
LABEL:

JIVE

GENRE:

DEATH METAL

TAGS:
Growl, Technique
"L’éclat brutal, éblouissant et presque mystique se trouve au bout du chemin douloureux du sublime “The Divine Triumph”."
THIBAUTK (01.10.2018)  
5/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

A.c.o.D, né dans la cité phocéenne, arpente depuis l'origine des chemins rocailleux ou des paysages déformés. Music Waves avait reconnu les qualités de la formation avec le très prometteur “II The Maelstrom”. Depuis, tout en affirmant son style, la formation propose la première partie d’un triptyque conceptuel (“The Divine Triumph”).

L’opus est “[...] l’évocation d’une personne entre la vie et la mort et qui se trouve dans un monde parallèle sans savoir si elle est vivante ou morte” (sic). Un voyage initiatique infernal, sorte de prolongation de l’oeuvre de Dante... Vous qui allez y jeter une oreille, apprêtez-vous à plonger dans les entrailles d’abysses personnels, suivez ce conte habillé de ténèbres où résonnent les mots à la tristesse profonde. Un voyage aux enfers initié par la pochette effrayante de l’album qui prolonge les visions cauchemardesques de Jérôme Brosch et son pandémonium.

Même si les premiers instants de la galette sont paisibles et habillés de majesté grandiloquente ou de chœurs quasi-religieux (‘L'Ascension des Abysses’) ou même si ‘Sanity Falls’ emprunte une voie digne de Septicflesh ou Chaostar, le terreau de l’œuvre repose sur la puissance noire qui souligne une chute vertigineuse. L’opus navigue ainsi entre le direct et la technique, technique des riffs élaborés et de  la basse qui ose se mettre en avant (‘Broken Eyes’), entre le doux et le violent, entre la peur et la douceur (‘Fleshcell’). Car même si sur ce titre le riff est étouffant et la voix terrifiante, même si la batterie est écrasante, le morceau se termine sur des arpèges qui résonnent dans le silence religieux d’une cathédrale glaciale. Une bataille incessante se livre entre la violence et la douceur, la dissonance et la mélodie, et suit ainsi les tracas, peurs et interrogations d’un être qui dégringole entre paradis et les enfers de ‘Omnes Tenebrae’ lorsque la voix effrayante surgit de la brume. La musique personnifie des visions infernales et quand bien même un instant de calme existerait, A.c.o.D le transfigure illico en écartèlement sonore à la limite du supportable, comme si la beauté n’avait pas sa place (‘Sanity Falls’) pour que seule l’ombre persiste.

Sur ce chariot lancé à pleine vitesse, le groupe embrasse des éléments progressifs engendrés par de nombreuses variations de tempo. C’est aussi ce sentiment de transgression des styles qui prédomine sur ‘Sleeping Shores’ à la longueur peu commune, aux variations fouillées et aux passages dantesques ; émancipation aussi lorsqu'au sein de ce feu infernal s’élève l'âme limpide d’un piano cristallin. Presque cinématographique, presque héroïque, presque épique, mais totalement lyrique, le titre dévoile ainsi des instants puissants gorgés d’émotion. 

“The Divine Triumph” est une leçon de maturité de la part d'A.c.o.D. Son style cruel et âpre laisse apparaître une mélancolie profonde et une douceur matérialisée sur des passages lumineux qui synthétisent une multitude de courants extrêmes (‘Between Worlds’, ‘Road To Nowhere’). Si vous plongez dans ce disque dépouillé d’espoir, vous goûterez au bout du chemin l’éclat éblouissant et mystique d’un album grandiose qui confirme le groupe comme un incontournable de la scène death hexagonale.


Plus d'information sur https://www.facebook.com/acodband/



GROUPES PROCHES:
CARCASS, SOILWORK


LISTE DES PISTES:
01. L'ascension Des Abysses
02. Omnes Tenebrae
03. Road To Nowhere
04. Broken Eyes
05. Between Worlds
06. Tristis Unda
07. Sanity Falls
08. The Divine Triumph
09. Fleshcell
10. Beyond Depths
11. Sleeping Shores

FORMATION:
Fred: Chant
Jé: Guitares / Basse
Raf: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
5/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE INTERVIEW
A.C.O.D (28 OCTOBRE 2015)
A l'occasion de la sortie du très remarqué "II The Maelstrom", Music Waves a décidé d'en savoir plus sur A.C.O.D...
 
AUTRES CHRONIQUES
DYNAZTY: Firesign (2018)
HEAVY METAL - Mélodies imparables, chant expressif, son groovy, guitares heavy et claviers symphoniques sont les ingrédients du metal mélodique de "Firesign" et du succès annoncé pour Dynazty. Une bonne surprise.
VENUES: Aspire (2018)
METALCORE - Des éructations masculines dispensables et une personnalité en gestation n'empêchent pas "Aspire" d'être une agréable découverte en matière de metal(core) fardé de voix féminines.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT A.C.O.D
A-C-O-D_II-The-Maelstrom
Ii The Maelstrom (2015)
3/5
-/5
AUTOPRODUCTION / BLACK METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021