GROUPE/AUTEUR:

HAKEN

(ROYAUME UNI)

TITRE:
VECTOR (2018)
LABEL:
INSIDEOUT MUSIC
GENRE:
METAL PROGRESSIF

""Vector" est une pierre de plus à un édifice monumental qui participe activement à redéfinir le metal progressif."
NUNO777 - 05.04.2019 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Depuis la sortie d’ "Affinity", les Anglais d’Haken ont multiplié les activités. En premier lieu la participation à la tournée montée par Mike Portnoy intitulée Shattered Fortress pour jouer des anciens titres de Dream Theater, qui a permis au groupe d’ouvrir son champ d’action et de convertir de nouveaux adeptes. A suivi la sortie il y a quelques mois de "L-1VE" le premier DVD de concert du groupe pour parachever une décennie au sommet du metal progressif mondial. C’est pendant la tournée avec Mike Portnoy que les premières ébauches pour un futur album ont été écrites. Quelques mois plus tard les Londoniens nous présentent leur cinquième album "Vector".

Après avoir fait la magistrale démonstration par trois fois de sa grande maîtrise du metal progressif épique et alambiqué, Haken a entrepris avec "Affinity" de ramasser son écriture dans des formats plus synthétiques. Démarche qui trouve en "Vector" un pas supplémentaire avec leur disque le plus court et un seul titre de plus de dix minutes. Cette volonté de concision se retrouve dans les qualités harmoniques et mélodiques des morceaux et leurs tournures d'efficacité. Exemple avec le direct 'The Good Doctor' qui fait penser à Muse et 'Puzzle Box', véritable assemblage de la signature d'Haken qui récapitule nombres d'éléments abordés dans les albums précédents comme les ambiances sombres de "Aquarius" ou les claviers et sonorités très 80's issues d'"Affinity". L'option qui consiste à abréger les développements se lit particulièrement dans ce dernier avec cette cassure brève aux deux tiers qui aurait pu être plus longuement étirée.

Après cette excellente mise en bouche, "Vector" passe au plat de résistance avec 'Veil'. Là encore Haken use de tous les artifices dont il est l'habile coutumier. Les riffs y sont mordants et puissants, les contrastes judicieux entre couplets calmes et refrains percutants, les parties instrumentales virtuoses et les soli gorgés de feeling. 'Veil' fourmille tellement d'idées qu’il va mettre en surchauffe nombre de synapses. Les plus remarquables sont la séquence dissonante jazz au mitan et la reprise de cassure à l'atmosphère étrange très Twin Peaks. L’impression de démence frénétique qui ressort du titre, dans les assemblages entre parties et les excès de contrastes, ne manquera pas d’appuyer le concept psychologisant de "Vector". Avec sa folie un peu exagérée et sa densité, ‘Veil’ est difficile d’accès mais se révèle au final comme une des réalisations les plus surprenantes du groupe. La dernière bouchée du mets se fait avec le bourratif 'Nil By Mouth', un instrumental typique très technique et parfaitement exécuté mais qui n'apporte rien de fondamental à l'album.

Haken a appliqué à la lettre la règle qui veut qu’un album court se doit de débuter et de s’achever sur des temps forts. Si "Affinity" gâtait son final en laissant une impression mitigée sur le reste du disque, "Vector" peaufine sa conclusion avec deux titres qui allient originalité et émotion. Dans cet accueillant ‘Host’ aux accents pop, les Anglais troquent les grosses saturations pour la chaleur des guitares acoustiques, la timidité de claviers tremblotants et les murmures de trompettes posant une ambiance à l’apaisante suavité. Ces subtilités rendent l’impression d’ascension finale encore plus vertigineuse de puissance. Différent dans son approche mais tout aussi réussi que son prédécesseur, l’intense ‘A Cell Divides’ clôt "Vector" par une plongée dans les profondeurs abyssales d’une conscience humaine bouillonnante sous forme d’une variation rythmique saccadée appuyée d’une tonalité très leprousienne à l’effet dévastateur.

Avec "Vector", son disque le plus sombre par la thématique qu’il explore et musicalement le plus dense et déchaîné, Haken poursuit une constante évolution initiée dès ses débuts. Album après album, Haken pose les jalons d’une redéfinition du metal progressif et par sa déjà monumentale discographie se place à l’avant-garde de cette révolution.

Plus d'information sur http://www.haken.fr/



GROUPES PROCHES:
THE FLOWER KINGS, BEYOND THE BRIDGE, YES, ERESIS, GATE 6, LIQUID TENSION EXPERIMENT, HAUCHARD, DREAM THEATER, PAIN OF SALVATION, LEPROUS

LISTE DES PISTES:
01. Clear
02. The Good Doctor
03. Puzzle Box
04. Veil
05. Nil By Mouth
06. Host
07. A Cell Divides


FORMATION:
Charles Griffiths : Guitares
Conner Green: Basse
Diego Tejeida : Claviers
Ray Hearne : Batterie
Richard Henshall: Guitares / Claviers
Ross Jennings : Chant


TAGS:
Technique, Concept-album
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC HAKEN
DERNIERE ACTUALITE
HAKEN: Les détails sur le nouveau 'Virus'
Toutes les actualités sur HAKEN
DERNIER ARTICLE
HAKEN + VOLA + BENT KNEE (14 MARS 2019)
Pour son retour dans la capitale, Haken nous livre un show 5 étoiles mené d'une main de maître. Un des groupes progressifs les plus passionnants du moment. Tous les articles sur HAKEN
DERNIERE INTERVIEW
Un an après avoir rencontré les Anglais, nous retrouvons le guitariste Charlie Griffiths à l'occasion de la sortie du nouvel album de Haken, "Virus"

NOTES
4.7/5 (3 avis) 4.3/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
BURNING RAIN: Face The Music (2019)
HARD ROCK MELODIQUE Doug Aldrich et Keith St. John fêtent les vingt ans de Burning Rain avec un album sans grande originalité mais parfaitement réalisé.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
IVAN: Memory (2018)
DOOM Opaque et léthargique, "Memory" est sourd à toute progression, interminable Golgotha dont l'horizon semble bouché.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT HAKEN
HAKEN_Virus
Virus (2020)
4/5
-/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
HAKEN_Affinity
Affinity (2016)
4/5
4/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
HAKEN_Restoration
Restoration (2014)
2/5
4/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
HAKEN_The-Mountain
The Mountain (2013)
4/5
4.6/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
HAKEN_Visions
Visions (2011)
5/5
4.5/5
SENSORY / METAL PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020