GROUPE/AUTEUR:

COHEED AND CAMBRIA

(ETATS UNIS)

TITRE:
THE UNHEAVENLY CREATURES (2018)
LABEL:
ROADRUNNER RECORDS
GENRE:
ROCK

"Coheed & Cambria reprend le fil des aventures de The Amory Wars avec le premier acte d'une saga ambitieuse qui commence par un "The Unheavenly Creatures" sous forme d'une synthèse du style des Américains."
NUNO777 - 08.10.2018 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Après la parenthèse "The Color Before The Sun" qui voyait Coheed & Cambria s'éloigner momentanément de son fil conducteur conceptuel des débuts et montrait un Coheed & Cambria plus immédiat et accrocheur, les Américains ont décidé de continuer les aventures des Guerres d’Amory. Ce neuvième album inaugure une série de cinq disques et pour ce premier acte, "Unheavenly Creatures", Coheed & Cambria sort tout l'attirail pour rendre la plus crédible possible cette œuvre narrative avec une iconographie très cinématographique, l'incarnation de l'histoire dans des personnages très affichés et un livre-roman édité avec l'édition complète du disque. Presque toutes les composantes de l'œuvre d'art complète sont réunies. Ne manque plus que le film qui donnera vie à cette création.

Côté garniture, Coheed & Cambria réalise son disque le plus dense avec quinze titres pour près de 1h20 de musique. Les Américains vont s’employer à rendre l’écoute de ce disque conceptuel intimidant la plus fluide possible. Pour ce faire, ils ne lésinent pas sur les intermèdes et introductions sous forme de courtes séquences narratives ou épiques typiques du cinéma d’aventure comme dans le 'Prologue', 'Queen of the Dark', 'It Walks Among Us' ou 'Night-Time Walkers'. Le groupe mise tout autant sur une certaine densité qui a plus à voir avec les albums antérieurs à "The Color Before The Sun", en travaillant la tournure de ses riffs, la qualité harmonique de ses chants et en investissant des styles variés, plus que sur des formats directs et des mélodies consensuelles héritées de son dernier album.

'Prologue' introduit le disque comme il se doit, à savoir une voix sombre et des effets pour immerger l'auditeur dans cette bande-son de scénario de science-fiction. Les hostilités sont lancées avec un 'The Dark Sentencer', puissant, poussé par les encouragements d'un public fictif avant un premier temps plus léger avec le jovial 'Unheavenly Creatures' et ses claviers décalés et 'Toys' au refrain fédérateur. Coheed And Cambria se lance par la suite dans deux titres au fort caractère qui représentent la partie du disque la plus sophistiquée avec le dantesque 'Black Sunday' dont les riffs font penser à du Queensryche et le sombre 'Queen of the Dark' au refrain à la fois mélodique et recherché, pourvoyeur d'une émotion palpable.

Par la suite Coheed & Cambria va faire cohabiter des structures simples et des refrains immédiats avec divers agréments, dont certains enrichissent le rendu global quand d'autres l'affadissent. Heureusement ces derniers sont rares et prêtent plus à sourire qu'à rejeter les compositions, souvent de qualité, dans lesquelles ils s'intègrent. On pense notamment aux chants un peu faciles, pour ne pas dire niais, de 'True Ugly, 'The Gutter', 'It Walks Among Us' (et ses "oh oh oh") ou 'Old Flames' (ses "na na na na" agaçants) ou le côté froid et daté des voix robotiques de 'Night-Time Walkers'. Parmi les bonnes idées, on relèvera le remuant 'Love Protocol' et son riff à la Police, 'The Pavilion (A Long Way Back)', ses arrangements de cordes et sa tension bien cultivée ou 'The Gutter' et son solo queenien. La fin du disque s'essouffle avec quatre titres moins percutants et mémorables qui alourdissent un album généreusement garni. De plus, le choix de finir sur une ballade acoustique s'éteignant en fade out n'est pas le plus judicieux qui soit.

Coheed & Cambria a toujours cultivé une signature élargie lui permettant d'aborder le rock complexe avec la même affinité que le rock plus formaté. "Vaxis – Act I: The Unheavenly Creatures" s'aborde en ce sens comme une synthèse de tout ce qui caractérise Coheed & Cambria, le meilleur comme le plus déconcertant. Tout n'est pas parfait dans ce long et dense album qui aurait gagner en percussion et fluidité en se délestant de quelques titres. Cela n'enlève en rien la qualité globale du reste du disque et le mérite de Coheed & Cambria de se lancer dans ce projet ambitieux.

Plus d'information sur http://www.coheedandcambria.com/



GROUPES PROCHES:
AGUENAOU, AND YOU WILL KNOW US BY THE TRAIL OF DEAD, DREDG, DEVENTTER, 3 (USA), COPELAND, ALEXISONFIRE, KILL HANNAH, MINUS THE BEAR, CIRCA SURVIVE

LISTE DES PISTES:
01. Prologue
02. The Dark Sentencer
03. Unheavenly Creatures
04. Toys
05. Black Sunday
06. Queen Of The Dark
07. True Ugly
08. Love Protocol
09. The Pavilion (A Long Way Back)
10. Night-Time Walkers 11. The Gutter
12. All On Fire
13. It Walks Among US
14. Old Flames
15. Lucky Stars


FORMATION:
Claudio Sanchez: Chant / Guitares
Josh Eppard: Batterie / Percussions
Travis Stever: Guitares
Zach Cooper: Basse


TAGS:
Accessible / FM, Concept-album, Chant aigu
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC COHEED AND CAMBRIA
DERNIERE ACTUALITE
COHEED AND CAMBRIA: Nouveau Clip vidéo
Toutes les actualités sur COHEED AND CAMBRIA
DERNIER ARTICLE
COHEED AND CAMBRIA + AGENT FRESCO A LA MAROQUINERIE
Une soirée conceptuelle dans un premier temps, qui se transforme en spectacle pour lycéens des Etats-Unis qui reprennent en chœur "Hey-Hey-Hey heyyy!". Pourquoi pas? Tous les articles sur COHEED AND CAMBRIA
NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
QUICKSILVER NIGHT: Symmetry (2018)
ROCK PROGRESSIF Beaucoup de démonstrations techniques stériles sur cet album, par ailleurs plombé par des erreurs de production coupables...
 
CHRONIQUE SUIVANTE
DEPECHE MODE: Construction Time Again (1983)
POP Ce troisième album marque le début d'une nouvelle ère pour Depeche Mode, jetant les bases de leur style et succès futurs.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT COHEED AND CAMBRIA
COHEED-AND-CAMBRIA_The-Color-Before-The-Sun
The Color Before The Sun (2015)
3/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK ALTERNATIF
COHEED-AND-CAMBRIA_Afterman--Descension
Afterman - Descension (2013)
4/5
3/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
COHEED-AND-CAMBRIA_No-World-For-Tomorrow
No World For Tomorrow (2007)
5/5
4.5/5
SONY BMG / ROCK PROGRESSIF
COHEED-AND-CAMBRIA_From-Fear-Through-The-Eyes
From Fear Through The Eyes Of Madness (2005)
5/5
4/5
SONY BMG / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020