ARTISTE:

ANASAZI

(FRANCE)
TITRE:

ASK THE DUST

(2018)
LABEL:

AUTOPRODUCTION

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Mélancolique, Planant
"Sombre, pessimiste, personnel, varié, "Ask The Dust" confirme malgré les vicissitudes et les changements de line up ?une discographie quasi sans faille."
CALGEPO (30.08.2018)  
4/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

En matière de rock à tendance progressive, il existe quelques groupes français qui n’ont pas à rougir de la comparaison avec les combos anglo-saxons. anasazi depuis sa création peut se targuer de rentrer dans cette catégorie. Formé au pied des Alpes il y a plus de 15 ans et tirant son nom d’une peuplade amérindienne signifiant « les anciens », le groupe, qui commence à bien porter son nom pour le coup, n’a eu de cesse de produire des albums de très bonne qualité mettant en exergue des influences allant de Dream Theater à Porcupine Tree en passant par les Beatles.

Si les premiers albums étaient marqués du sceau de ces inspirations, anazasi a su les intégrer au fil des sorties pour mieux s’en émanciper et imprimer sa touche personnelle grâce notamment au timbre très distinctif de son chanteur Mathieu Madani. Loin des poncifs des chanteurs metal progressif qui ont parfois la fâcheuse tendance à pousser au maximum leurs vocaux jusqu’à surjouer, la voix plutôt pop et nuancée de Mathieu apporte au groupe une touche identifiable non négligeable qui permet aux Grenoblois d’émerger sur la scène musicale.

Après la sortie de "1000 Yard Stare" qui fut une indéniable réussite, Mathieu a pris son temps pour composer avec le fidèle et talentueux bassiste Christophe Blanc-Tailleur onze nouveaux titres en intégrant un nouveau batteur (Anthony Barruel) et un nouveau guitariste (Bruno Saget) qui ont pris part à l'écriture.

"Ask The Dust" est donc le cinquième album du groupe à la cover aussi bien travaillée que les précédentes. Elle met en scène un manège dont le toit se désagrège, flottant sur une mer agitée.  On prend la mesure de la parabole suggérée qui conduit l’auditeur à interpréter ce manège comme la représentation d’une société gangrenée et secouée par ses tourments environnants pour finir en poussière, pour peu qu'il prenne conscience des sujets sensibles évoqués, en anglais, dans des chansons traitant de la maltraitance des enfants, de maladies orphelines, de suicide, d’écologie, de mal être… Et l'album de se vouloir le reflet d'un triste constat d'une société décadente ! A première vue, cette pochette pourrait faire penser à un album de neo progressif classique mais cette impression trompeuse s’évapore lorsque le bouton play est enclenché.

Car cet "Ask The Dust" ne se résume pas uniquement à ce style. Au contraire il est multiple, protéiforme et par définition riche faisant ainsi tout le sel et la singularité de la musique du groupe. Le revers de la médaille est que l’album nécessite plusieurs écoutes pour que l'on soit définitivement embarqué dans cette traversée. Il faut dire que anasazi a un sens inné pour écrire des titres accessibles mais aussi plus fouillés, moins immédiats. L’auditeur est tantôt porté par des embruns rock qui tutoient le metal prenant (‘Staring At The Sun’ et ‘Miles Away’) ou, à l’inverse, par des titres plus déstructurés dans lesquels la guitare saturée tranche avec les nappes de claviers rappelant la base porcupienne revendiquée par le groupe (‘Feeling Nothing’). Il faut dire que Mathieu et Bruno ne sont pas avares en solos inspirés tout en gardant cet esprit de synthèse et d'absence de fioritures stériles.

Si l'album précédent était très axé metal, le nouveau bébé est plus subtil dans son approche tout en conservant une belle puissance (le nouveau batteur y est pour quelque chose) et apporte son lot de nouveautés. Au premier rang de cette progression se trouvent un instrumental ('Once Dead') où le groupe trouve l'alchimie entre la technique et l'émotion, quelques expérimentations électroniques ('Ask The Sun') ou des constructions encore plus alambiquées se rapprochant quelque peu de Pain Of Salvation ('And The Grudge (Still Here)') et beaucoup de Pink Floyd ('Still I Can't Hide').

Ce manège pas enchanté, sombre, pessimiste, personnel, varié, illustre un "Ask The Dust" qui est la manifestation du talent du groupe pour maintenir tout l'intérêt pendant ce long album et vient confirmer, malgré les vicissitudes et les changements de line up, une discographie quasi sans faille.


Plus d'information sur http://www.anasazi-prog.com/





LISTE DES PISTES:
01. Staring At The Sun
02. Miles Away
03. Feeling Nothing
04. Drift Away
05. Falling
06. The Second Before
07. Still I Can't Wait
08. And The Grudge (still Here)
09. Into The Flood
10. Once Dead
11. Ask The Dust

FORMATION:
Anthony Barruel: Batterie
Bruno Saget: Guitares
Christophe Blanc-Tailleur: Basse
Mathieu Madani: Chant / Guitares
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
LOLO_THE_BEST59
29/09/2018
791
  0 0  
4/5
Voila effectivement un album qui demande quelques écoutes pour vraiment entrer dedans. Anasazi nous délivre une solde prestations, avec des titres qui font montre d'une belle puissance, mais toujours mélodique (l'enchaînement classieux des titres 7 e 8). Mathieu Madani dispose d'un timbre de voix particulier, qui donne une vraie originalité, pour ne pas dire personnalité, au groupe. Sur les titres les plus accrocheurs, on pourra juste reprocher quelques riffs de guitare qui traînent en longueur. Finalement, c'est dans les titres les plus calmes qu'Anasazi se montre le moins à l'aise, comme si ce n'était pas son terrain de jeu : Once dead est d'un ennui mortel, sans jeu de mot, et The Second Before est juste irritant. Mais tout cela reste de très bonne facture, et en tant que composition hexagonale, mérite tous nos encouragements.
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4.2/5 (6 avis)
STAFF:
4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
ANASAZI DEVOILE SON 5ème ALBUM "ASK THE DUST"
DERNIERE INTERVIEW
A LA DÉCOUVERTE D'ANASAZI - AVEC MATHIEU MADANI, SON GÉNITEUR - MAI 2011
Après la parution plus que remarquée de "Playing Ordinary People", dernier album d'anasazi, rencontre avec Mathieu Madani, géniteur et tête pensante du groupe.
 
AUTRES CHRONIQUES
ENUFF Z'NUFF: Diamond Boy (2018)
HARD ROCK - Sans pour autant réinventer le genre, Enuff Z'Nuff propose avec "Diamond Boy" un disque de hard rock FM solide et efficace qui plaira aux amateurs
LEE AARON: Diamond Baby Blues (2018)
ROCK - Entre reprises et titres personnels, "Diamond Baby Blues" s'impose comme l'album le plus enthousiasmant que la belle nous ait offert depuis "Some Girls Do It" !
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT ANASAZI
ANASAZI_1000-Yard-Stare
1000 Yard Stare (2014)
4/5
3.6/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
ANASAZI_Playing-Ordinary-People
Playing Ordinary People (2011)
4/5
4/5
AUTOPRODUCTION / METAL PROGRESSIF
ANASAZI_Origins
Origin(s) (2008)
4/5
3/5
AUTOPRODUCTION / METAL PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021