.
.
GROUPE/AUTEUR:

QUICKSILVER NIGHT

(ETATS UNIS)

TITRE:
SYMMETRY (2018)
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
ROCK PROGRESSIF

"Beaucoup de démonstrations techniques stériles sur cet album, par ailleurs plombé par des erreurs de production coupables..."
ABADDON - 08.10.2018 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
2/5
QuickSilver Night est le projet solo de Warren Russel, entouré dans chacune de ses productions (3 EP et un LP à ce jour) d’une pléiade d’invités, guitaristes ou chanteurs. Pour ce "Symmetry", il ne déroge pas à sa règle : il a composé tous les morceaux et assure toutes les parties instrumentales, déléguant les solos de guitare à ses guests.

Une réunion de musiciens fait-elle un groupe ? Un compositeur en charge de toutes les instrumentations, des claviers à la section rythmique, peut-il livrer un opus attractif et suffisamment diversifié ? Les exemples ne manquent pas (Sunrise Auranaut pour n’en citer qu’un), qui se sont brûlés les ailes faute d’une diversité ou d'une compétence suffisantes…

Une fois n’étant pas coutume, examinons l’objet pupitre par pupitre. Côté guitares, c’est plutôt pas mal : c’est l’instrument vedette du projet et les shredders s’en donnent à cœur joie, comme souvent sur un fond mélodique assez pauvre, mais dans des démonstrations techniques impressionnantes. 'Quicksilver Night' est l’exemple-type de la démonstration masturbatoire en triples croches techniquement maîtrisée mais qui ne fait vibrer aucune corde sensible chez l’auditeur. C’est d’autant plus dommage que le parti-pris systématiquement agressif des guitares tue un morceau comme 'The Ship oh Theseus’ qui aurait mérité un traitement autrement plus délicat…

Les claviers sont réduits à une marginale participation, sauf sur 'Child of Spring' qui sort de la routine ambiante. La basse est le plus souvent aux abonnés absents, témoin le début d' 'Atlas' où la batterie assure seule la rythmique. Il faut attendre le cinquième titre ('Buffalo Head') pour l’entendre se manifester de façon musicale.

Il y aurait beaucoup à dire sur le jeu de batterie : il est urgent que Warren Russel se décide à engager un vrai batteur, ses partitions rejoignent la subtilité des boîtes à rythmes. En plus la production place en avant cet instrument, si bien que l’auditeur entend tous les manques (il y avait un joli travail possible sur 'Child of Spring') ou ses imperfections (le travail de toms approximatif sur 'Invocation').

Quant au chant… que dire ? On croirait assister à un concours de laideur. A ce petit jeu, Jon Boylan remporte la palme sur un 'Atlas' où la résultante du travail des musiciens réussit à livrer un morceau épouvantable de mocheté.

Passons sur le concept : " "Symmetry" explore des concepts lyriques sur les choix que nous faisons grâce à notre libre arbitre et sur les conséquences de ces choix. Ce n'est cependant pas un scénario linéaire, ni même lié à un personnage spécifique ; c'est plus une série de vignettes métaphoriques." Quand on en est à ce point de vaguitude, mieux vaut ne pas parler de concept, on sombre dans le pathétique.

Que sauver de cette débâcle ? L’ultime ’Symmetry’ contient en germe des promesses intéressantes : le rythme orientalisant, inattendu au milieu de toutes ces saillies métalliques, posant un réel fond mélodique, est une oasis de fraîcheur inattendue, avec des interventions shred pour une fois signifiantes, s’insérant dans le propos de manière plus fluide et cohérente. Malheureusement la batterie continue à rester sur un pattern toujours basique et limité, et c’est très dommage compte tenu de la (relative) richesse des thèmes. Dommage que la fin s'évapore en fade out...

Cet album illustre le danger qui guette les navigateurs solitaires : un manque de recul amène rapidement au naufrage. Le capitaine devrait s’entourer d’un équipage compétent pour mieux conduire son navire…

Plus d'information sur http://quicksilvernightproductions.com/



GROUPES PROCHES:
VAN HALEN, JOE SATRIANI

LISTE DES PISTES:
01. The Symmetry Overture : 03:08
02. Atlas - 05:21
03. Quicksilver Night - 07:23
04. The Ship Of Theseus - 03:53
05. Buffalo Head (2017) (remastered) - 03:50
06. Invocation - 05:39
07. Talus - 05:07
08. Child Of Spring - 04:37
09. Symmetry - 04:53


FORMATION:
Warren Russel: Guitares / Basse / Claviers / Batterie
Devé Sherielle: Chant / Invité
Farzad Golpayegani: Guitares / Invité
Jason Cale: Chant / Guitares / Invité
Jon Boylan: Chant / Invité
Mike Kershaw: Chant / Invité
Milt Gore: Guitares / Invité


TAGS:
Technique, Guitar-Hero
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
EDDYA - 08/10/2018 -
0 0
2/5
Pour avoir écouté l'album après avoir lu la chronique, j'ajouterai:

- La basse aussi est un VST (basse programmée et non jouée),
- La production est assez pauvre (les guitares rythmiques sont sourdes, la basse à trop de bas medium, ça bave),
- Les compositions sont assez insipides, trop souvent sur la même note, espérant que le chanteur trouvera quelque chose pour rendre la chose intéressante.

Bref, c'est pas nul, il y 'a des choses intéressantes, ça sent même parfois Agents of Mercy (le titre éponyme par exemple), mais les compositions manquent d'insolence, de fougue.

D'ailleurs, dans la présentation du groupe, Music Waves met VAN HALEN et JOE SATRIANI en groupes proches, c'est complément foiré, le groupe se rapproche plus des groupes de rock progressif des années 70 ...

Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC QUICKSILVER NIGHT
NOTES
2/5 (1 avis) 2/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
ADVERSVM: Aion Sitra Ahra (2018)
DOOM "Aion Sitra Ahra" nous entraîne dans les profondeurs d'un abîme insondable que jonchent voix d'outre-tombe, rythmique engluée dans la terre froide et guitares grêles aux allures de foreuses.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
COHEED AND CAMBRIA: The Unheavenly Creatures (2018)
ROCK Coheed & Cambria reprend le fil des aventures de The Amory Wars avec le premier acte d'une saga ambitieuse qui commence par un "The Unheavenly Creatures" sous forme d'une synthèse du style des Américains.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT QUICKSILVER NIGHT
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020