GROUPE/AUTEUR:

BONFIRE

(ALLEMAGNE)

TITRE:
LEGENDS (2018)
LABEL:
AFM RECORDS
GENRE:
HARD ROCK MELODIQUE

"Prétexte à une tournée avec de nombreux chanteurs invités, cet opus se révèle sans intérêt et ne soutient qu’à de très rares occasions la comparaison avec les titres originaux."
LOLOCELTIC - 07.01.2019 - (0) Avis des lecteurs - (2) commentaire(s)
2/5
Après un début de carrière en fanfare qui l’a vu propulsé au rang de concurrent de Scorpions avec des albums tels que "Fireworks" (1987) ou "Point Blank" (1989), Bonfire n’a jamais réussi à confirmer, enchaînant les albums décevants ou simplement corrects ainsi que les séparations et changements de line-up. Particulièrement visé, le poste de chanteur a néanmoins vu défiler des pointures telles que Claus Lessmann, David Reece et Michael Bormann. Depuis deux ans, c’est Alexx Stahl qui tient le micro et c’est donc lui qui officie sur cette nouvelle offrande discographique du quintet teuton intitulée "Legends". Habitué à l’exercice des reprises, Bonfire dégaine ici 32 covers pour plus de deux heures et demi de musique.

A peine deux ans après un "Pearls" qui les voyait déjà reprendre leur propre répertoire avec leur line-up du moment, la question se pose de l’intérêt réel d’une telle sortie. En effet, l’exercice peut éventuellement faire se hausser le sourcil ou le pavillon auditif s’il se fait dans le cadre d’un titre entouré de compositions originales ou, et surtout si, il apporte quelque chose de plus à la version originale. A trop rester collé à l’interprétation du créateur, on prend le risque, au mieux de lasser, au pire de ne pas soutenir la comparaison. Avec un tel pavé, Bonfire a donc intérêt à ne pas se manquer sous peine de vite se montrer indigeste. Seulement voilà, prétexte à une tournée à venir en compagnie de nombreux chanteurs des formations concernées, cet opus aura du mal à squatter vos platines sur toute sa durée sans que plusieurs pauses ne vous soient nécessaires, voire qu’une irrésistible envie d’appuyer sur le bouton ‘stop’ ne finisse par vous convaincre de mettre un terme à l’épreuve avant la ligne d’arrivée.

Et cette envie risque de vous titiller rapidement tant les reprises de Toto qui ouvrent cet opus sont la preuve que Bonfire n’a pas eu conscience du risque qu’il prenait. Si Alexx Stahl n’est pas Bobby Kimball, il arrive tant bien que mal à éviter un ridicule dans lequel s’enferrent ses camarades guitaristes avec, entre autres, un solo en shred sur ‘Africa’ d’un ridicule affligeant. Pour soutenir la comparaison avec Steve Lukather, il faut un minimum de finesse dont le combo ne semble pas être équipé (‘Rosanna’, léger comme un pachyderme après son dîner). La preuve, seuls les titres les plus heavy s’en sortent sans trop de dégâts, même si Stahl peine un peu dans les aigus sur certains titres (‘Rebellion’). Par contre, dès qu’il faut se frotter à des formations plus mélodiques, le massacre n’est pas loin, voire évident (‘Tears In The Rain’, ‘Hallelujah’, ‘Love Don’t Lie’…). Et pour clôturer le tout, la présence en fin d’album de trois titres de Quaster, occulte formation allemande, laisse dubitatif quant à son intérêt.

Si cette analyse vous paraît sévère c’est qu’elle concerne une formation que l’expérience aurait dû mettre à l’abri d’un tel naufrage. Bien sûr, tout ça peut s’écouter dans le cadre d’une soirée festive et arrosée mais l’intérêt d’une telle production est tout simplement inexistant. Il est donc conseillé d’éviter de perdre son temps avec un "Legends" dont le nom ne pourra s’appliquer qu’aux formations dont les titres sont repris ici sans qu’il soit possible de vraiment parler d’hommage.

Plus d'information sur http://www.bonfire.de/



GROUPES PROCHES:
SCORPIONS, GOTTHARD, MAD MAX, DARK SKY

LISTE DES PISTES:
01. Africa - 4:54
02. Hold The Line - 4:10
03. Rosanna - 5:38
04. Man On The Silver Mountain - 3:58
05. I Surrender - 3:44
06. Stone Cold - 4:39
07. Death Alley Driver - 4:27
08. Black Masquerade - 5:42
09. Burning Heart - 3:55
10. Eye Of The Tiger - 4:36
11. Caught In The Game - 4:31
12. Doctor Doctor - 4:29
13. Lights Out - 5:27
14. Rock Bottom - 6:32
15. Child In Time - 10:18
16. Jet City Woman - 5:18
17. Silent Lucidity - 5:44
18. Eyes Of A Stranger - 7:17
19. Tears In The Rain - 4:35
20. The First Time - 3:18
21. Save Up All Your Tears - 4:12
22. Hot Cherie - 4:36
23. Dr. Love - 5:49
24. Hallelujah - 5:06
25. Rebellion - 4:20
26. Heavy Metal Breakdown - 3:50
27. Love Don't Lie - 3:42
28. I Wanna Be Loved - 3:28
29. King Of Dreams - 4:56
30. Frei Wie Die Geier - 4:27
31. Erinnerung - 5:50
32. Alt Wie Ein Baum - 2:49


FORMATION:
Alexx Stahl: Chant
Frank Pane: Guitares
Hans Ziller: Guitares
Ronnie Parkes: Basse
Tim Breideband: Batterie


TAGS:
Old School, Compilation, Reprises
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(2) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
TORPEDO - 24/03/2020 15:26:27
0
Chacun ses gouts dira-t-on. Celui qui semble avoir envie d'en découdre, c'est plutôt toi avec le chroniqueur ? D'autant que personnellement, je trouve que ses arguments sont plutôt justes. Pour avoir écouté les reprises de toto (et encore il critique pas la batterie alors qu'elle y aurait droit vu le manque de finesse - euphémisme - comparé à l'original), Child in time (ouch!) et quelques autres un peu moins ratées (Eye of the tiger), Jet City Woman pas trop mal, on a un peu l'impression de se retrouver dans un bar à écouter un groupe local qui s'amuserait à faire des reprises. Donc pour un groupe comme Bonfire, la critique me parait logique.
ZOZO - 24/03/2020 11:47:15
0
Dès le début de sa critique, l'auteur se ridiculise en n'ayant même pas fait une rapide recherche sur la carrière de Bonfire qui, précédemment connu sous le nom de Cacumen, s'est formé en 1972 et a sorti des albums dès le début des années 80.
Le reste de la chronique ressemble à un exceptionnel exercice de mauvaise foi doublé d'une irrationnelle envie d'en découdre. C'est minuscule et assez pathétique, comme, probablement, le mâle organe de l'auteur de cette critique
Lecteurs, sachez que pour assez banale que soit cette collection, elle n'est pas le naufrage ici décrit.
Et je précise que je ne suis pas fan de Bonfire qui n'a jamais autre chose qu'un groupe de seconde division mais, vraiment, là, c'est trop !
Haut de page
EN RELATION AVEC BONFIRE
DERNIERE ACTUALITE
BONFIRE: Nouvel album en avril
Toutes les actualités sur BONFIRE
NOTES
- /5 (0 avis) 2/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
YANN ARMELLINO & EL BUTCHO: 17 (2018)
HARD ROCK Yann Armellino & El Butcho nous livrent un album authentique qui réchauffera le cœur de tout amateur de hard rock.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
KILMARA: Across The Realm Of Time (2018)
METAL MELODIQUE Malgré une apparente familiarité des compositions, Kilmara parvient à insuffler sa propre musicalité, son supplément d'âme qui ne procure que du plaisir.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT BONFIRE
BONFIRE_Fistful-Of-Fire
Fistful Of Fire (2020)
2/5
-/5
AFM RECORDS / HARD ROCK MELODIQUE
BONFIRE_The-Räuber
The Räuber (2008)
3/5
-/5
AUTRE LABEL / HARD ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020