ARTISTE:

ABHORRENCE

(FINLANDE)
TITRE:

MEGALOHYDROTHALASSOPHOBIC

(2018)
LABEL:

SVART RECORDS

GENRE:

DEATH METAL

TAGS:
90's, Old School
""Megalohydrothalassophobic" sera-t-il l'ultime soubresaut d'un mort revenu à la vie ou incarnera-t-il le nouveau départ d'un groupe à la carrière contrariée ?"
CHILDERIC THOR (18.10.2018)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

La faute à un sabordage survenu trop vite, après même pas deux années d'existence qui l'auront toutefois vu accoucher d'une démo culte ("Vulgar Necrolatry") et d'un EP éponyme entre 1990 et 1991, Abhorrence a été un peu oublié. Il fut pourtant là dès le début, pionnier du death metal finlandais, au même titre que Funebre, Sentenced ou Amorphis avec lequel il partage le guitariste Tomi Koivusaari. En 2012, au moment où cette chapelle morbide reprend des couleurs (rouges), le groupe s'échappe du caveau dans lequel il croupissait depuis vingt ans pour une série de concerts. Et alors que cette résurrection devait se limiter à quelques messes funèbres, de nouveaux signes de mort sont finalement capturés, rassemblés, non pas dans les entrailles d'un album (qui aurait été le premier) mais au sein d'un EP cinq titres publié par Svart Records, notre fournisseur préféré en jus des milles lacs.

Si nous avons tendance à nous méfier - à raison - de ce genre de reformations qui cachent mal leur motif mercantile, il n'en va pas de même du retour d'Abhorrence et ce, pour plusieurs raisons. D'une part parce que tous ses membres historiques prennent part à cette réanimation. Seul le mercenaire des fûts, Waltteri Väyrynen (Paradise Lost, Vallenfyre entre beaucoup d'autres), est une pièce rapportée. D'autre part, et c'est le plus important, car ce retour devrait lui permettre de corriger un départ avorté en lui offrant, peut-être, la carrière que son statut de défricheur aurait dû (pu) lui promettre. Enfin, parce que les Finlandais (au sens large), quel que soit le style pratiqué, déçoivent rarement.

"Megalohydrothalassophobic" est le titre, curieux, de cette procession résurrectionnelle que certains attendaient depuis six ans. S'il aurait pu faire les frais d'une intro qui n'apporte rien sinon allonger le menu, Abhorrence régurgite quatre hosties grumeleuses plus doom que death qu'enveloppe un son qui claque comme une peau tendue par des crochets de boucher. Ce qui ne lui interdit pas de marteler un tempo rapide ('The Four Billion Year Dream') et de multiplier les éruptions purulentes ('Hyperobject Beneath The Waves'). Englué dans une boue gelée, 'Anthem For The Anthropocene' n'est pas sans évoquer le Paradise Lost récent : chant caverneux à souhait, accordage plus bas que terre et rythmique congestionnée bâtissent un cénotaphe tellurique.

Mais le morceau le plus intéressant du lot se révèle être sans doute 'The End Has Already Happened', conclusion longue de plus de sept minutes qui, après des préliminaires inquiétants dont les sons et bruitages nous plongent dans l'ambiance de film d'horreur aquatique dans laquelle baigne d'ailleurs tout l'opus, se lance dans une pesante érection instrumentale. Il faut attendre le tiers de l'écoute pour voir la voix glaireuse surgir. Irrigué par des guitares souterraines, le titre s'enfonce ensuite peu à peu dans les profondeurs abyssales de fosses sous-marines.

Reste maintenant à savoir si "Megalohydrothalassophobic" sera l'ultime soubresaut d'un mort revenu à la vie ou s'il incarnera le nouveau départ d'un groupe à la carrière contrariée…


Plus d'information sur https://www.facebook.com/abhorrencefin



GROUPES PROCHES:
AMORPHIS

LISTE DES PISTES:
01. Intro: The Mesh
02. Anthem For The Anthropocene
03. The Four Billion Year Dream
04. Hyperobject Beneath The Waves
05. The End Has Already Happened

FORMATION:
Jukka Kolehmainen: Chant
Jussi Ahlroth: Basse
Kalle Mattsson: Guitares
Tomi Koivusaari: Guitares
Waltteri Väyrynen: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
AMARANTHE: Helix (2018)
METAL MELODIQUE - Modernité manquant de caractère et originalité en berne d'un côté, mélodies efficaces et entraînantes portées par des vocalises hors pair de l'autre : "Helix" n'est pas mauvais mais un poil décevant.
SUNCHILD: Messages From Afar : The Division And Illusion Of Time (2018)
ROCK PROGRESSIF - Un album agréable mais un peu superficiel et décousu.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020