GROUPE/AUTEUR:

YNGWIE MALMSTEEN

(SUÈDE)

TITRE:
BLUE LIGHTNING (2019)
LABEL:
MASCOT LABEL GROUP
GENRE:
GUITAR HERO

"Avec "Blue Lightning", Malmsteen tente un album de blues. Mais là où Yngwie passe, le groove trépasse."
NEWF - 15.03.2019 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
1/5
Ringard, has been, dépassé, mégalomane, prétentieux, caractériel, colérique, tout ou presque a été dit sur Yngwie Malmsteen. Eh bien, vous savez quoi ? Yngwie s’en fiche comme de son premier jeu de cordes. Pire, il en joue avec un plaisir non dissimulé. Il suffit pour s’en convaincre de regarder le clip de ‘Sun’s Up Top’s Down’, single extrait de son nouvel album "Blue Lightning" et visible en bas de cette chronique. Yngwie nous montre sa collection de guitares Fender, d’amplis Marshall et de voitures Ferrari, pendant que défilent en surimpression les paroles nullissimes de la chanson. Si ce n’est pas un doigt d’honneur adressé à ses détracteurs, ça y ressemble étrangement.

A moins que le mercantilisme ne l’emporte sur le cynisme et que la mise en avant des marques ne soit un complément de revenus pour le Suédois. Dans tous les cas, c’est affligeant. Yngwie est-il à ce point intouchable qu’aucun membre de son entourage ne soit capable de lui expliquer que les années 80 sont définitivement révolues ? Tandis que la grande majorité de ses congénères guitar heroes travaillent d’arrache-pied à moderniser leur style et leur son, Malmsteen, lui, reste enfermé dans sa tour d’ivoire et continue de vivre sur ses acquis, persuadé que le seul fait d’avoir inventé le metal néoclassique lui assure une légitimité à vie.

"Blue Lightning" n’est cependant pas un album néoclassique. Composé de huit reprises et de seulement quatre titres originaux, Yngwie le revendique comme un hommage au blues et aux guitaristes qu’il respecte. Ces derniers sont si peu nombreux que le tour de la question est vite fait. Ce sont d’abord ‘Foxey Lady’ et ‘Purple Haze’ de Jimi Hendrix qui ont l’honneur d’être massacrés par le maître. Même lorsqu’il troque sa chère gamme mineure harmonique contre la gamme pentatonique qui fait l’essence du blues, Yngwie Malmsteen ne peut pas s’empêcher d’ajouter des notes partout. En plus d’être une négation complète du style d’Hendrix, c’est une manière particulièrement efficace de tuer le groove à jamais. Le blues est une musique basée sur les hollers, ces fameuses phrases musicales en question-réponse dont les silences servent à faire vivre le tempo. Bien que grand amateur de musique classique, les silences ne font pas partie des partitions de Malmsteen qui ressemble à un orateur s’exprimant avec des mots mais rarement avec des phrases, rendant son discours totalement vide de sens. C’est plus fort que lui, Malmsteen se complaît dans sa légende d’astiqueur de manche. La reprise de ‘Forever Man’ d’Eric Clapton est à ce titre emblématique de l’absence de discernement du Suédois, capable sans aucun remord de transformer ce monument funk soul en un hard rock eighties totalement has been. Là où Yngwie passe, le groove trépasse.

Seul au monde dans son studio, le guitariste ose tout et c’est même à ça qu’on le reconnait. Il passe à la moulinette de son inconsistance des grands classiques qui n’en demandaient pas tant : ‘While My Guitar Gently Weeps’ des Beatles devient une succession ininterrompue de montées de gammes, ‘Paint It Black’ des Rolling Stones est particulièrement desservi par le chant mal assuré d’Yngwie et l’archi rebattu ‘Smoke On The Water’ de Deep Purple finit de perdre l’auditeur en route tant sa reprise ne fait plaisir qu’à Malmsteen lui-même. Quant aux titres originaux composés par Sa Seigneurie, ils brillent le plus souvent par leur absence d’originalité et leur manque d’inspiration (‘Blue Lightning’, ‘1911 Strut’).

Alors n’y a-t-il rien à retenir de ce maelström kitsch à la production datée et brouillonne ? Si, deux titres : la reprise de ‘Blue Jean Blues’ de ZZ Top pour laquelle Malmsteen respecte enfin son cahier  des charges initial, preuve que quand il veut vraiment jouer du blues, il le peut sans aucun problème et le titre original ‘Peace Please’ sur lequel Yngwie fait ce qu’il sait faire le mieux depuis le début de sa carrière, à savoir mélanger comme personne une grille d’accords rock et des solos néoclassiques. Dommage que ces fulgurances soient si peu nombreuses. Elles ne sauvent certes pas l’album de son insondable médiocrité mais quelques titres supplémentaires de cette trempe nous auraient évité de tirer sur l’ambulance. Même si Malmsteen s’en contrefiche, c’est toujours désagréable.

Plus d'information sur http://www.yngwiemalmsteen.com/



GROUPES PROCHES:
JEFF SCOTT SOTO, MICHAEL ROMEO, STEVE VAI, STEPHAN FORTE

LISTE DES PISTES:
01. Blue Lightning
02. Foxey Lady
03. Demon’s Eye (Deep Purple)
04. 1911 Strut
05. Blue Je.an Blues (ZZ Top)
06. Purple Haze (Jimi Hendrix)
07. While My Guitar Gently Weeps (The Beatles)
08. Sun’s Up Top’s Down
09. Peace, Please
10. Paint It Black (Rolling Stones
11. Smoke On The Water (Deep Purple)
12. Forever Man (Eric Clapton)


FORMATION:
Yngwie J. Malmsteen: Chant / Guitares / Basse

TAGS:
80's, Bluesy, Technique, Guitar-Hero, Reprises
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC YNGWIE MALMSTEEN
DERNIERE ACTUALITE
YNGWIE MALMSTEEN : Nouvelle lyric video
Toutes les actualités sur YNGWIE MALMSTEEN
NOTES
- /5 (0 avis) 1/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
MIKE TRAMP: Stray From The Flock (2019)
ROCK L’artiste danois confirme ici une identité forte et délicate à la fois, mariant avec finesse l’énergie du rock et l’émotion du folk.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
WHITECHAPEL: The Valley (2019)
DEATH METAL Contrastes, groove, noirceur nappée de tendresse sont les points forts de "The Valley", même si l'album ne renouvelle pas le genre.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT YNGWIE MALMSTEEN
YNGWIE-J-MALMSTEEN_Spellbound
Spellbound (2012)
1/5
-/5
AUTRE LABEL / GUITAR HERO
YNGWIE-J-MALMSTEEN_Relentless
Relentless (2010)
1/5
-/5
RISING FORCE / METAL MELODIQUE
YNGWIE-J-MALMSTEEN_Angels-Of-Love
Angels Of Love (2009)
2/5
-/5
RISING FORCE / ROCK ATMOSPHERIQUE
YNGWIE-J-MALMSTEEN_Perpetual-Flame
Perpetual Flame (2008)
3/5
2/5
ZEBRA / GUITAR HERO
YNGWIE-J-MALMSTEEN_Unleash-The-Fury
Unleash The Fury (2005)
3/5
-/5
SPV STEAMHAMMER / HEAVY METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020