.
.
GROUPE/AUTEUR:

PALE DIVINE

(ETATS UNIS)

TITRE:
PALE DIVINE (2018)
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
DOOM

"(Trop) classique peut-être, "Pale Divine' n'en prend pas moins des allures de leçon, dictée avec la maîtrise tranquille et robuste de musiciens investis d'une mission civilisatrice et rédemptrice, prosélytes appliqués d'un dogme éternel."
CHILDERIC THOR - 01.03.2019 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Bien qu'assez discret, surtout ces dernières années, Pale Divine n'en reste pas moins un des piliers du doom US, celui qui coule ses fondations dans le heavy metal des familles, en digne héritier, aux côtés de Penance, Pentagram, Trouble, Saint Vitus et consorts. En cet automne 2018, le trio (désormais augmenté d'un second guitariste en la personne de Dana Ortt de Beelzefuzz), livre sa cinquième enclume, après plus de vingt ans de carrière ! Celle-ci porte tout simplement son nom.

Généralement, quand une formation déjà établie baptise d'un titre éponyme un de ses albums, c'est pour signifier une sorte de nouveau départ après une période de remous ou d'incertitudes. Rien de tout cela chez les Américains si ce n'est le long tunnel qui sépare cet opus de son prédécesseur, ce "Painted Windows Black" (2012) que d'aucuns tiennent, à juste raison, pour leur effort le plus abouti. De fait, il faut peut-être davantage voir dans ce choix une manière de signature en même temps qu'une déclaration de foi. Le groupe s'y dévoile tel qu'en lui-même. "Pale Divine" synthétise l'identité de ses géniteurs et donne une définition de ce qu'est le doom dans son approche la plus pure, vierge de tout kyste étranger, imperméable à toute évolution.

Avec humilité et sincérité, le combo récite le credo sabbathien, à la fois efficace et englué dans un sol rocailleux ('So Low'). Comme Gaz Jennings (Cathedral), on peut voir en Greg Diener le fils spirituel de Tony Iommi, lequel décoche riffs d'airain et soli beaux à pleurer. De son manche encroûté par le désespoir s'écoule un nectar émotionnel, témoin ce 'Ship Of Fools' dont le dernier segment épouse la forme d'une majestueuse échappée instrumentale. Cette pureté se note également au sujet des lignes vocales du même Diener, qui brillent d'une clarté solennelle ('Bleeding Soul').

"Pale Divine", l'album comme le groupe, tire sa force de son admirable classicisme à l'origine de compositions épurées et dont on sent qu'elles se dirigent vers une issue inexorable tout en évitant les chemins tortueux. Ce qui ne les empêche pas de suivre parfois une longue route à l'image de 'Shades Of Blue' qui étire sur plus de huit minutes sa noirceur rampante. Mais jamais misérables ou accablés, les Ricains n'oublient pas leurs racines heavy qui leur assurent une accroche à la fois directe et pesante et leur permet de serrer leur propos dans un format trapu. Le gigantesque 'Spining Wheel' et son mur en béton armé, 'Chemical Decline' ou bien encore 'Curse The Shadows' soulignent ce caractère aussi implacable qu'imparable.

(Trop) classique peut-être, "Pale Divine' n'en prend pas moins des allures de leçon, dictée avec la maîtrise tranquille et robuste de musiciens investis d'une mission civilisatrice et rédemptrice, prosélytes appliqués d'un dogme éternel. 

Plus d'information sur https://www.facebook.com/serpentspath/



GROUPES PROCHES:
BLACK SABBATH, SAINT VITUS, PAGAN ALTAR

LISTE DES PISTES:
01. Spinning Wheel - 05:20
02. Bleeding Soul - 04:27
03. Chemical Decline - 05:09
04. So Low - 07:53
05. Curse The Shadows - 04:20
06. Shades Of Blue - 08:15
07. Silver Tongues - 03:51
08. Ship Of Fools - 06:54


FORMATION:
Darin McCloskey: Batterie
Greg Diener: Chant / Guitares
Ron Mcginnis: Basse


TAGS:
Lourde
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC PALE DIVINE
NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
VISAVIS: War Machine (2019)
ROCK Avec son rock authentique, Visavis est habité par l'âme des plus grands représentants du style, parfois disparus (Motörhead, AC/DC). Son rock sent le vieux cuir des fauteuils Chesterfield et la fumée des pubs anglais, de la bonne musique tout simplement.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
CARAVELA ESCARLATE: Caravela Escarlate (2019)
ROCK PROGRESSIF "Caravela Escarlate" n'est pas d'une écoute désagréable mais est considérablement desservi par une production qui n'insuffle aucun dynamisme à des compositions qui en auraient bien eu besoin.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT PALE DIVINE
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020