.
.
GROUPE/AUTEUR:

PAUL GILBERT

(ETATS UNIS)

TITRE:
BEHOLD ELECTRIC GUITAR (2019)
LABEL:
MASCOT LABEL GROUP
GENRE:
GUITAR HERO

"Pour son quinzième album, Paul Gilbert opte pour une orientation radicale : primauté de la mélodie sur la vélocité, pureté du son et esprit de groupe. "Behold Electric Guitar" est un condensé fusion de blues, de jazz et de rock qui vaut vraiment l’écoute."
NUNO777 - 24.05.2019 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Dans sa carrière solo, Paul Gilbert s’est essayé à de multiples styles, a écrit des chansons et des instrumentaux et a collaboré avec différents artistes avec une qualité globalement au rendez-vous. Après un excellent "Vibrato" et un moins marquant "Stone Uphill Pushing Man", qui s’avérait être un album de reprises, Gilbert est quelque peu sorti de nos radars. Ainsi, son quatorzième album "I Can Destroy", sorti au Japon, nous a échappé tout comme son successeur "Behold Electric Guitar", édité par la plateforme Pledge Music en septembre 2018. Heureusement son fidèle label de près de vingt ans Mascot Records a eu le flair de signer ce quinzième album. Et on comprend pourquoi à l’écoute de ce grand millésime signé Paul Gilbert.

La soif d’explorer conduit cette fois-ci Paul Gilbert vers l’authenticité du son et la jubilation que procure une écriture à la fois rock, jazz et blues. Le côté vrai de cet album est largement renforcé par un mode d’enregistrement brut et naturel sans aucun doublement d’instrument avec des prises de son faites en direct avec l’ensemble du groupe jouant dans le même espace. L’expertise de John Cuniberti, qui a accompagné Joe Satriani sur ses premiers albums, participe au rendu organique des sonorités et restitue l’instinct des musiciens dans les passages les plus licencieux.

"Behold Electric Guitar" est un disque à la fois écrit et improvisé avec un gisement de riffs et de thèmes mélodiques peaufinés et de larges plages de friche instrumentale durant lesquelles l’Américain et ses musiciens expriment leur liberté. Avec intelligence Paul Gilbert entrelace ces deux modalités avec une parfaite fluidité de telle sorte que chaque morceau se structure sur une thématique harmonique bien identifiée qui laisse place petit à petit à plus d’entropie pour au final revenir sur l’ordre initial. Paul Gilbert ne s’est enfermé dans aucun carcan et laisse jaillir à sa guise sa fertile créativité. Celle-ci ne déborde véritablement sur l’inclassable qu’à une seule occasion, dans le très funky ‘A Herd Of Turtles’ entrecoupé d'une narration qui crée une cassure désagréable. Hormis cette originalité c’est du très grand Paul Gilbert qui se donne pour une importante part au blues, sous sa forme shuffle supersonique à la Satch pour ‘Love Is The Saddest Thing’, en ballade apaisante et fragile avec ‘I Own A Building’, rayonnants de lumière et de groove dans ‘A Snake Just Bit My Toe’ et ‘Things Can Walk To You’ ou sous un angle plus classique avec ‘Blues For Rabbit’.

C’est surtout quand Paul Gilbert ouvre son champ d’action et qu’il parle le langage de la fusion qu’il est le plus brillant. Quelques titres tirent l’album encore plus haut dans la hiérarchie des albums instrumentaux de grande classe. Le jazz-rock aux accents funky ‘Everywhere That Mary Went’ garni de groove, de vitesse d’exécution et touchant d’émotions dans ses hauteurs finales, ou l’innovant ‘Sir, You Need To Calm Down’ basé sur de géniales superpositions de descentes d’arpèges ultra rapides et de thèmes mélodiques joyeux sont clairement des sommets de l’album. Gilbert laisse exprimer son toucher dans une pureté poignante dans la ballade beckienne ‘I Own A Building’ et ‘Let That Battery Die’ sous la forme d’une émouvante chanson dans laquelle la guitare incarnerait le chant. Dans "Behold Electric Guitar" Paul Gilbert a particulièrement soigné son approche de la guitare en diversifiant son jeu par l’utilisation importante du bottleneck (les deux morceaux précités) et des doigts (‘Every Snare Drum’).  

Sans la légère baisse d’intensité de quelques morceaux dans la seconde partie de disque, "Behold Electric Guitar" aurait pu prétendre au statut d’album instrumental incontournable. Il reste toutefois un des meilleurs albums de l’Américain, dans lequel il trouve le plus juste équilibre entre mélodie et virtuosité. "Behold Electric Guitar" est probablement un de ses plus disques les plus intimistes et personnels.

Plus d'information sur http://www.paulgilbert.com/



GROUPES PROCHES:
ADRIAN WEISS, MICHAEL ELSNER, FREAK KITCHEN, MR. FASTFINGER

LISTE DES PISTES:
01. Havin' It - 6:58
02. I Own a Building - 4:52
03. Everywhere That Mary Went - 4:54
04. Love Is the Saddest Thing - 4:08
05. Sir You Need to Calm Down - 6:38
06. Let That Battery Die - 6:17
07. Blues for Rabbit - 5:16
08. Every Snare Drum - 3:55
09. A Snake Bit My Toe - 3:48
10. I Love My Lawnmower - 3:45
11. A Herd of Turtles - 3:33
12. Things Can Walk to You - 4:26


FORMATION:
Asher Fulero: Claviers
Bill Ray: Batterie / (1, 2, 4, 9, 10, 11)
Brian Foxworth: Batterie / (6, 7, 12)
Paul Gilbert: Chant / Guitares
Reinhardt Melz: Batterie / (3, 5, 8)
Roland Guerin: Basse


TAGS:
Bluesy, Funky, Fusion, Groovy, Instrumental, Intimiste, Technique, Guitar-Hero
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC PAUL GILBERT
DERNIERE ACTUALITE
PAUL GILBERT : Nouvelle vidéo
Toutes les actualités sur PAUL GILBERT
DERNIERE INTERVIEW
Le lendemain de la fin de la tournée européenne dédiée à son album solo "Fuzz Universe", Paul Gilbert nous a accordé une longue interview où il est revenu longuement sur le retour de Mr. Big.

NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
BIOPLAN: Ocular (2019)
METAL PROGRESSIF Touche-à-tout doué et hétéroclite, le chanteur Andi Kravljaca est aussi une fine lame à la guitare. Son premier EP de guitare instrumentale, "Ocular", est une réussite de plus à mettre à son actif.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
WHITESNAKE: Flesh & Blood (2019)
HARD ROCK Sans un ou deux titres légèrement plus faibles, ce nouvel opus avait tout du sans-faute caractérisant les œuvres incontournables.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT PAUL GILBERT
PAUL-GILBERT_STONE-UPHILL-PUSHING-MAN
Stone Uphill Pushing Man (2014)
3/5
-/5
MASCOT LABEL GROUP / GUITAR HERO
PAUL-GILBERT_Vibrato
Vibrato (2012)
4/5
4/5
MASCOT LABEL GROUP / GUITAR HERO
PAUL-GILBERT_Silence-Followed-By-A-Deafening-
Silence Followed By A Deafening Roar (2008)
3/5
-/5
MASCOT LABEL GROUP / GUITAR HERO
PAUL-GILBERT_Burning-Organ
Burning Organ (2002)
4/5
-/5
XIII BIS / ROCK
PAUL-GILBERT_Alligator-Farm
Alligator Farm (2000)
3/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020