.
.
GROUPE/AUTEUR:

DANIEL TOMPKINS

(ROYAUME UNI)

TITRE:
CASTLES (2019)
LABEL:
KSCOPE
GENRE:
ROCK ATMOSPHERIQUE / POP

"Le premier album solo du chanteur de Tesseract nous entraîne dans un univers electro-pop atmosphérique moderne et mélancolique. Une réussite."
NEWF - 31.05.2019 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
En 2016, Tesseract avait enregistré l’EP "Errai", revisite electro-pop de certains titres de son album "Polaris" paru l’année précédente. Pour être honnête, nous avions alors craint que le groupe ne se fourvoie dans une orientation similaire à celle de Leprous et ne soit vampirisé par son exceptionnel chanteur, Daniel Tompkins. Fort heureusement, Tesseract a pleinement rassuré les amateurs de son metal progressif moderne et sophistiqué avec la sortie de l’excellent "Sonder" en 2018. Et très intelligemment, c’est sous son propre nom que Tompkins a décidé d’assouvir sa passion pour l’ambient et l’electro-pop avec son premier album solo, "Castles".

La couleur clairement pop de l’album n’est en rien une surprise et s’inscrit dans le prolongement naturel des travaux de Zeta, groupe synthwave fondé par Daniel Tompkins, Katie Jackson et le multi-instrumentiste Paul Ortiz (Chimp Spanner). L’album du trio, paru en 2017 ("Zeta"), développe une pop synthétique fortement inspirée des années quatre-vingts et recèle notamment un petit bijou atmosphérique et mélancolique, le titre ‘Elysian Fields’ qui contient en germe toute la beauté sombre de "Castles".

Très introspectif et profondément mélancolique, "Castles" est un écrin de douceur renfermant sept morceaux originaux à la beauté vaporeuse dont le pouvoir émotionnel bouleversera les amateurs d’Anathema pour les titres atmosphériques (‘Black The Sun’, ‘Cinders’) et les admirateurs d’A Perfect Circle pour les compositions plus electro-pop (‘Kiss’, ‘Limitless’, ‘Telegraph’).

Avec une infinie tendresse, Daniel Tompkins prend l’auditeur par les sentiments et lui conte le chagrin des amours perdues et la quête désespérée d’une catharsis rédemptrice. A fleur de peau et fort d’une maîtrise vocale impressionnante, le chanteur n’est jamais aussi convaincant que lorsqu’il privilégie l’épure des arrangements. Ainsi le titre ‘Saved’, décliné en quatre versions différentes, révèle son meilleur pouvoir émotionnel dans sa version la moins orchestrée. Un arpège de clavier et un pattern de batterie suffisent à mettre en valeur la voix sublime du chanteur qui joue de ses inflexions avec une rare élégance.

"Castles" est un bel album electro-pop moderne dont le seul défaut est d’être trop court et de proposer certains titres en plusieurs versions qui, même avec des invités de haut vol (Randy Slaugh, Paul Ortiz, Acle Kahney), laissent une impression de remplissage souvent inutile. Mais cela n’enlève rien à l’émotion éprouvée par l’écoute des thèmes mélodiques poignants développés par un Daniel Tompkins en état de grâce et au sommet de son art vocal. 

Plus d'information sur https://www.facebook.com/danieltompkinsvocalist/



GROUPES PROCHES:
TESSERACT, ANATHEMA, A PERFECT CIRCLE

LISTE DES PISTES:
01. Saved
02. Black The Sun
03. Castles
04. Kiss
05. Limitless
06. Cinders
07. Telegraph
08. Black The Sun (Head Rework)
09. Limitless (feat. Dmitry Stepanov)
10. Kiss (feat. Randy Slaugh)
11. Saved (feat. Acle Kahney)
12. Saved (feat. Paul Ortiz)
13. Saved (feat. Randy Slaugh)


FORMATION:
Daniel Tompkins: Chant
Acle Kahney : Guitares / Invité
Paul Ortiz: Guitares / Invité
Randy Slaugh: Guitares / Invité


TAGS:
Electro, Intimiste, Mélancolique
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
LOLO_THE_BEST59 - 19/07/2019 -
0 0
3/5
Je rejoins tout à fait l'avis de Newf. Sur des titres en apparence minimalistes en instrumentation et pourtant très riches (quel paradoxe !), Daniel Tompkins parvient à nous emporter grâce à son chant gorgé d'émotions. La veine mélancolique et parfois éthérée des morceaux n'empêche pas les montées en puissance (Black the sun, Cinders), encore une fois portée par la voix décidément hors du commun de Daniel Topkins. On pourra regretter 2 titres plus faibles (Kiss, Telegraph) et l'abus de versions déclinées (déjà je suis pas trop fan à la base).
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC DANIEL TOMPKINS
DERNIERE ACTUALITE
DANIEL TOMPKINS: Les détails sur son album solo
Toutes les actualités sur DANIEL TOMPKINS
NOTES
4/5 (2 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
DOUBLE UP SHOT: Double Up Shot (2019)
HARD ROCK En ne confondant pas l’absence de prise de tête avec le manque de sérieux, les Français se présentent comme de réels espoirs dans le domaine du sleaze.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
DEATH ANGEL: Humanicide (2019)
THRASH Death Angel est au sommet de son art avec une capacité remarquable à varier les tons. "Humanicide" est un nouveau grand cru de la part d'un groupe qui n'a encore jamais déçu.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT DANIEL TOMPKINS
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020