GROUPE/AUTEUR:

NEAL MORSE

(ETATS UNIS)

TITRE:
JESUS CHRIST THE EXORCIST (2019)
LABEL:
FRONTIERS RECORDS
GENRE:
ROCK

"En remettant au goût du jour les opéras rock des années 70, Neal Morse réalise un album exceptionnel et passionnant de bout en bout."
CORTO1809 - 01.07.2019 - (1) Avis des lecteurs - (1) commentaire(s)
5/5
Tout, ou presque, a déjà été écrit sur Neal Morse, le pire comme le meilleur, de son incroyable capacité à composer des mélodies plus séduisantes les unes que les autres à son talent incontestable d'interprète, à la fois chanteur charismatique et multi-instrumentiste doué, mais aussi de sa foi envahissante dont il fait la trame de tous ses albums à un style reconnaissable entre mille qui finit parfois par donner une impression de déjà-entendu à toutes ses productions. Avec au final une balance penchant fortement du côté des qualités, les défauts tenant du péché véniel. On croyait avoir tout écrit sur Neal Morse… jusqu'à ce nouvel album, double comme il se doit, "Jesus Christ The Exorcist".

Bon, rien qu'au titre, on sait déjà que ce n'est pas encore cette fois-ci que l'Américain renoncera à nous faire partager sa foi en musique : "Jesus Christ The Exorcist" est un opéra rock retraçant la vie de Jésus, de son baptême par Jean le Baptiste à sa résurrection, et on se demande même comment Neal Morse n'y avait pas pensé plus tôt. Non, la surprise vient de la partition, Neal Morse ressuscitant (c'est le mot) les opéras rock des années 70, de "Jesus Christ Superstar" qui partage la même thématique à "Tommy" des Who (qui est aussi l'histoire d'un messie !).

Pour ce faire, il s'entoure d'un effectif pléthorique : outre le groupe de musiciens où se retrouve une partie du Neal Morse Band (Eric Gillette se substituant derrière les fûts à Mike Portnoy qui n'est pas de l'aventure), se côtoient deux ensembles de cuivres et de cordes, de nombreux choristes et une douzaine de chanteurs. Le rôle-titre est tenu par Ted Leonard (Enchant, Spock's Beard), celui de Judas par Nick D'Virgilio (Spock's Beard, Big Big Train) et ceux de Pierre et de Caïphe par le seul Jake Livgren (Proto-Kaw) dans un étonnant numéro de dédoublement. Moins connus, Rick Florian, chanteur du groupe de rock chrétien White Heart, est un Satan des plus convaincants et Talon David, jeune chanteuse interprétant le rôle de Marie-Madeleine, est l'une des révélations de cet album, sa voix tour à tour mordante et sensuelle, rauque et aérienne, ne pouvant vous laisser indifférents. Neal Morse chante des rôles secondaires, s'illustrant notamment dans un étonnant Ponce Pilate où il est méconnaissable.

Les titres sont regroupés en chapitres en fonction de l'histoire. Si les chapitres sont séparés entre eux d'une courte interruption, les morceaux d'un même chapitre sont enchaînés à tel point qu'il est bien difficile de savoir quand on passe de l'un à l'autre sans avoir le livret sous les yeux. Comme dans tout opéra rock qui se respecte, les chansons sont au service de la narration et leur intensité/violence/douceur est directement liée à ce que l'histoire raconte. La musique ne sert cependant pas de faire-valoir, la preuve : les très beaux et spectaculaires solos de guitare et de claviers qui émaillent notamment le premier CD.

Car le ton change sensiblement entre le premier et le deuxième disques. Si l'Acte 1 est plutôt énergique, oscillant entre hard rock, heavy metal et metal mélodique, l'Acte 2 tient plus de la "comédie musicale" façon Broadway avec moins de solos (5 titres chantés "seul" pour le CD1, un seul sur le CD2), plus de partitions chorales et une tonalité plus douce, voire mélancolique, et parfois hymnique. La batterie déchaînée et les saillies de guitares électriques de la première partie laissent place aux claviers, cordes et cuivres nappant les compositions d'une teinte orchestrale. Difficile de faire ressortir un titre plus qu'un autre : "Jesus Christ The Exorcist" raconte une histoire et doit s'écouter comme un tout indissociable.

Avec son opéra rock, Neal Morse réalise un double miracle. D'abord, il tient l'auditeur en haleine durant les 110 minutes que dure l'album sans que jamais l'attention ne faiblisse, ensuite il réussit à faire oublier qu'il est derrière cet album sans perdre pour autant ses extraordinaires qualités de compositeur. Certes, on le reconnait parfois au détour d'une envolée (l'intro de 'Jesus' Temptation' rappelant les joutes enlevées de "?", un nouveau pastiche de 'Knots' (Gentle Giant) avec les voix des quatre démons qui s'entremêlent sur 'The Madman of the Gadarenes', la ballade folk acoustique 'Love Has Called My Name' ressemblant beaucoup à celles de "Testimony"). Mais il s'agit là d'exceptions noyées dans un maelström mêlant rock épique, metal prog, folk, douce ballade, hard rock, comédie musicale, pop, heavy metal, gospel, rock solaire ou hymnique.

En remettant au goût du jour les opéras rock des années 70, Neal Morse réalise un album exceptionnel et passionnant de bout en bout. Non seulement mon coup de cœur de l'année, mais probablement de la décennie, voire du siècle !

Plus d'information sur http://www.nealmorse.com/



GROUPES PROCHES:
ROINE STOLT, UNITED PROGRESSIVE FRATERNITY, ECHOLYN, CHRIS, SPOCK'S BEARD, FLYING COLORS, TRANSATLANTIC, UNITOPIA, CHICAGO, THE PROG WORLD ORCHESTRA

LISTE DES PISTES:
01. Introduction (02:31)
02. Overture (03:19)
03. Getaway (02:41)
04. Gather the People (05:17)
05. Jesus' Baptism (03:09)
06. Jesus' Temptation (10:18)
07. There's a Highway (04:06)
08. The Woman of Seven Devils (05:42)
09. Free at Last (05:05)
10. The Madman of the Gadarenes (07:07)
11. Love Has Called My Name (04:15)
12. Better Weather (01:42)
13. The Keys to the Kingdom (04:48)
14. Get Behind Me Satan (03:23)
15. He Must Go to the Cross (03:10)
16. Jerusalem (03:56)
17. Hearts Full of Holes (03:40)
18. The Last Supper (03:51)
19. Gethsemane (07:39)
20. Jesus Before the Council and Peter's Denial (03:13)
21. Judas' Death (03:35)
22. Jesus Before Pilate and the Crucifixion (08:17)
23. Mary at the Tomb (02:50) 24. The Greatest Love of All (05:00)
25. Love Has Called My Name (Reprise) (01:30)


FORMATION:
Neal Morse: Guitares / Basse / Claviers / Chant ( Pilate, Démon 1, Disciple 1) / Choeurs
Randy George: Basse
Amy Pippin: Choeurs
April Zachary: Choeurs
Bill Hubauer: Claviers
David Cooper: Trombone
Debbie Bressee: Choeurs
Dominique Caster: Trompette
Eric Gillette: Guitares / Batterie
Gabe Klein: Chant (démon 2, Pharisien 4)
Gabriel Collins: Saxophone / Flûte
Gideon Klein: Chant (démon 4) / Violon / Alto / Violoncelle / Contrebasse / Cor / Arrangement De Cordes
Grace Laminack: Alto
Holly Smith: Cor
Jake Livgren: Chant ( Pierre, Caïphe) / Choeurs
Jake Tudor: Violon
Julie Harrison: Chant (servante) / Choeurs
Mark Pogue: Chant (israélite 1, Le Fou Des Gadarenes, Pharisien 2) / Choeurs
Matt Smith : Chant ( Jean Le Baptiste)
Michael Jackson: Choeurs
Nick D'Virgilio: Chant ( Judas)
Paul Bielatowicz: Guitares
Rick Florian: Chant (le Diable)
Steve Patrick: Trompette
Talon David: Chant ( Marie Madeleine)
Ted Leonard: Chant ( Jesus)
Wil Morse: Claviers / Chant (israélite 2, Démon 3, Pharisien 1) / Choeurs


TAGS:
70's, Symphonique, Opera Rock
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
LOLO_THE_BEST59 - 11/10/2019 -
0 0
5/5
Mais comment cet homme fait-il? Touché par la grâce il est, c'est sûr !
Haut de page
(1) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
PICSO - 01/06/2020 22:01:29
0
Un modèle ! Un Chef d'oeuvre sans pareil ! Neal Morse est tout simplement inspiré, transcendant... Les superlatifs me manquent pour qualifier cet album, maîtrisé de bout en bout... A écouter en boucle.
Haut de page
EN RELATION AVEC NEAL MORSE
DERNIERE ACTUALITE
NEAL MORSE: Sortie du nouvel album en septembre
Toutes les actualités sur NEAL MORSE
DERNIER ARTICLE
NEAL MORSE BAND - LE DIVAN DU MONDE (PARIS) - 05 AVRIL 2017
La tournée du Neal Morse Band faisait escale à Paris, au Divan Du Monde, dans le cadre de la tournée "A Road Called Home" afin de donner vie au dernier album en date du groupe, l'excellent "The Similitude Of A Dream". Music Waves a écouté la bonne parole. Tous les articles sur NEAL MORSE
DERNIERE INTERVIEW
Neal Morse nous a donné rendez vous juste avant le concert au Divan du Monde pour aborder son dernier album, son groupe et nous faire partager sa spiritualité.

NOTES
4.2/5 (4 avis) 4.3/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
FORTUNE: Ii (2019)
A.O.R. Un album d'AOR qui rappelle de vieux souvenirs.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
KOSM: Cosmonaut (2018)
METAL PROGRESSIF "Cosmonaut" est un album en demi-teinte : ses compositions sont balisées et prévisibles alors que sa musique est belle, efficace et simple.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT NEAL MORSE
NEAL-MORSE_THE-GREAT-ADVENTURE
The Great Adventure (2019)
4/5
4.3/5
RADIANT RECORDS / ROCK PROGRESSIF
NEAL-MORSE_Life--Times
Life & Times (2018)
4/5
5/5
RADIANT RECORDS / POP
NEAL-MORSE_The-Similitude-of-a-Dream
The Similitude Of A Dream (2016)
5/5
4.4/5
RADIANT RECORDS / ROCK PROGRESSIF
NEAL-MORSE_The-Grand-Experiment
The Grand Experiment (2015)
5/5
4.2/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
NEAL-MORSE_Songs-From-November
Songs From November (2014)
3/5
3/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020