GROUPE/AUTEUR:

VIRGIL DONATI

(ETATS UNIS)

TITRE:
RUINATION (2019)
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
METAL PROGRESSIF

"Parangon du jazz-rock moderne très inspiré des classiques, Virgil Donati revient avec "Ruination", un album instrumental virtuose traversé par quatre compositions chantées de belle tenue."
NUNO777 - 21.02.2020 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Dans la liste des batteurs virtuoses, Virgil Donati est très souvent cité dans le quinté final. Débutant une carrière fulgurante dans les années 90 au sein de la formation australienne de pop-rock à succès Southern Sons, Virgil s’est donné par la suite entièrement à son style de prédilection, le jazz-rock. Sa participation dans le "Planet X" de Derek Sherinian en 1999, qui débouchera sur le trio du même nom, va massivement le faire connaître des aficionados de la sphère metal progressif qui produit à cette époque une grande créativité instrumentale (Liquid Tension Experiment, Bozzio Levin Stevens). Depuis une dizaine d’années, Virgil a participé à plusieurs projets en tant qu’invité et a surtout travaillé sur ses albums solos, dont "Ruination" est le sixième chapitre.

La nouveauté avec ce disque concerne la présence du chanteur Irwin Thomas que Virgil n’est pas allé chercher très loin puisque c’est celui de son ancien groupe Southern Sons dans lequel il officiait à l’époque sous le nom de Jack Jones. L’Australien a un timbre proche de Ted Leonard (‘Time Is A Lie’) et évolue avec une vraie maîtrise dans les méandres des harmonies exigeantes que lui a composées Virgil, confirmant au passage ses talents de mélodiste (‘Back To Me’, ‘The Last Night That I Lived’). Les quatre chansons conservent les mêmes fondements que les titres instrumentaux avec beaucoup de densité et de complexité. Si bien que le chant agit comme une couche supplémentaire dans un ensemble déjà surchargé, créant parfois la sensation déstabilisante d’entendre simultanément deux musiques différentes (‘Ruination’, ‘Time Is A Lie’).

Pour le reste c’est du Donati pur concentré, jamais avare en démonstrations de force baguettes à la main (‘Pinprick’ donne une idée des prouesses réalisées), faisant la joie des amateurs et l’indifférence des autres. Les compositions se placent dans un registre fusion très technique qui croise l’univers rock/metal progressif de Planet X (‘Castle Bastards’, ‘Eleven Pt. 2’) et le jazz-rock holdworthien rehaussé de claviers vintage (‘Castle Bastards’, ‘The Crack’, ‘The Quiet Place’ ou ‘Out Of The Dirt’). Il en va même d’une troublante ressemblance entre le jeu du jeune et doué guitariste brésilien Andre Nieri avec d’une part son homologue de Planet X Tony Macalpine (‘Castle Bastards’) et l’immense, et ami de Virgil, Allan Holdsworth (‘The Quiet Place’, ‘Ruination’) disparu en 2017.

Alors que le genre n’est plus aussi florissant qu’il y a une dizaine d’années, Virgil Donati porte haut les couleurs de cette fusion jazz-rock/metal dont il est un des représentants les plus talentueux. Dans "Ruination", Donati développe plus particulièrement la dimension jazz, rendant son immersion sans doute moins aisée que dans les albums de Planet X par exemple. A côté de cela, l’idée d’incorporer quatre morceaux chantés, qui auraient gagné à être épurés, aux vertus mélodiques, d’originalité et de variété, se révèle être une réussite.

Plus d'information sur https://www.facebook.com/virgildonati/



GROUPES PROCHES:
ALLAN HOLDSWORTH, PLANET X, SIMON PHILLIPS, DEREK SHERINIAN, PANZERBALLETT

LISTE DES PISTES:
01. Castle Bastards - 4:50
02. Back to Me - 5:30
03. Ruination - 5:03
04. The Crack - 3:57
05. Eleven Pt. 2 - 6:38
06. The Quiet Place - 5:10
07. The Last Night That I Lived - 7:41
08. Time Is a Lie - 5:20
09. Pinprick - 4:01
10. Out of the Dirt - 2:57
11. If There Were None - 5:36


FORMATION:
Virgil Donati: Batterie
Alex Argento: Claviers / Invité
André Nieri: Guitares / Invité
Anton Davidyants: Basse / Invité
Carl Mörner Ringström: Guitares / Invité
Chris Clark: Claviers / Invité
Evan Marien: Basse / Invité
Irwin Thomas: Chant / Guitares / Invité
Joe Chindamo: Claviers / Invité
Julian Lage: Guitares / Invité
Junior Braguinha: Basse / Invité
Marco Sfogli: Guitares / Invité
Matteo Mancuso: Guitares / Invité
Steve Hunt: Claviers / Invité


TAGS:
Fusion, Jazzy, Technique
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC VIRGIL DONATI
NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
BRITISH LION: The Burning (2020)
HEAVY METAL Avec "The Burning", British Lion effectue un retour aux affaires tonitruant. Bien plus au point et soudé, le groupe propose un opus frais et varié qui surpasse son prédécesseur avec une belle efficacité.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
DELIVERANCE: Holocaust 26:1-46 (2020)
BLACK METAL Avec "Holocaust 26:1-46", Deliverance continue de bâtir un édifice qui n'appartient qu'à lui, qu'il corrompt de kystes extérieurs pour au final étaler une noirceur plus austère et palpiter d'une sève plus black metal encore.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT VIRGIL DONATI
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020