GROUPE/AUTEUR:

OPETH

(SUÈDE)

TITRE:
IN CAUDA VENENUM (2019)
LABEL:
NUCLEAR BLAST
GENRE:
METAL PROGRESSIF

"Sans surprise, "In Cauda Venenum" propose un rock progressif 70 teinté de metal riche et intéressant malgré quelques pêchés d'orgueil. Une sortie attendue et convaincante, encore."
PROGRACER - 06.09.2019 - (0) Avis des lecteurs - (1) commentaire(s)
4/5
Voilà maintenant près de dix ans que Opeth a opéré un virage artistique radical en délaissant le death au profit d'un progressif inspiré des seventies. Il en est pourtant encore certains qui pestent contre cette nouvelle orientation au lieu de s'en réjouir, d'aller voir ailleurs ou de se replonger dans la riche discographie passée du combo suédois. 

Mais depuis "Sorceress" paru en 2016, les railleries ne viennent pas que des nostalgiques, et la cohérence des sorties du groupe interroge. Autant dire que le cru 2019 d'Opeth est attendu avec intérêt pour voir si la bande de Mikael Akerfeld est capable de se renouveler et enchanter à nouveau les fans.

Le premier contact avec l'objet se fait via un artwork familier, une nouvelle fois signé Travis Smith, qui ressemble beaucoup aux précédents albums, même si celui-ci a un aspect plus sombre et intrigant avec ce démon qui menace dangereusement des membres du groupe. Quant à l'album en lui-même, il contient deux versions. Une suédoise créée en premier et une anglaise destinée à ceux qui n'apprécieraient pas le chant en suédois. Les puristes préféreront la première mais il faut reconnaître que la seconde n'a pas à démériter même si le chant de Mikael Akerfeld y est un peu moins habité. Elle sera toutefois plus abordable, mais l'originale pare l'ensemble d'une belle authenticité.

Les premières mesures de 'Svekets Prins' ('Dignity') font apparaître un son maintenant familier et caractéristique du combo qui mêle habilement guitares acoustiques et électriques au sein d'un riff énergique. Le chant (clair, bien sûr) survient lors d'une brutale rupture rythmique rappelant les glorieuses heures de gloire du groupe dans sa période death. Cette constante dans les variations de tempos va revenir régulièrement dans l'album, tout comme l'enchaînement de mélodies diverses au sein même des morceaux  ('Ingen Sanning Är Allas' ('Universal Truth') ou 'Svekets Prins' ('Dignity'). Dès le morceau inaugural (si l'on excepte l'introductif 'Livets Trädgård' ('Garden Of Earthly Delights')), les riffs sont lourds et alambiqués, parfois à multiples couches, la palme revenant en la matière à 'De Närmast Sörjande' ('Next Of Kin') qui pourrait concourir dans la catégorie du plus long riff de l'histoire. Tentaculaire !

Toujours très inspiré par le rock progressif des années 70, "In Cauda Venenum" est peut-être l'album le plus progressif d'Opeth depuis bien des années. L'alternance des ambiances, les rythmes évolutifs au sein de chaque titre, l'interprétation exemplaire des musiciens et l'utilisation de guitares acoustiques en soutien de celle d'Akesson en sont l'illustration criante. La prestation du guitariste est d'ailleurs à souligner car elle contribue à la qualité globale de l'album. Ses solos sont lumineux et certaines phases sont même mémorables telle l'envolée limpide qui démarre le premier titre de l'album. Les variations de sons, de jeu et de styles rendent l'ensemble particulièrement intéressant.

Tout n'est malheureusement pas rose sur la planète Opeth cette année. Une certaine répétitivité se fait sentir sur certains titres, notamment les couplets de 'Hjärtat Vet Vad Handen Gör' ('Heart In Hand') alors que le final acoustique est magnifique. Autre point faible, les mélodies ne sont pas des plus immédiates. Il en est même qui ont tendance à se ressembler et les premières écoutes ne permettent pas de distinguer clairement les morceaux qui ont tous des sonorités semblables. Seul 'Kontinuerlig Drift' ('Continuum') s'accrochera immédiatement à vos neurones grâce à une composition légère et accrocheuse, à un solo de clarinette puis à une puissance maîtrisée par la suite. Dans une autre veine 'Banemannen' ('The Garroter') aux allures hispano très jazzy et  'Minnets Yta' ('Lovelorn Crime') qu'un lumineux solo vient clôturer à la façon d'un 'Burden' sur "Watershed" (2009) sortent également du lot lors des premières tentatives. Enfin, Akerfeld a du mal à gommer ce fâcheux tic de composition consistant à finir ses morceaux par de longues litanies acoustiques, comme sur 'Charlatan' et 'Ingen Sanning Är Allas' ('Universal Truth'), mais il a tout de même raccourci l'exercice par rapports aux albums des années 2000 sur lesquels ce gimmick devenait systématique jusqu'à l'ennui.

Ces quelques défauts sont largement compensés par une qualité d'écriture et de composition bien au-dessus de la moyenne. Même s'il ne sera pas facile à ingurgiter d'une traite du haut de ses 68 minutes et en raison d'une certaine difficulté à identifier clairement les différentes pièces qui le composent, "In Cauda Venenum" est une pierre de plus à l'immense carrière du groupe. Mikael Akerfeld à une propension impressionnante à se renouveler dans l'écriture et à proposer une musique riche et élaborée. Il faudra de nombreuses écoutes pour appréhender toutes les subtilités mais les fans du groupe, du moins ceux des derniers albums, y trouveront leur compte. Quant à ceux qui ne jurent que par le death de l'époque pré-"Heritage", ils en seront pour leurs frais, mais ce n'est plus une surprise. Une sortie majeure de 2019 très attendue et convaincante.

Plus d'information sur http://www.opeth.com



GROUPES PROCHES:
NOEKK, PERIHELLIUM, A PRISON CALLED EARTH, DIANOYA, VIELIKAN, PROGRESSION BY FAILURE, HAKEN, LET IT FLOW, CHOSEN, BLOODBATH

LISTE DES PISTES:
01. Livet’s Trädgård (Garden Of Earthly Delights) (Intro)
02. Svekets Prins (Dignity)
03. Hjärtat Vet Vad Handen Gör (Heart In Hand)
04. De Närmast Sörjande (Next Of Kin)
05. Minnets Yta (Lovelorn Crime)
06. Charlatan)
07. Ingen Sanning Är Allas (Universal Truth)
08. Banemannen (The Garroter)
09. Kontinuerlig Drift (Continuum)
10. Allting Tar Slut (All Things Will Pass)


FORMATION:
Fredrik Åkesson: Guitares
Joakim Svalberg: Claviers
Martin Axenrot: Batterie
Martin Mendez: Basse
Mikael Akerfeld: Chant / Guitares


TAGS:
70's
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(1) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
NEWF - 06/09/2019 10:19:49
0
Un album qui prend son temps pour convaincre et dévoiler toutes ses subtilités de composition. Sans doute l’opus le plus éclectique et le plus progressif d’Opeth, mais aussi l’un des plus personnels de Mikael Akerfeldt, notamment dans sa version en suédois. Un album passionnant à écouter qui fait la part belle aux guitares acoustiques chères au groupe depuis toujours, même s’il est plus hermétique et plus conceptuel qu’à l’accoutumée.
Haut de page
EN RELATION AVEC OPETH
DERNIERE ACTUALITE
OPETH: nouvel extrait de "In Cauda Venenum"
Toutes les actualités sur OPETH
DERNIER ARTICLE
OPETH + MYRKUR - LE TRIANON (PARIS) - 22 NOVEMBRE 2016
Deuxième date après une vente éclair de la première jouée la veille, dans ce Trianon qui accueille les piliers du metal prog venus représenter leur dernier opus "Sorceress"... Tous les articles sur OPETH
DERNIERE INTERVIEW
Opeth, figure incontournable du metal progressif suédois, sort son treizième album, "In Cauda Venenum". A cette occasion, nous sommes partis à la rencontre du leader charismatique Mikael Akerfeldt !

NOTES
5/5 (1 avis) 3.8/5 (10 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
THE DAMNED THINGS: High Crimes (2019)
HEAVY METAL Ce nouvel album de The Damned Things est un bel OVNI. A la fois barré et accessible, il vous fera voyager sur des montagnes russes avec une belle variété de genres, du progressif au hard en passant par la pop.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
THE ALLMAN BROTHERS BAND: Enlightened Rogues (1979)
ROCK Après les déchirements, la légende de la Géorgie sud-américaine réussit une reformation à la qualité inespérée.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT OPETH
OPETH_Sorceress
Sorceress (2016)
5/5
3.9/5
NUCLEAR BLAST / ROCK PROGRESSIF
OPETH_Pale-Communion
Pale Communion (2014)
4/5
4/5
ROADRUNNER RECORDS / METAL PROGRESSIF
OPETH_Heritage
Heritage (2011)
3/5
3.4/5
ROADRUNNER RECORDS / ROCK PROGRESSIF
OPETH_Watershed
Watershed (2008)
5/5
4.4/5
ROADRUNNER RECORDS / DEATH METAL
OPETH_The-Roundhouse-Tapes
The Roundhouse Tapes (2007)
4/5
4.3/5
PEACEVILLE RECORDS / DEATH METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020