ARTISTE:

CULT OF LUNA

(SUÈDE)
TITRE:

A DAWN TO FEAR

(2019)
LABEL:

METAL BLADE RECORDS

GENRE:

HARDCORE

TAGS:
Mélancolique
"Immersif et crépusculaire, "A Dawn To Fear" s'impose comme un très grand disque de Cult Of Luna, à la fois différent de ses plus récents prédécesseurs mais fidèle à une identité organique et bouillonnante."
CHILDERIC THOR (08.11.2019)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Tout a déjà été écrit sur Cult Of Luna, sur son exigence, sur la difficulté d'aborder ses offrandes généralement conceptuelles conçues comme des œuvres d'art total aussi bien sonores que visuelles, qui se méritent, périples puissants et introspectifs faits de couches qui s'empilent en une stratigraphie compliquée et pourtant limpide. Et il va bien falloir pourtant nous répéter afin de décrire la nouvelle livraison des Suédois. Non pas que ceux-ci se soient mis à bégayer, même si une première et distraite écoute pourrait le laisser croire (nous y reviendrons) mais la réussite étant à nouveau au rendez-vous et leur univers de toute façon fixé (et non pas figé) depuis longtemps, ce sont aux superlatifs et champ sémantique habituels que nous allons donc recourir.

Survivant d'un genre, le post-metal ou post-hardcore - appelez-le comme vous voulez - depuis longtemps asséché car pressé comme un citron par trop de groupes interchangeables, Cult Of Luna est ainsi de retour avec "A Dawn To Fear". Certains l'avaient laissé en 2013 avec "Vertikal", concept-album inspiré du Bauhaus et du "Metropolis" de Fritz Lang, d'autres en 2016 avec "Mariner", fruit de son union avec la chanteuse Julie Christmas (Battle Of Mice). Il serait tentant d'affirmer que le sextet ne s'est pas pressé. Au vrai, cela fait longtemps maintenant qu'il prend son temps, au moins depuis "Eternal Kingdom" (2008), nous sommes habitués. Chaque nouveau signe de vie de sa part n'en est pas moins attendu à la manière d'un objet sacré. Ce nouvel opus ne déroge pas à la règle.

De prime abord, ce dernier semble, pour qui connait son Cult Of Luna sur le bout des doigts, creuser un terrain bien balisé, entre son artwork aux teintes froides et son menu extrêmement massif que segmentent des pistes robustes oscillant entre six et quinze minutes au compteur. Il se déflore même facilement. Peut-être parce qu'il n'épouse pas une forme conceptuelle, une première pour ses créateurs depuis leur galop d'essai. Peut-être parce qu'il paraît vouloir renouer avec la matière aussi organique qu'atmosphérique de "Salvation", leur disque le plus commercial, leur plus connu également (ceci expliquant sans doute cela). Amorce confortable et néanmoins superbe, 'The Silent Man' ne dévoile rien de plus que ce que nous savions déjà sur COL. Nimbé de claviers moelleux, ce titre est en réalité l'arbre qui cache la forêt.

Et dès ce 'Lay Your Head To Rest" où se mêlent parcimonieuses effluves électroniques et énergie pulsative, on comprend que le groupe ne reste pas enfermé dans son pré carré, comme il avait pu le faire à l'époque de "Somewhere Along The Highway" (2006), même si sa signature demeure aisément identifiable, ne serait-ce que grâce à la voix rugueuse de Johannes Persson. Les lignes vocales affichent toutefois une tessiture variée, entre les mélopées quasi murmurées de 'A Dawn To Fear' ou les déchirements ténébreux de 'Inland Rain'. Si tous les musiciens participent à égalité à l'érection de ce bloc de souffrance, il convient de saluer plus que jamais la performance de Thomas Hedlund dont les rouleaux de batterie se fracassent comme un magma incandescent. Soulignons également le rôle des claviers tenus par Kristian Karlsson, discrets mais ô combien essentiels par l'atmosphère tendre et irréelle qu'ils épandent. 

Plus on butine son intimité plus cet album s'affirme dans sa foisonnante richesse. Il suffit d'écouter ces monstres de froideur terreuse que sont 'Nightwalkers' ou 'Lights On The Hill', le premier bétonné par des guitares tentaculaires, le second plus aérien, pour mesurer le travail d'écriture et d'arrangement réalisé. Et que dire de 'The Fall' dont les premières mesures augurent d'un morceau faussement classique, avant d'ouvrir un vaste paysage aux reliefs accidentés. Bien qu'elles ne soient pas liées entre elles par une même ligne directrice, ces longues et vigoureuses pièces partagent un terreau identique, enfonçant leurs noueuses racines dans un désespoir tourbeux et nocturne.

Immersif et crépusculaire, "A Dawn To Fear" s'impose comme un très grand disque de Cult Of Luna, à la fois différent de ses plus récents prédécesseurs mais fidèle à une identité organique et bouillonnante.


Plus d'information sur http://cultofluna.com/



GROUPES PROCHES:
LO ! , KHOMA, ISIS


LISTE DES PISTES:
01. The Silent Man
02. Lay Your Head To Rest
03. A Dawn To Fear
04. Nightwalkers
05. Lights On The Hill
06. We Feel The End
07. Inland Rain
08. The Fall

FORMATION:
Andreas Johansson: Basse
Fredrik Kihlberg: Guitares
Johannes Persson: Guitares
Kristian Karlsson: Chant / Claviers
Magnus Líndberg: Guitares / Batterie
Thomas Hedlund: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
CULT OF LUNA: Nouvel album en février
DERNIERE INTERVIEW
CULT OF LUNA (24 JANVIER 2013)
"L’idée de base de cet album est d’être un peu le contraste de son prédécesseur"
 
AUTRES CHRONIQUES
PRETTY MAIDS: Undress Your Madness (2019)
HARD ROCK MELODIQUE - Le mastodonte Pretty Maids est encore en vie et nous envoie un nouveau pavé au visage.
DAVID HASSELHOFF: Open Your Eyes (2019)
ROCK - Si "Open Your Eyes" ne passera pas à la postérité, il n'en demeure pas moins un album respectueux et assumé d'un artiste qui mérite plus que l'image qu'on nous présente de lui.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT CULT OF LUNA
CULT-OF-LUNA_The-Raging-River
The Raging River (2021)
4/5
-/5
SEASON OF MIST / POST METAL
CULT-OF-LUNA_Vertikal
Vertikal (2013)
4/5
4/5
INDIE RECORDINGS / HARDCORE
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021