MW / Accueil / Chroniques / ALTESIA: Paragon Circus
GROUPE/AUTEUR:

ALTESIA

(FRANCE)

TITRE:
PARAGON CIRCUS
ANNEE PARUTION:
2019
LABEL:
AUTOPRODUCTION
GENRE:
METAL PROGRESSIF / ROCK PROGRESSIF
"La révélation rock/metal prog de cette fin d’année !"
NEWF - 24.12.2019 -
Amis lecteurs, si d’aventure un chroniqueur vous affirme qu’il est parfaitement objectif, vous pouvez lui sourire ironiquement. Car par nature, une chronique n’est jamais objective. Les chroniqueurs musicaux sont avant tout des passionnés, avec leurs influences, leurs styles de prédilection, leurs univers, leurs goûts et leurs oreilles (dé)formées par de nombreuses années passées à écouter un nombre incalculable d’albums dans le but d’assouvir leur amour pour la musique et sa transmission. Cela dit, la subjectivité n’empêche pas le professionnalisme. Et si cette chronique du tout premier album d’Altesia est forcément subjective, je vous garantis qu’elle ne l’est ni plus ni moins que toutes les autres. Inutile donc de me taxer de copinage car, malgré les liens qui unissent Altesia à Music Waves, "Paragon Circus" n’a subi aucun traitement de faveur, à part celui de tourner en boucle dans mes enceintes, presqu’aussi surprises que moi d’entendre ce qu’il faut bien appeler la révélation de cette fin d’année.

Dans le milieu de la musique, il est un lieu commun qui a la vie dure : les chroniqueurs seraient des musiciens frustrés, contraints de juger le travail des autres, n’étant eux-mêmes pas suffisamment talentueux pour franchir le pas de la création d’un album. Altesia, comme beaucoup d’autres groupes avant lui, vient pulvériser ce cliché de la plus belle des manières.

Le groupe bordelais est le projet de Clément Darrieu. Clément est chroniqueur pour Music Waves et vu la qualité de "Paragon Circus", nous n’en sommes pas peu fiers. Chanteur, multi-instrumentiste et compositeur méticuleux, Clément est avant tout un musicien passionné. Il a peaufiné dans les moindres détails pendant deux ans la composition de ce premier album, avant de trouver le line-up qui saura l’accompagner pour interpréter sa vision d’une musique progressive riche, intense et toujours mélodique, à la frontière du rock et du metal.

La musique d’Altesia est nourrie de nombreuses influences, dont les principales sont sans conteste Opeth (‘Pandora’), Haken (‘Amidst The Smoke’) et dans une moindre mesure Dream Theater (‘Reminiscence’). Passées par le prisme du talent de Clément Darrieu, elles sont avant tout une source d’inspiration au service de sa personnalité artistique affirmée, qui conjugue brillamment fraîcheur et maturité au fil de compositions savoureuses et éclectiques.

Album concept traitant de l’auto-destruction de l’homme dans notre société moderne individualiste, "Paragon Circus" surprend sans cesse l’auditeur par la justesse de ses transitions et par la variété de ses ambiances à l’intérieur d’un même morceau, comme sur le fabuleux ‘Cassandra’s Prophecy’, epic de près de 18 minutes, où le rock progressif le plus mélodique côtoie la puissance du metal au fil de changements d’atmosphères jouissifs. Cet éclectisme est soutenu par l’intervention d’instruments originaux, notamment le violon (‘The Prison Child’, ‘Cassandra’s Prophecy’) et le saxophone (‘Reminiscence’), et par un chant growl discret en arrière-plan qui vient pimenter judicieusement certains passages vocaux (‘Hex Reverse’, ‘Cassandra’s Prophecy’).

Tout le talent de Clément Darrieu s’exprime dans son chant clair chaleureux et enveloppant et dans sa superbe voix de tête (‘Hex Reverse’), qui sait quand il le faut céder la place à de longues plages instrumentales particulièrement inspirées, sur lesquelles les musiciens d’Altesia peuvent exprimer tout leur talent. Des claviers précis d’Henri Bordillon au travail (poly)rythmique rigoureux de Yann Ménage en passant par les solos de guitare techniques et inspirés d’Alexis Casanova, tous contribuent à la richesse impressionnante des compositions de "Paragon Circus".

Avec ce premier album qui a tout d’un coup de maître, Altesia fera le bonheur de tous les amateurs de rock et metal progressif. D’ores et déjà, "Paragon Circus" révèle au grand jour tout le talent de son auteur Clément Darrieu. Bravo gamin ! Je t’encourage à me donner encore de nombreuses claques comme celle-ci.

Plus d'information sur https://www.facebook.com/altesiamusic/

VIDEO

GROUPES PROCHES:
PORCUPINE TREE, DREAM THEATER, OPETH, TRANSATLANTIC, HAKEN, FLYING COLORS, SOUTHERN EMPIRE

LISTE DES PISTES:
01. Pandora
02. Reminiscence
03. Amidst the smoke
04. The prison child
05. Hex reverse
06. Cassandra's prophecy


FORMATION:
Alexis Casanova: Guitares / Choeurs
Antoine Pirog: Basse / Choeurs
Clément Darrieu: Chant / Guitares
Henri Bordillon: Claviers
Yann Ménage: Batterie


TAGS:
Epique, Technique, Concept-album
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id

LOLO_THE_BEST59 - 27/12/2019 11:38:30
Voilà, j'ai acheté parce que ;
Les extraits que j'ai écouté m'ont beaucoup plu
J'encourage et la démarche et le talent
Sortant moi même mon 1er album en 2020, j'espère que d'autres feront comme moi (!!!)
9075 24135
 com_user_id

  CALGEPO   - 27/12/2019 18:59:43
Où peut on avoir des info sur ce futur album ?

  LOLO_THE_BEST59   - 05/01/2020 12:52:00
@Calgepo : l'album est en phase finale de mixage, mais je ne manquerais pas de m'adresser à Music Waves dès qu'il est finalisé.

  CALGEPO   - 06/01/2020 08:54:40
Excellent. J'attends cela avec impatience

CALGEPO - 24/12/2019 09:38:40
Ma découverte du metal progressif s’est faite principalement à l’occasion de la sortie de Metropolis part.2 : Scene From A Memory de Dream Theater. Depuis lors, outre les américains, j’ai écouté plusieurs autres groupes oscillant dans cette veine tels que Queensrÿche, Pain Of Salvation, Haken, Opeth… Si tous ces groupes ont su me procurer beaucoup de plaisir au fil de leur discographie, celui-ci s’est un peu estompé au fil des ans soit parce qu’à force d’en écouter j’ai fini par frôler overdose soit parce que souvent ces groupes se sont perdus dans des expérimentations stériles, incompréhensibles ou une technique tellement débordante au détriment de ce qui reste essentiel, la mélodie et l’émotion.

Alors, lorsque j’ai eu vent de la sortie du premier album d’Altesia deux sentiments sont montés en moi : la joie satisfaite de voir l’aboutissement d’un projet mené depuis longtemps par un proche et en même temps la crainte de ne pas éprouver autant de plaisir qu’auparavant à l’écoute d’un nouvel album de metal progressif.

Alors pour tuer le suspens, ce « Paragon Circus » m’a apporté, toute proportion gardée (car il n'y a plus la surprise de la découverte d'un nouveau style musical), le même sentiment de contentement ressenti en 2000 lors de ma première écoute de SFAM, c’est dire ! Seul le dernier POS en date m’avait procuré un tel sentiment (je suis certainement aussi passé à côté d’autres albums vous pourriez me rétorquer à juste titre). Je partage chaque élément de l’excellente chronique rédigée par Newf.

J’y rajoute quelques éléments symphoniques qui me paraissent important de souligner dans le projet et salue au passage le travail effectué sur les claviers qui, à mon sens, est une des belles réussites de cet album. Les nappes, avec un choix de sons judicieux, le piano, l’aspect orchestral par certains moments enrobent l’ensemble de fort belle manière. Même si, à l’origine, il s’agissait du projet solo de Clément, celui-ci a recruté des musiciens très talentueux qui se sont mis au diapason des morceaux. Tout est très bien calibré, équilibré que ce soit en termes de solos que de rythmique, de mouvements puissants et ceux presque plus atmosphériques, plus posés.

Que dire de ces petites touches funk-jazz-cordes qui jalonnent cet album en lui apportant une touche personnelle au milieu des influences, certes flagrantes, mais tellement bien assimilées et retranscrites pour être au service des compositions.

Voilà un bien joli premier album qui enchantera cette fin 2019 et le début de l’année prochaine pour la sortie d’une version physique tant attendue. Nul doute que Clément, et son groupe, sauront nous offrir un second album de qualité avec encore plus de relief et de personnalité, expliquant ainsi la note de 4 qui accompagne pour la forme cet avis et qui laisse place surtout à la progression sans pression (dans le cœur elle équivaut à un 5). Et s’il continue comme ça, avec calme et cohésion, le combo est certainement promis à un très bel avenir. Mais en attendant savourons le présent avec ce « Pragon Circus » de toute beauté ! Altesia jacta est (je dois un copyright pour ces derniers mots).
12120 24132
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
EN RELATION AVEC ALTESIA
DERNIERE ACTUALITE
LE FUTUR DU METAL PROG ALTESIA S'INVITE SUR MUSIC WAVES!
INTERVIEW

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant ALTESIA
 
DERNIER ARTICLE
La bataille d'Altesia a eu lieu à Bordeaux en l'an 2019 après Jésus Christ

Lire l'article
Voir tous les articles concernant ALTESIA
 
NOTES
 
4/5 (8 avis)
4.4/5 (5 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT ALTESIA
 
ALTESIA_Paragon-Circus Paragon Circus (2019)
AUTOPRODUCTION / METAL PROGRESSIF
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2020