GROUPE/AUTEUR:

DISILLUSION

(ALLEMAGNE)

TITRE:
THE LIBERATION (2019)
LABEL:
PROPHECY
GENRE:
METAL PROGRESSIF

"L’exercice était risqué tant les attentes étaient fortes mais Disillusion répond de la plus belle des manières en proposant "The Liberation", le meilleur successeur possible à "Back To Times of Splendor"."
STRUCK - 30.12.2019 - (0) Avis des lecteurs - (1) commentaire(s)
4/5
Je vous parle d’un temps que les moins de… 15 ans ne peuvent pas connaître ! Un temps révolu où le death progressif avait le vent en poupe. Opeth sortait tout juste de son mythique diptyque "Deliverance" / "Damnation" et allait embrayer sur l’excellentissime "Ghost Reveries". Les précurseurs du genre Edge of Sanity allaient donner une suite au légendaire "Crimson". Orphaned Land sortait son révolutionnaire "Mabool". Le black metal d’Enslaved entamait un virage plus progressif avec "Isa". Subterranean Masquerade déboulait avec son "Suspended Animation Dreams" un an plus tard. Novembers Doom préparait "The Novella Reservoir" qui allait succéder à l’excellent "The Pale Haunt Departure"…

Au coeur de cette effervescence, un trio allemand allait également marquer de son empreinte le paysage progressif extrême avec le fabuleux "Back To Times of Splendor". Fort de cette reconnaissance, les Allemands avaient remis le couvert deux ans plus tard avec "Gloria" qui ne rencontra pas son public en raison d’un virage expérimental trop radical. Dès lors, il faudra attendre 10 ans pour que le groupe redonne enfin signe de vie avec un single ‘Alea’ aux accents résolument prog. Et c’est donc l’année des 15 ans de l’album qui les a fait connaître aux yeux du microcosme metal progressif que Disillusion revient avec son troisième album "The Liberation".

Rassurons de suite les fans de la première heure, "The Liberation" se situe plus dans la lignée de l'incontournable "Back To Times of Splendor" que l’audacieux "Gloria". Et l’instrumental introductif ‘In Waking Hours’ qui ouvre la voie tout en délicatesse nous prépare à l’immersion totale qui s’ensuit avec ‘Wintertide’, qui sera à n’en pas douter une nouvelle pierre angulaire dans la carrière des Allemands. Du haut de ses plus de 12 minutes, ce titre fait office de premier point d’orgue de cette nouvelle offrande de Disillusion. Car nous pouvons bel et bien parler de cadeau : avec ce premier pavé, Andy "Vurtox" Smith nous concocte une nouvelle perle death progressive entre longue montée en puissance crescendo captivante, break envoûtant et final apocalyptique. Dans un état d’esprit similaire, ‘The Liberation’ se pose dans la droite lignée de ce qu’avait fait le groupe sur ‘Back to Times of Splendor’ avec sa montée en puissance toute mélodeath pour mieux cueillir l’auditeur au gré d’un accalmie toute progressive et enfin repartir de plus belle sur un final en forme d’apothéose.

‘The Mountain’ - et ses 12 minutes (encore) - pousse au paroxysme les développements évoqués par ailleurs. Ce titre s’annonce à la façon d’un conte doom mélancolique glacial et glaçant par le prisme du chant narratif du caméléon vocal Andy Smith soutenu par une trompette particulièrement poignante sur sa première partie et enchaîne sur un metal progressif classieux qui clôt l’ensemble de la plus belle manière et finit d’achever l’auditeur sous le charme.

Dire qu’Andy Smith et sa bande aiment développer leurs ambiances à leur paroxysme est un euphémisme mais ce procédé comporte ses limites comme sur l’interlude ‘A Shimmer in the Darkest Sea’ et ses accents chamaniques qui - bien que composé d’un refrain qui reste facilement en tête - s’étend en longueur et aurait mérité d’être raccourci. Mais Disillusion sait également se faire efficace tout en restant concis comme en témoignent de petites pépites mélodeath et au break typiquement progressif comme ‘The Great Unknow’ ou encore le magnifique et envoûtant ‘Time to Let Go’.

Pour pouvoir réaliser un tel tour de force, chaque membre doit faire preuve d’une réelle maîtrise de son instrument et une nouvelle fois, sans surprise, la palme revient au géniteur du projet qui en plus d’être un incroyable compositeur-guitariste est un formidable chanteur, que ce soit dans le registre extrême, clair ou encore narratif, avec ce petit truc en plus sur des parties survitaminées où son organe se fait proche d’un Serj Tankian.

Si l’exercice était risqué tant les attentes étaient fortes, Disillusion répond de la plus belle des manières en proposant "The Liberation" qui se pose en digne et vraisemblablement meilleur successeur possible à "Back To Times of Splendor".

Plus d'information sur http://www.disillusion.de



GROUPES PROCHES:
THE OCEAN, OPETH, SOILWORK, HAUCHARD

LISTE DES PISTES:
01. In Waking Hours
02. Wintertide
03. The Great Unknown
04. A Shimmer In The Darkest Sea
05. The Liberation
06. Time To Let Go
07. The Mountain


FORMATION:
Andy Schmidt: Chant / Guitares
Ben Haugg: Guitares
Martin Schulz: Batterie
Sebastian Hupfer: Guitares


TAGS:
Lourde, Mélancolique, Oppressant, Chant guttural
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(1) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
NEWF - 27/10/2019 18:12:51
0
Vraiment un superbe album. Tous les amateurs de death prog et/ou les nostalgiques d'Opeth 1ère période doivent y jeter une oreille d'urgence !
Haut de page
EN RELATION AVEC DISILLUSION
NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
MOSTLY AUTUMN: White Rainbow (2019)
ROCK PROGRESSIF Hommage brillant à un musicien discret, "White Rainbow" brille de mille feux. Nul doute que depuis tout là-haut son inspirateur le verra scintiller.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
CYHRA: No Halos In Hell (2019)
METAL MELODIQUE "No Halos In Hell" est le disque de metal mélodique de l'année 2019, ni plus, ni moins !
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT DISILLUSION
DISILLUSION_Gloria
Gloria (2006)
4/5
2.7/5
METAL BLADE RECORDS / METAL PROGRESSIF
DISILLUSION_Back-To-Times-Of-Splendor
Back To Times Of Splendor (2004)
5/5
4/5
METAL BLADE RECORDS / METAL PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020