.
.
GROUPE/AUTEUR:

RAPTOR KING

(FRANCE)

TITRE:
DINOCOSMOS (2019)
LABEL:
AUTOPRODUCTION
GENRE:
HARDCORE

"Caveau d'un sludgecore cosmique, "Dinocosmos" clôt en beauté la saga de Raptor V. Vive Electric Dream Salamandar, son fils encore plus frappé et vicieux que lui !"
CHILDERIC THOR - 04.03.2020 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
A l'heure de la musique (française avant tout) formatée jusqu'à l'indigestion, aussitôt consommée aussitôt oubliée et qui ne cherche surtout pas à se démarquer, il y a heureusement Raptor King. Non pas que le groupe soit la plus grande invention qui nous ait été donnée d'écouter mais sa folie et son absence de sérieux font tout simplement du bien. Mais derrière le délire de ce casimir vicieux et énervé se planque une espèce d'O.M.N.I. (objet musical non identifié) beaucoup plus malin qu'il n'en l'air, jouet entre les mains de mecs qui savent utiliser leur outillage. De la texture faussement bordélique d'un brouet aux relents frelatés de sludge et de hardcore. En cinq ans et deux EPs les Franciliens ont su façonner un univers qui leur est propre, bariolé et déjanté.

Troisième et - dernière aventure de Raptor V, "Dinocosmos" projette le reptile dans l'espace après avoir pris une branlée par son ennemi juré Pelletor. Une fois sur la lune, il y meurt mais son rejeton, Electric Dream Salamandar, ne tarde pas à prendre la relève et à se venger.  Ce récit commande au groupe un artwork à nouveau de toute beauté, œuvre du fidèle Mark Gregory et surtout de libérer une expression plus démentielle encore, totalement affranchie des codes et des frontières, et qui confirme, si besoin en était encore, son effronté talent. Et son audace.

Ainsi, rien n'effraie le dinosaure qui n'hésite pas à dresser d'emblée un temple haut de presque neuf minutes furieusement progressives, amorce épique qui ne l'empêche pas de tout balayer dans son sillage avec sa queue massive et striée de nervures aiguisées.  Composition-fleuve où éclate leur génie, 'Moon Cavern' dévoile le tribut que ses créateurs doivent à Devin Townsend auquel on est bien obligé de penser et avec lequel ils partagent cette même schizophrénie mêlée d'une maestria échevelée. Limpide quand il est clair ou féroce s'il siffle une bouteille de Destop, le chant de Raptor n'est en outre pas si éloigné que cela des vocalises azimutées du Canadien fou. On ne soulignera à ce titre - et encore un fois - jamais assez la performance puissante du monarque.

Plus trapus et à priori directs, les quatre titres suivants n'en bouillonnent pas moins d'une abondance exaltée entre un 'Salamandar' testiculeux ou un 'The King's Legacy' où copulent éructations porcines, orgues échappées des années 70 et chœurs de fausset dans le creuset brûlant d'un death metal écartelé par des perforations atmosphériques. Que dire de cet 'Extraplanetar' dont le socle lourd et nimbé de lointaines effluves stellaires sert de piste de décollage pour le roi qui vocifère aux quatre vents cependant que rythmique galopante et guitare acérée se déchaînent en une partouze hallucinée. N'oublions pas non plus le terminal 'The Art Of Winning' qui résume à lui seul la façon dont Raptor King passe à la moulinette toutes les influences que ses veines charrient, en un brûlot intense à la fois brutal et cristallin, hargneux et aérien. Le hurlement final sonne la fin du périple, comme si on se réveillait d'un long cauchemar.

Avec "Dinocosmos", Raptor King franchit encore une étape allant encore plus loin que sur ses deux premiers albums., inventeur d'un sludgecore cosmique. Ce faisant, il clôt en beauté la saga de Raptor V. Celui-ci n'est plus mais vive Salamandar !

Plus d'information sur https://www.facebook.com/raptorkingrocks/



GROUPES PROCHES:
SUICIDAL TENDENCIES

LISTE DES PISTES:
01. Moon Cavern
02. Salamandar
03. The King's Legacy
04. Extraplanar (Pelletor's End)
05. The Art of Winning


FORMATION:
Don Coco: Batterie
Nightsmoke: Guitares
Raptor V: Chant
Indian Shredder: Guitares / Invité
Strange Kid Armageddon: Basse / Invité
Thomas Jaegle: Basse / Invité


TAGS:
Lourde, Planant, Technique, Chant grunt/growl
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC RAPTOR KING
DERNIERE ACTUALITE
RAPTOR KING DE RETOUR SUR MUSIC WAVES ET EN CONCERT A PARIS!!!
Toutes les actualités sur RAPTOR KING
DERNIERE INTERVIEW
Quatre ans, il nous aura fallu quatre ans pour oser à nouveau croiser la route de Raptor King à l'occasion de la sortie de "Dinocosmos" et une interview pleine de surprises...

NOTES
- /5 (0 avis) 4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
HAREM SCAREM: Change The World (2020)
HARD ROCK MELODIQUE "Change The World" est encore un opus totalement réussi pour nos Canadiens préférés !
 
CHRONIQUE SUIVANTE
OCEANS: The Sun And The Cold (2020)
DEATH METAL Oceans poursuit son ascension fulgurante et précoce avec un premier album accrocheur et très bien produit.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT RAPTOR KING
RAPTOR-KING_Dinocalypse
Dinocalypse (2017)
4/5
-/5
DOOWEET / HARDCORE
RAPTOR-KING_DINOCRACY
Dinocracy (2015)
3/5
-/5
DOOWEET / HARDCORE
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020