GROUPE/AUTEUR:

KING SOLOMON HICKS

(ETATS UNIS)

TITRE:
HARLEM (2020)
LABEL:
PROVOGUE RECORDS
GENRE:
BLUES

"Nouvel enfant prodige du blues, King Solomon Hicks livre avec "Harlem" un premier album solo très classique et bien trop timoré."
NEWF - 12.03.2020 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
2/5
Enième petit prodige du blues, King Solomon Hicks est né à Harlem il y a 25 ans, en plein âge d’or du rap US. C’est pourtant vers la guitare que le cœur du petit Solomon a penché très tôt et à l’âge de 13 ans, il était déjà guitariste au sein du célèbre Cotton Club. Pour son premier album solo, le jeune New-Yorkais rend hommage au quartier de son enfance, qui a hébergé tant de grands noms de la musique afro-américaine.

Pas de doute, "Harlem" est un album de blues, avec tout ce qu’un album de blues comporte de passages obligés : des compositions originales, des reprises, du groove (un peu), des solos de guitare (beaucoup) et la volonté farouche de respecter les codes du genre. C’est là que le bât blesse, car même s’il est facile de supposer que ce premier album est pensé comme la carte de visite d’un artiste émergeant, il est difficile de se passionner pour une œuvre qui empile les clichés sans la moindre prise de risque.

Certes, King Solomon Hicks sait jouer le blues et sa voix soul délicate est très agréable. Mais le classicisme de l’interprétation renvoie au mieux aux standards du Chicago blues version Blues Brothers (‘421 South Main’) et au jazz funk de George Benson (la reprise instrumentale réussie de ‘Love is Alive’ de Gary Wright), au pire au blues rock le plus rebattu et le moins inspiré (‘Have Mercy On Me’, ‘Riverside Drive’).

Pourtant, à l’exception du titre ‘It’s Alright’ qui semble sorti tout droit d’une jam session inachevée, l’album est dans l’ensemble bien réalisé. Mais King Solomon Hicks pêche par un excès d’humilité qui masque sa personnalité d’artiste et occulte son réel potentiel de bluesman. D’autant plus que le choix de certaines reprises est assez curieux. Quel besoin par exemple de reprendre la ballade soul ‘I Love You More Than You’ll Ever Know’ de Al Kooper alors que la version de Donny Hathaway reste à jamais insurpassable ?

"Harlem" est hélas un album de blues de plus, sans aspérité et donc sans génie, destiné à faire perdurer un style que la jeune génération, à quelques rares exceptions près, a bien du mal à s’approprier. Ce n’est pourtant qu’au prix d’une relecture personnelle et ambitieuse du blues de ses aînés que King Solomon Hicks parviendra à se faire un nom. Souhaitons qu’il y parvienne. En tout cas, il a tout l’avenir devant lui pour s’affirmer.

Plus d'information sur https://www.facebook.com/kingsolomonhicks/



GROUPES PROCHES:
GEORGE BENSON, BB KING, QUINN SULLIVAN

LISTE DES PISTES:
01. I'd Rather Be Blind
02. Everyday I Sing The Blues
03. What the Devil Loves
04. 421 South Main
05. I Love You More Than You'll Ever Know
06. Headed Back to Memphis
07. Love Is Alive
08. Have Mercy on Me
09. Riverside Drive
10. It's Alright
11. Help Me


FORMATION:
Alex Tremblay: Basse
Don Palmer: Batterie
Judd Nielsen: Claviers
King Solomon Hicks: Chant / Guitares
Matt Carillo: Saxophone
Noel Simone Wippler: Chant


TAGS:
Bluesy, Old School
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC KING SOLOMON HICKS
DERNIERE ACTUALITE
KING SOLOMON HICKS: Nouvel album en mars
Toutes les actualités sur KING SOLOMON HICKS
NOTES
- /5 (0 avis) 2/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
DECARLO: Lightning Strikes Twice (2020)
A.O.R. "Lightning Strikes Twice" dévoile les trésors de son AOR/rock FM US après chaque écoute et fait de DeCarlo le meilleur antidote aux symptômes de manque ressentis par les amateurs de Boston.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
TOUNDRA: Das Cabinet Des Dr. Caligari (2020)
POST ROCK Ré-écrire la BO du film “Das Cabinet Des Dr Caligari” de 1920 est un pari risqué qui éloigne Toundra du heavy post-rock habituel vers un rock atmosphérique d'ambiance. À écouter en regardant le film pour ne pas passer à côté.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT KING SOLOMON HICKS
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020