GROUPE/AUTEUR:

UDO PANNEKEET

(HOLLANDE)

TITRE:
ELECTRIC REGIONS (2019)
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
JAZZ

"Virage à 180 degrés pour le bassiste de Focus qui expérimente le monde du jazz à travers cet album solo aventureux et diversifié."
DARIALYS - 10.02.2020 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
3/5
Si le groupe Focus a marqué la scène progressive hollandaise au fer rouge dans les années 70, notamment avec son titre débridé ‘Hocus Pocus’ (extrait de "Moving Waves"), Udo Pannekeet, le bassiste de la formation néerlandaise, lui, est moins connu. Désirant s’affranchir des influences Focus, le musicien a choisi de s’émanciper du répertoire habituel du groupe en sortant fin 2019 un album solo orienté 100% jazz. Et pour ce faire, pas moins de 15 instrumentistes font leur apparition ! Un line-up dont Udo Pannekeet affirme être très fier.

C’est en écrivant le morceau ‘Electric Regions Part One’ long de près de 24 minutes en 2015 que l’idée d’écrire un album solo germe dans l’esprit de l’as de la quatre cordes. Et il n’aura fallu que quatre semaines à l’homme fort de ce disque pour écrire ce morceau à tiroirs ! Sur une introduction de contrebasse, les cuivres ne mettent pas longtemps à faire leur apparition. On retrouve un rythme hip-hop sur fond de trompettes, des solos à la chaîne avec divers instruments, une alternance de moments rythmés et de phases plus calmes, et même un côté plus jazz-rock sur la deuxième partie du titre avec un solo de guitare légèrement crunchy. Sur la fin du titre, ce sont des airs de samba qui s’invitent à la fête, avant qu’une accalmie plus typée soul ne prenne le relais. Vous l’aurez compris, l’artiste traverse tous les styles dans ce morceau qui reste malgré tout cohérent tout du long.

Les autres morceaux respectent des formats beaucoup plus standards et ramassés. ‘Little Nura’, en milieu de disque joue le rôle d’intermède, emmené par une contrebasse aux notes aiguës quasi-solitaire tout le long, délivrant une ambiance intimiste proche d’une BO de film. Sur ‘The Antibes Situation’, la rythmique s’accélère et une nouvelle dimension électro apparaît.

A l’instar du premier titre, cet album est donc relativement varié et permet à Udo Pannekeet d’explorer de nouvelles dimensions musicales. L’absence totale de chant, composante très fréquente dans le milieu jazz, et l’aspect parfois expérimental voire dissonant font de ce "Electric Regions" un disque assez peu accessible qui reste malgré tout relativement intéressant. A conseiller aux amateurs de jazz et aux fans de Focus dotés d’une certaine curiosité.

Plus d'information sur https://www.facebook.com/udopannekeet



GROUPES PROCHES:
FOCUS

LISTE DES PISTES:
01. Electric Regions Part One - 23:51
02. Integration Yes - 5:43
03. Little Nura - 3:09
04. The Antibes Situation - 4:52
05. Cocon Cocon - 6:16


FORMATION:
Eef Albers: Guitares
Ilja Reijngoud: Trombonne
Jan Van Duikeren: Trompette
Jelle Roozenburg: Guitares
Jos De Haas: Percussions
Marcel Serierse: Batterie
Martijn Van Iterson: Guitares
Menno Gootjes: Guitares
Nils Van Halften: Saxophone, Clarinette
Rein Godefroy: Claviers / Piano
Remco De Landmeter: Flûte
Rene Ten Cate: Vibraphone
Tim Langedijk: Guitares
Tom Beek: Saxophone
Udo Pannekeet: Basse / Claviers / Batterie


TAGS:
Expérimental, Fusion, Jazzy
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC UDO PANNEKEET
NOTES
- /5 (0 avis) 3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
ISON: Inner-space (2019)
DOOM "Inner-Space" est un vol (in)habité dans des contrées reculées et inaccessibles, parfaitement révélateur d'une personnalité unique qui allie la léthargie du doom et l'errance soyeuse du rock atmosphérique.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
JAZ COLEMAN: Magna Invocatio (2019)
ROCK Jaz Coleman nous propose une nouvelle façon d'écouter Killing Joke : en symphonie ! Si l'ensemble est parfois un peu indigeste et redondant, on peut toutefois accepter de se laisser bercer !
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT UDO PANNEKEET
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020