GROUPE/AUTEUR:

JOE SATRIANI

(ETATS UNIS)

TITRE:
SHAPESHIFTING (2020)
LABEL:
SONY MUSIC
GENRE:
GUITAR HERO

""Shapeshifting" est sans doute l’album le plus intime et le plus introspectif de Joe Satriani."
NEWF - 03.04.2020 - (1) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
A l’âge de 18 ans, Joe Satriani a pris quelques cours avec le pianiste de jazz Lennie Tristano. L’un des exercices consistait à choisir n’importe quel morceau et à chanter la mélodie et les solos avant de les jouer. L’objectif était de comprendre le sens de la musique, plutôt que d’interpréter bêtement les partitions. Tout le secret de la musique de Satriani vient de là. Il n’a eu de cesse pendant toute sa longue carrière de simplifier son jeu pour en faire jaillir le sens. A l’heure où certains guitaristes youtubeurs considèrent l’apprentissage de certaines techniques comme autant d’exploits sportifs, où certains poussent même le vice jusqu’à tricher sur la vitesse de leur jeu (les fake guitarists pullulent sur la toile ces temps-ci), Joe, lui, compose avant tout de la musique et n’utilise la technique que comme un outil au service de son prodigieux talent. Et à 63 ans, il est toujours là, fidèle à sa vision de la guitare instrumentale qu’il a popularisée au-delà de ses espérances, et des nôtres.

"Shapeshifting" est son dix-huitième album et, comme souvent avec lui, il prend le contre-pied de l’album précédent. "What Happens Next" était très rock, cohérent et optimiste. "Shapeshifting" est plus introspectif, éclectique et mélancolique. Joe ne délaisse pas pour autant le rock groovy qui fait l’essence même de sa musique et nous délivre des petites bombes jouissives dont il a le secret (‘Shapeshifting’, ‘Big Distortion’). Mais l’ambiance générale de l’album est plus délicate et nostalgique. L’émotion surgit à de nombreuses reprises au gré de mélodies sublimes (le magnifique ‘All For Love’, le celtisant ‘TearDr_ops’) qui confirment, s’il en est besoin, que l’artiste possède le plus fantastique toucher de toute l’histoire de la guitare électrique.

Avec "Shapeshifting", Satriani pose un regard souvent touchant sur son passé, comme il a pu le faire l’an dernier en rééditant des enregistrements de son tout premier groupe Squares. Ainsi le titre ‘Nineteen Eighty’ et son riff clin d’œil à ‘Surfing With The Alien’ est un hommage aux années quatre-vingts qui l’ont révélé au monde entier, le magnifique ‘Waiting’ évoque le titre ‘Rubina’ paru sur son tout premier album "Not Of This Earth" et le dépouillé et funky ‘Falling Stars’ renvoie à l’album "Joe Satriani" de 1995. Mais si la nostalgie est un sentiment nouveau dans son expression musicale, le naturel pudique et joyeux de l’artiste reprend souvent le dessus, à l’instar du sautillant ‘All My Friends Are Here’, même si cet optimisme paraît parfois un peu forcé (le très dispensable et anecdotique ‘Yesterdays Yesterday’).

En outre, Joe mise aussi sur l’éclectisme, comme il l’avait fait pour "Strange Beautiful Music". Il s’appuie pour cela sur un line-up renouvelé, avec Kenny Aronoff à la batterie (qui avait remplacé Chad Smith pour les tournées de Chickenfoot), Chris Chaney (Jane’s Addiction) à la basse et le retour d’Eric Caudieux aux claviers, avec lequel Joe n’avait plus collaboré depuis 2002. Satriani aborde ainsi des styles bien différents sur "Shapeshifting". C’est souvent très réussi (l’excellent ‘Perfect Dust’ avec ses couplets blues et ses refrains planants,  l’expérimental ‘Ali Farka, Dick Dale, An Alien And Me’ qui mélange rythmes africains et surf music), parfois raté (le heavy redondant ‘Spirits, Ghosts And Outlaws’ ou le reggae ‘Here The Blue River’), mais toujours sincère et interprété avec une humilité désarmante.

"Shapeshifting" est un voyage musical introspectif qui, comme tous les voyages, réserve son lot de surprises et d’imprévus, ses moments de plénitude et ses moments de doute. Ce n’est pas le meilleur album de Joe Satriani mais c’est sans doute le plus intime et celui où il se dévoile le plus, l’album le plus profondément humain de cet artiste exceptionnel.


Plus d'information sur http://www.satriani.com/



GROUPES PROCHES:
PATRICK RONDAT, CHICKENFOOT, ALEX CORDO, YANN ARMELLINO, PAT O'MAY, STEVE VAI

LISTE DES PISTES:
01. Shapeshifting - 3:54
02. Big Distortion - 4:13
03. All for Love - 2:31
04. Ali Farka, Dick Dale, An Alien and Me - 3:42
05. Tears - 4:08
06. Perfect Dust - 3:30
07. Nineteen Eighty
08. All My Friends Are Here - 3:24
09. Spirits, Ghosts and Outlaws - 3:22
10. Falling Stars - 3:41
11. Waiting - 2:36
12. Here the Blue River - 5:01
13. Yesterday's Yesterday - 2:47


FORMATION:
Chris Chaney: Basse
Eric Caudieux: Claviers
Joe Satriani: Guitares
Kenny Aronoff: Batterie
Lisa Coleman: Claviers / Invité


TAGS:
Bluesy, Fusion, Instrumental, Mélancolique, Technique, Guitar-Hero
 
 
(1) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
LOLO_THE_BEST59 - 14/06/2020 -
0 0
2/5
Nous serons d'accord je pense pour admettre que Satriani n'a plus rien à prouver. Et malheureusement pas beaucoup non plus à nous apporter, du moins pas au travers de cet album. Quoiqu'éclectique, ce nouvel opus manque singulièrement de caractère, et on ne peut se départir tout du long d'un air de déjà-entendu. Un album qui plaira aux fans sans doute, et qui rebutera les autres. Il reste malgré tout quelques titres sympathiques, comme "Spirits, ghosts and outlaws" qui tire son épingle du jeu par son énergie communicative.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC JOE SATRIANI
DERNIERE ACTUALITE
JOE SATRIANI: Nouvelle vidéo
Toutes les actualités sur JOE SATRIANI
DERNIER ARTICLE
JOE SATRIANI - LE GRAND REX (PARIS) - 24 SEPTEMBRE 2015
A peine 2 mois après la sortie de son dernier effort Shockwave Supernova, LE Maestro entame sa tournée Européenne par notre beau pays avec une affiche de rêve : Mike Keneally, Marco Minnemann et Bryan Beller pour 2h de pure leçon de guitare... Tous les articles sur JOE SATRIANI
DERNIERE INTERVIEW
Juste avant son entrée sur la scène mythique de l'Olympia, Music Waves a eu le privilège de se voir accorder une brève interview exclusive avec un guitar hero tout aussi mythique, Joe Satriani pour faire un tour rapide et exhaustif de sa longue carrière.

NOTES
2/5 (1 avis) 3.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
PURE REASON REVOLUTION: Eupnea (2020)
ROCK PROGRESSIF "Eupnea" procure des sentiments mitigés : génialement atmosphérique ou limité dans ses développements mélodiques ?
 
CHRONIQUE SUIVANTE
FIRST SIGNAL: One Step Over The Line (2016)
A.O.R. Quatre titres succulents se détachent de "One Step Over The Line", agréable opus de First Signal.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT JOE SATRIANI
JOE-SATRIANI_What-Happens-Next
What Happens Next (2018)
5/5
4.3/5
SONY MUSIC / GUITAR HERO
JOE-SATRIANI_Shockwave-Supernova
Shockwave Supernova (2015)
4/5
4/5
AUTRE LABEL / GUITAR HERO
JOE-SATRIANI_Unstoppable-Momentum
Unstoppable Momentum (2013)
4/5
4/5
UNIVERSAL / GUITAR HERO
JOE-SATRIANI_Black-Swans-And-Wormhole-Wizards
Black Swans And Wormhole Wizards (2010)
4/5
3/5
EPIC / GUITAR HERO
JOE-SATRIANI_Professor-Satchafunkilus-And-The
Professor Satchafunkilus And The Musterion Of Rock (2008)
3/5
3/5
SONY BMG / GUITAR HERO
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020