GROUPE/AUTEUR:

PARADISE LOST

(ROYAUME UNI)

TITRE:
OBSIDIAN (2020)
LABEL:
NUCLEAR BLAST
GENRE:
METAL GOTHIQUE

"Dressant un pont entre le metal gothique des années 90 et les saillies plus charbonneuses que Paradise Lost exécute depuis une décennie, "Obsidian" est encore une fois un très grand cru !"
CHILDERIC THOR - 18.05.2020 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
4/5
Une question pour commencer : Paradise Lost est-il capable d'enfanter un mauvais album ? Trente-deux ans de carrière et seize offrandes (sans compter les miettes) nous font dire que non, définitivement, les Anglais ne peuvent décevoir. Même lorsqu'ils ont (un peu) déserté les terres métalliques pour aller tâter de la musique pop et electro mais toujours noircie par une mélancolie tourbeuse, ils ont réussi à faire œuvre personnelle et à ne pas sacrifier leur immuable exigence. Il est même d'ailleurs permis de tenir "One Second" pour un de leurs meilleurs disques.

Tout cela pour dire que la qualité est toujours au rendez-vous et que les qualificatifs finissent par manquer au moment d'aborder un de leur nouvel effort. Le fait que les Britanniques n'aient jamais renié leur passé, contrairement à Anathema avec lequel ils ont posé les bases du UK doom au début des années 90, les rend qui plus est éminemment sympathiques, musiciens sincères et passionnés qui ont le metal, gothique ou pas, chevillé au corps. Si leur signature demeure identifiable entre mille, elle n'est pas pour autant figée dans le marbre, elle évolue discrètement.

Ainsi, tout en s'inscrivant dans le sillage funèbre de "Tragic Idol" et "The Plague Within", "Medusa" laissait poindre une faible luminosité. Trois ans plus tard, "Obsidian" paraît vouloir confirmer cette légère remontée vers la clarté du jour, après toutes ces années à creuser les parois d'une mine de charbon. En guise de porte d'entrée, 'Darker Thoughts', qu'introduisent arpèges et notes de violon avant que Nick Holmes ne pose sa voix limpide chargée de regrets, renvoie à l'époque bénie de "Draconian Times", bien que de charbonneuses éructations témoignent que le quintet d'Halifax n'a cependant pas arasé le socle death doom qui fonde tous ses albums depuis (au moins) ces dix dernières années.

Premier titre, premier joyau où transpirent la classe et l'inspiration inoxydables des Anglais qui dressent comme toujours une puissante érection créatrice. Ceux-ci ont annoncé un album extrêmement diversifié. Ils n'ont pas menti car le menu proposé se révèle riche de multiples nuances. Mais entre la coldwave de 'Ghosts', le pur metal gothique qu'honorent 'Forsaken' et ses chœurs féminins ou le doom pétrifié de 'Ravenghast', demeure toujours prégnante une noirceur coutumière. A l'image du chant de Nick Holmes dont les pâles lueurs d'espoir le disputent toutefois toujours avec les abysses ('Fall From Grace').

Reste qu'en définitive plutôt que de tenter d'analyser dans quelle direction il tend, on ne peut que souligner - encore une fois - l'excellente tenue de cet opus. C'est la parfaite exécution (mâtin, ces parties de batterie !) associée à une science impeccable de la mélodie obsédante qui frappe à l'écoute de ces chansons peintes comme des toiles de maître, ce dont témoignent des merveilles d'écriture de l'acabit de 'Serenity' où Greg Mackintosh démontre son art des riffs entêtants qui agissent comme une vigie perçant la brume, ou bien 'Ending Days', perle émotionnelle grondant d'une puissante tension dramatique et saupoudrée d'orchestrations graves et parcimonieuses. Selon leur habitude, les Anglais ne ressentent pas le besoin de remplir leur disque jusqu'à la gueule. Denses et trapus, neuf morceaux remplissent ces 45 minutes, tous guidés par cet admirable souci du détail et de l'accroche acérée mis au service d'une atmosphère tragique.

Affirmer que "Obsidian" est un très grand cru tient du pléonasme. S'il est sans (mauvaise) surprise, ce seizième album réussit une forme de synthèse, dressant un pont entre le metal gothique des années 90 et les saillies plus charbonneuses que Paradise Lost exécute depuis une décennie.

Plus d'information sur http://www.paradiselost.co.uk



GROUPES PROCHES:
VIRTUAL MIND, ECNEPHIAS, AMNEGA, KATANGA, HAUCHARD, AS AUTUMN CALLS, MADINA LAKE, BEYOND THE DREAM, MY DYING BRIDE, FIVE FINGER DEATH PUNCH

LISTE DES PISTES:
01. Darker Thoughts
02. Fall From Grace
03. Ghosts
04. The Devil Embraced
05. Forsaken
06. Serenity
07. Ending Days
08. Hope Dies Young
09. Ravenghast


FORMATION:
Aaron Aedy: Guitares
Greg Mackintosh: Guitares
Nick Holmes: Chant
Steve Edmondson: Basse
Waltteri Väyrynen: Batterie


TAGS:
Mélancolique, Sombre
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC PARADISE LOST
DERNIERE ACTUALITE
PARADISE LOST: Nouvelle extrait de 'Obsidian '
Toutes les actualités sur PARADISE LOST
DERNIER ARTICLE
Paradise Lost + Klone - Tourcoing - Grand Mix - 12 Novembre 2017
Music Waves est à Tourcoing pour assister à la dernière date de la tournée européenne de Paradise Lost. Tous les articles sur PARADISE LOST
DERNIERE INTERVIEW
Les représentants du metal gothique sont de retour avec un nouvel album, "Obsidian", que le guitariste Greg Mackintosh est venu présenter au micro de Music Waves

NOTES
- /5 (0 avis) 3.7/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
THE STRUTS: Young & Dangerous (2018)
ROCK Avec "Young & Dangerous", The Struts s'affirment comme les héritiers des légendes du rock british et le condensé de ce que ces formations ont su offrir de meilleur.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
DEVICIOUS: Phase Three (2020)
HARD ROCK MELODIQUE DeVicious est une fois de plus monté en puissance tout en gardant sa verve mélodique.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT PARADISE LOST
PARADISE-LOST_Medusa
Medusa (2017)
4/5
3/5
NUCLEAR BLAST / METAL GOTHIQUE
PARADISE-LOST_Symphony-Of-The-Lost
Symphony Of The Lost (2015)
2/5
-/5
CENTURY MEDIA RECORDS / METAL GOTHIQUE
PARADISE-LOST_The-Plague-Within
The Plague Within (2015)
4/5
-/5
CENTURY MEDIA RECORDS / METAL GOTHIQUE
PARADISE-LOST_Tragic-Idol
Tragic Idol (2012)
4/5
3/5
CENTURY MEDIA RECORDS / METAL GOTHIQUE
PARADISE-LOST_Faith-Divides-Us--Death-Unites-
Faith Divides Us - Death Unites Us (2009)
4/5
3.7/5
CENTURY MEDIA RECORDS / METAL GOTHIQUE
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020