ARTISTE:

RICK WAKEMAN

(ROYAUME UNI)
TITRE:

THE RED PLANET

(2020)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Instrumental, Symphonique, Technique
"Rick Wakeman revient aux fondamentaux du progressif avec "The Red Planet", livrant un album sans boursouflures, ensoleillé et plaisant à écouter."
CORTO1809 (28.07.2020)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (1) commentaire(s)

King Crimson en a posé la pierre fondatrice avant d'en être l'acteur le plus expérimental. Van der Graaf Generator en fût le diamant noir, Emerson Lake & Palmer un trublion flamboyant et excentrique à l'excès. Mais seul Genesis peut contester à Yes le titre du plus grand groupe de rock progressif de tous les temps. Et si par sa constance dans la qualité Genesis l'emporte, sur la longévité et la pléthore de sa production, directe et indirecte, Yes gagne haut la main. Ainsi, après les sorties du "Crossover" posthume de Peter Banks accompagné de David Cross et de l'excellent "1000 Hands" de Jon Anderson, voici un autre rejeton de la famille, et non des moindres, qui nous gratifie d'un nouvel album. A 71 ans, Rick Wakeman nous présente "The Red Planet" dont tous les titres sont inspirés de la géographie de Mars.

Le fantasque claviériste nous a habitués au meilleur comme au pire, capable de produire parfois d'indigestes soufflés pompeux, saturés de chœurs ridicules et de narrations ennuyeuses. Mais pour ce nouvel album, Rick Wakeman revient à l'essentiel, ne s'entourant que de The English Rock Ensemble, un groupe de musiciens à géométrie variable l'accompagnant depuis 1974 sur une partie de ses albums et en concert, et actuellement constitué de Dave Colquhoun à la guitare, Lee Pomeroy à la basse et Ash Soan à la batterie.

"The Red Planet" est entièrement instrumental et, bien entendu, les claviers tiennent une place majeure. Acoustiques, analogiques ou numériques, les amateurs ne seront pas déçus (même si l'acoustique est peu utilisé, le piano ne se frayant un chemin qu'au détour d'un court mais très beau break sur 'South Pole'). Mais les autres instruments ne servent pas de faire-valoir : la basse rebondie et grondante nous offre un véritable festival d'un bout à l'autre, la batterie donne tout le relief nécessaire de son jeu à la fois fin et musclé (mention spéciale pour sa prestation sur 'Valles Marineris') et la guitare assène de jolis solos ('Aseraeus Mons') ou se la joue acoustique ('Arsia Mons').

Les compositions sont le plus souvent enlevées, enchaînant de façon fluide les thèmes dans la grande tradition progressive. Si la musique n'est pas vraiment cinématique, elle est d'un accès facile et agréable : pas de prise de tête à craindre, le disque passe très bien à la première écoute. Rick Wakeman a gardé de ses passages dans Yes le côté solaire : les titres laissent bien souvent une impression de légèreté et de bien-être, sans aucune trace d'amertume ou de nostalgie. Pas étonnant, venant d'un bon vivant comme Wakeman !

Le seul reproche qui peut être fait à l'album est son manque de sensibilité. Pas de frisson, aucun émoi, aucun spleen, baudelairien ou pas, ne se dégagent de l'écoute. "The Red Planet" n'est pas forcément un grand disque mais un disque qu'on écoute avec plaisir, ce qui n'est déjà pas si mal.


Plus d'information sur http://www.rwcc.com/





LISTE DES PISTES:
01. Aseraeus Mons (05:52)
02. Tharsis Tholus (06:16)
03. Arsia Mons (06:10)
04. Olympus Mons (05:20)
05. The North Plain (06:53)
06. Pavonis Mons (07:13)
07. South Pole (07:35)
08. Valles Marineris (10:02)

FORMATION:
Ash Soan: Batterie
Dave Colquhoun: Guitares
Lee Pomeroy: Basse
Rick Wakeman: Claviers
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(1) COMMENTAIRE(S)    
 
 
TONYB
02/12/2020
  0
Ca faisait longtemps que je ne m'étais pas autant ennuyé à l'écoute d'un album. Seul le pédigrée de son auteur m'a empêché de zapper avant la fin. A la réflexion, j'aurais mieux fait finalement.
Haut de page
LECTEURS:
3.3/5 (3 avis)
STAFF:
2.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
RICK WAKEMAN: Les détails sur 'The Red Planet'
 
AUTRES CHRONIQUES
IMPERIAL TRIUMPHANT: Alphaville (2020)
BLACK METAL - “Alphaville” est un beau roman graphique en cinémascope troublant, qui nécessite un effort conséquent pour apprécier ces visions musicales.
ARCHANGE: Empire (2020)
METAL MELODIQUE - En proposant un metal progressif mélodique de tout premier ordre, Archange effectue une mue musicale très réussie !
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT RICK WAKEMAN
RICK-WAKEMAN_In-The-Nick-Of-Time-Live-in-03
In The Nick Of Time (Live in 2003) (2012)
4/5
-/5
GONZO MULTIMEDIA / ROCK PROGRESSIF
RICK-WAKEMAN_Out-There
Out There (2003)
1/5
-/5
MUSIC FUSION / ROCK PROGRESSIF
RICK-WAKEMAN_Return-To-The-Centre-Of-The-Eart
Return To The Centre Of The Earth (1999)
4/5
4/5
EMI / ROCK PROGRESSIF
RICK-WAKEMAN_The-Myths-And-Legends-Of-King-Ar
The Myths And Legends Of King Arthur... (1975)
2/5
4/5
MUSIC FUSION / ROCK PROGRESSIF
RICK-WAKEMAN_The-Six-Wives-Of-Henry-VIII
The Six Wives Of Henry VIII (1972)
4/5
4/5
A&M / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2023