ARTISTE:

DRACONIAN

(SUÈDE)
TITRE:

UNDER A GODLESS VEIL

(2020)
LABEL:

NAPALM RECORDS

GENRE:

DOOM

TAGS:
Chant féminin, Growl, Mélancolique
"Grondant d'une force endeuillée, "Under A Godless Veil" libère un gothic doom dont les atours macabres sont léchés par une clarté vespérale. Draconian y livre son travail le plus pur et achevé."
CHILDERIC THOR (23.12.2020)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Si les premières secondes de 'Sorrow Of Sophia' suffisent d'emblée à balayer les cinq interminables années qui séparent "Under A Godless Veil" de "Sovran", elles confirment avant tout que Draconian a décidemment eu mille fois raison de recruter la chanteuse Heike Langhans en 2012. Car, nonobstant le talent, plus funèbre, de Lisa Johansson qui l'a précédée à ce poste, la Sud-Africaine possède la capacité rare de nous emporter dans son sillage dès qu'elle pose ses mélopées à la fois limpides et blafardes comme un souffle cristallin. Découverte pour beaucoup grâce à "Sovran", nous avons eu depuis le loisir de savourer  sa voix sur les albums d'ISON et sur le "Another World" de Light Field Reverie, également publié cet automne.

La belle est donc pour beaucoup dans l'attraction que cette septième offrande des Suédois exerce, à tel point qu'on se prend à rêver de la voir seule derrière le micro, sans avoir à partager l'espace avec les vocalises d'outre-tombe de son compère Anders Jacobsson - au demeurant excellentes. Mais sans cette dualité, Draconian ne serait bien sûr pas ce qu'il est. A ce titre, le groupe a su faire la synthèse entre, d'un côté, le gothic doom norvégien, celui des Tristania et Trail Of Tears et de l'autre, du doom finlandais, funéraire mais mélodique, celui de Swallow The Sun notamment. Le fait que la voix poétique de Heike ne soit pas si éloignée que cela de celle de la défunte Aleah Stanbridge, n'est ainsi pas étranger à cette filiation.

Comparé à son devancier, écrin d'une mélancolie céleste et romantique, "Under A Godless Veil" renoue d'ailleurs avec une expression plus morbide comme paraissent l'annoncer l'artwork aux teintes sépulcrales de même que le retour du logo de jadis. En fait, la réalité est, comme souvent, moins simple. Ne serait-ce déjà parce ce que le caractère massif de l'œuvre ne l'aide pas à la pénétrer. Les traits austères qu'elle arbore ajoutent encore à cette approche moins accessible sinon engageante. Certes, il y a donc le chant de Heike qui, puissamment émotionnel, suffit à ferrer le pèlerin, mais ces chansons, au format par ailleurs étiré, présentent une dureté qui tranche autant avec le spleen parfois misérabiliste de "Where Lovers Mourn" (2003) qu'avec la tristesse astrale et soyeuses de "Sovran".

En cela, "Under A Godless Veil" possède une âme qui lui est propre et que l'empreinte de la déesse brune rattache finalement à tort au disque précédent. On devine que la bande de John Ericson a cherché à davantage couler l'organe de la chanteuse dans un creuset plus brut, plus funéraire sans doute, dégraissé de ses artifices liquoreux, et paradoxalement plus romantiques que jamais. Il en résulte un opus aux allures de retable dont les compositions sont écartelées entre noirceur rocailleuse et grâce élégiaque, à l'image de 'Ascend Into Darkness' et ses neuf minutes drapées dans un linceul sombre mais tavelé d'un espoir aussi miraculeux que salvateur.

Tout du long, l'album cultive cette ambivalence entre une force endeuillée et une lumière imbibée dans un éther poétique. Chaque titre en forme le tertre indivisible tel un bloc dont on ne peut extraire une partie plutôt qu'une autre. Si aucune composition ne se détache réellement, toutes se révèlent merveilleuses, bâties sur une écriture d'orfèvre et garnies d'une instrumentation granitique et élégante tout ensemble.

Plus hermétique que ses prédécesseurs, "Under A Godless Veil" ne réussit pas seulement la jonction entre les premiers albums et "Sovran" mais libère un gothic doom dont les atours macabres sont léchés par une clarté vespérale. Ce faisant, il sonne pour Draconian comme son travail le plus pur, comme si celui-ci avait atteint la quintessence de son art.


Plus d'information sur https://www.facebook.com/draconianofficial/



GROUPES PROCHES:
KATATONIA, HAUCHARD, HELEVORN, SHADOWGARDEN, AGUENAOU, THE GATHERING, DOOM:VS, THEATRE OF TRAGEDY

LISTE DES PISTES:
01. Sorrow Of Sophia
02. The Sacrificial Flame
03. Lustrous Heart
04. Sleepwalkers
05. Moon Over Sabaoth
06. Burial Fields
07. The Sethian
08. Claw Marks On The Throne
09. Night Visitor
10. Ascend Into Darkness

FORMATION:
Anders Jacobsson: Chant
Daniel Arvidsson: Guitares
Heike Langhans: Chant
Jerry Torstensson: Batterie
Johan Ericson: Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
DRACONIAN: Nouvel album en octobre
 
AUTRES CHRONIQUES
MARIOS POLITIS: This Is My Story (2020)
POP - Du pop rock venu de Grèce avec ce premier album de Marios Politis. Malgré quelques défauts de jeunesse, "This Is My Story" est plaisant et agréable à écouter.
BLACK PAISLEY: Rambler (2020)
HARD ROCK MELODIQUE - Sortant des sentiers battus du hard rock mélodique, Black Paisley nous propose ici un bien bel objet. Varié et doté d'un son ahurissant de clarté, "Rambler" est un album qui donne la pêche !
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT DRACONIAN
DRACONIAN_Sovran
Sovran (2015)
4/5
-/5
NAPALM RECORDS / DOOM
DRACONIAN_A-Rose-For-The-Apocalypse
A Rose For The Apocalypse (2011)
4/5
4/5
NAPALM RECORDS / DOOM
DRACONIAN_Turning-Season-Within
Turning Season Within (2008)
3/5
5/5
NAPALM RECORDS / METAL GOTHIQUE
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021