ARTISTE:

WHITE WILLOW

(NORVÈGE)
TITRE:

SIGNAL TO NOISE

(2006)
LABEL:

LASER'S EDGE

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Chant féminin, FM, Symphonique
""
ABADDON (06.11.2006)  
2/5
(6) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Cinquième album pour les Norvégiens de White Willow depuis leur formation en 1995, avec de constants changements de line-up ; ici, c’est la chanteuse qui a été remplacée, avec l’arrivée de Trude Eidtangen.

D’emblée on peut souligner que ce Signal to Noise bénéficie d’une impeccable finition : production au top, précision du son et soin extrême apporté à l’équilibre instrumental, ce qui est remarquable quand on sait que l’album a été enregistré en seulement trois semaines : de la belle ouvrage !

Côté compos, il semble que White Willow ait dérivé du strict domaine du folk-prog-symphonique qui a fait son image pour s’ouvrir (ou se fermer, c’est selon) vers un registre plus calibré pop, donc plus accessible pour le grand public. Le titre d’entame montre bien cette évolution : avec le timbre de la nouvelle chanteuse, on croirait entendre du Fleetwood Mac modernisé, avec Christine McVie au micro ! Sympathique, mais pas vraiment progressif ... Impression confirmée sur la plage suivante, Splinters, heureusement tirée de l’enlisement par un instrumental planant bien réussi.

Ghosts, entièrement instrumental, nous fait enfin arriver avec bonheur dans les rivages progressifs affirmés : ambiances inquiétantes, variations réussies, on retrouve toute l’originalité de l’école scandinave.
Plus dure sera la chute ! Joyride est un titre platement pop, bien calibré, à la rythmique terne qui ramène l’auditeur sèchement aux réalités commerciales. Flop !

Poursuivant son numéro de grand écart, le groupe nous propose ensuite The Lingering, vraie réussite qui trouve le parfait équilibre entre les deux faces de White Willow présentes dans cet album : le propret aseptisé et l’atmosphérique inquiétant, alternant avec bonheur les ambiances. L’instrumental central ainsi que le redémarrage final, qui ne manque pas d’ampleur, sont excellement mis en place et exécutés.

Sans surprise, la suite s’avère de nouveau décevante : The Dark Road , ballade suave d’un intérêt mineur et Chrome Dawn, essai d’ambiance à la “Ice” de Camel, en roue libre, laisse une impression d’improvisation plus que de composition ; c’est long, n’est pas Latimer qui veut !

Dusk City renoue avec l’ambiance du morceau d’ouverture et s'autorise une heureuse évolution beaucoup plus intéressante (les ambiances nordiques sont de retour avec la flûte, et c’est tant mieux ! ). L’album se clot brièvement avec Ararat, court morceau instrumental d’ambiance .

Il semble qu’avec ce Signal to Noise, le groupe Norvégien soit tombé dans un piège classique, à trop vouloir élargir son audience. On dispose ici d’un produit très bien fini, mais qui a laissé un peu de son âme dans l’évolution (involution ?) , ce que les amateurs de la première heure regretteront sûrement. Dommage au vu des titres qui surnagent, et qui sont excellents : la note relativement sèche est celle qu'on donne a un bon élève qui s'est laissé aller à donner un devoir en-dessous de sa réelle valeur !


Plus d'information sur http://www.whitewillow.org/





LISTE DES PISTES:
01. Night Surf - 4:12
02. Splinters - 8:36
03. Ghosts - 5:48
04. Joyride - 4:18
05. The Lingering - 9:25
06. The Dark Road - 4:17
07. Chrome Dawn - 7:12
08. Dusk City - 6:05
09. Ararat - 1:35

FORMATION:
Aage Moltke Schou: Batterie
Jacob Holm-lupo: Guitares
Ketil Vestrum Einarsen: Flûte
Lars Fredrik Frøisli: Claviers
Marthe Berger Walthinsen: Basse
Trude Eidtan: Chant
   
(6) AVIS DES LECTEURS    
FAB
28/04/2011
115
  0 0  
4/5
Certes, ce n'est pas un duplicata de "Storm Season", mais ils l'avaient déjà fait, pourquoi se répéter ? J'ai hésité un moment, j'aimais tellement le chant de Sylvia Erichsen.... puis, puis... Ben oui, elle le fait plutôt bien Trude Eidtan. De là à la comparer à C Mac Vie, il y a plus qu'un pas, ou il faudrait donner bien d'autres références aux capacités qu'elle développe ici.
Niveau composition,,, essayez juste de ne pas oublier que c'est White Willow que vous écoutez. Des fois, c'est par ici, des fois par là. On ne sait plus toujours où on en est, mais c'est vraiment agréable de s'envoyer promener comme ça.
Je serai plutôt d'avis à dire que White Willow continue son avancée. C'est de plus en plus mûr. Après... on aime ou pas, mais je ne crois pas qu'on puisse vraiment se prononcer à la première écoute, et ça, c'est déjà un bon signe. Personnellement, je l'ai laissé quelques jours dans le lecteur, les surprises n'en étaient que meilleures, il y avait toujours du nouveau....
Est-il probant de comparer un White Willow à un autre ?? Pour ma part, je préfère me dire qu'à chaque nouvel album correspond un paquet cadeau.
8.5

KEITH_WAKEMAN
21/08/2007
  0 0  
2/5
6+
"White Willow" lorgne de plus en plus du coté de la Pop (Joyride, Night Surf ...). En ce qui me concerne, heureusement que les mélodies accrochent, et que les titres développent de "longues" parties instrumentales plus Rock, plus Progressives. La flûte est toujours aussi sympa, mais trop rare. Je fais également partie de ceux qui préfèrent l'album précédent "Storm Season"... à écouter tout de même !!!

TARJY
21/08/2007
  0 0  
3/5
Ce "Signal To Noise" est certes moins bon que son prédecesseur "Storm Season" mais il n'est pas non plus sans intérêt. Perso, j'aime beaucoup "Splinters, "Ghosts", "The Lingering" et "Chrome Dawn". "Dusk City" et "Night Surf" s'en sortent pas si mal... En fait, seul le titre "Joyride" m'est apparu complètement raté, il faut dire que cette vaine tentative de (mauvaise) pop avait peu de chance de trouver grâce à mes yeux... Au final, un disque tout de même réussi bien que moins homogène et moins "progressif" que ce que nous avait habitué nos norvégiens auparavant.
Voir les 6 avis des lecteurs
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3.5/5 (2 avis)
STAFF:
2.4/5 (5 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
WHITE WILLOW: Future Hopes
 
AUTRES CHRONIQUES
LU7: Efflorescence (2002)
ROCK PROGRESSIF -
ANGRA: Aurora Consurgens (2006)
METAL MELODIQUE - Moins direct que « Temple Of Shadows », mais plus homogène et plus court, "Aurora Consurgens" devrait permettre à Angra non seulement de garder sa place à part dans la scène métal mais aussi d’espérer gagner de nouveaux auditeurs.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT WHITE WILLOW
WHITE-WILLOW_Future-Hopes
Future Hopes (2017)
2/5
4/5
LASER'S EDGE / ROCK PROGRESSIF
WHITE-WILLOW_Terminal-Twilight
Terminal Twilight (2011)
4/5
4/5
TERMO / ROCK PROGRESSIF
WHITE-WILLOW_Storm-Season
Storm Season (2004)
3/5
3.5/5
LASER'S EDGE / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021