ARTISTE:

ROBERT JON & THE WRECK

(ETATS UNIS)
TITRE:

LAST LIGHT ON THE HIGHWAY

(2020)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

ROCK

TAGS:
Bluesy, Folk, Old School, Sudiste
""Last Light On The Highway" impose Robert Jon & The Wreck en tête des nouveaux leaders d'un rock sudiste en plein renouveau."
LOLOCELTIC (04.06.2020)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Alors que Whiskey Myers avait marqué au fer rouge le paysage du rock sudiste avec son album éponyme à la fin de l'année 2019, voici que c'est au tour de Robert Jon & The Wreck de faire la même chose en cette première partie d'année 2020. Mais si les Californiens ont intitulé leur nouvel opus "Last Light On The Highway", ils ont cependant de nombreux points communs avec leurs confrères texans. En effet, alors qu'ils ont sorti leur premier album en 2011, il leur aura fallu de nombreuses années sur les routes et quelques premières parties prestigieuses (Joe Bonamassa, Walter Trout, Eric Gales, etc…) pour commencer à se faire une place au soleil. Tout comme le gang de Cody Cannon, c'est leur précédent album qui leur a ouvert les portes d'une reconnaissance en tant que leader de la relève du genre ("Take Me Higher" – 2019), et nous tuerons toute forme de suspens en déclarant dès à présent que le parallèle avec Whiskey Myers se poursuivra avec un nouvel opus qui va les imposer sur les sommets.

Porté par son leader charismatique, guitariste et chanteur de haut vol, le quintet offre ici une démonstration de ce que le southern rock peut offrir de meilleur, mêlant les influences des plus grands pour un résultat enthousiasmant. Certes, Robert Jon & The Wreck ne révolutionne pas le genre, mais il en assure cependant parfaitement la relève et l'héritage, tout en en affichant une identité affirmée. On pense parfois aux Eagles avec les harmonies de guitares du rock léger et efficace de 'Can't Stand It' , ou au Allman Brothers Band avec celles d'un 'Do You Remember ?' mélancolique sur lequel plane également l'ombre discrète et bienveillante de Warren Haynes. Avec son gros riff, le rock heavy et groovy à la fois de 'Don't Let Me Go' rappelle quant à lui les Black Crowes quand les frères Robinson étaient capables d'unir leurs forces pour le meilleur.

Difficile de ressortir certains titres par rapport à d'autres tant chaque pièce pourrait mériter d'être utilisée comme un single avec un gros potentiel. Seule la suite du titre éponyme déclinée en deux parties sur plus de huit minutes en fin d'album ne pourrait pas envisager de squatter les ondes FM US et anglo-saxonne. Mais c'est uniquement en raison de son format car en dehors de cela, elle représente un des nombreux sommets de cet opus en s'aventurant sur des terres progressives en variant les tempi et les ambiances, se révélant rapidement intense et captivante, riche et épique. Dans un ensemble privilégiant les rythmes lents et la mélancolie, sans s'y embourber pour autant, nous citerons le premier single 'Oh Miss Carolina' accrocheur et au refrain imparable. 'Work It Out' et son mélange de soul et de blues se voit renforcé par une section de cuivres et des chœurs féminins assurés par Mahalia Barnes (la fille de Jimmy Barnes), Jade McRae et Juanita Tippins qui accompagnent habituellement Joe Bonamassa. Quant à la ballade mid-tempo 'Tired Of Drinking Alone', elle prend des atours countrysants pour déverser sa puissance émotionnelle et fera à coup sûr un hit en puissance.

Mais ce sont bien tous les titres qui méritent que vous vous y attardiez, d'autant qu'ils bénéficient tous de superbes soli de la part d'un Henry James Schneekluth capable de varier les plaisirs. "Last Light On The Highway" impose Robert Jon & The Wreck en tête des nouveaux leaders d'un rock sudiste qui vient de trouver son sang neuf avec quelques formations aussi talentueuses et inventives que respectueuses des légendes du genre. Alors que vous partiez pour une virée sur les highways ou que vous vous arrêtiez dans un bon bar enfumé, cet opus sera une parfaite bande-son et transportera le soleil du sud des Etats-Unis avec vous.


Plus d'information sur https://www.facebook.com/robertjonandthewreck/





LISTE DES PISTES:
01. Oh Miss Carolina - 4:16
02. Work It Out - 4:32
03. Can't Stand It - 3:11
04. Tired Of Drinking Alone - 3:44
05. Do You Remember ? - 3:41
06. This Time Around - 3:39
07. Don't Let Me Go - 3:25
08. One Last Time - 4:05
09. Gold - 4:59
10. Last Light On The Highway Part 1 - 2:30
11. Last Light On The Highway Part 2 - 6:04

FORMATION:
Andrew Espantman: Batterie / Chœurs
Henry James Schneekluth: Guitares / Chœurs
Robert Jon Burrison: Chant / Guitares
Steve Maggiora: Claviers / Chœurs
Warren Murrel: Basse / Chœurs
Jade Mcrae: Invité / Chœurs
Juanita Tippins: Invité / Chœurs
Mahalia Barnes: Invité / Chœurs
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
CADAVER: D.g.a.f. (2020)
DEATH METAL - “D.g.a.f” permet à Cadaver de sortir de sa retraite et de renouer avec un death originel, sans toutefois beaucoup de prises de risque.
ASKING ALEXANDRIA: Like A House In Fire (2020)
METALCORE - “Like A House On Fire” est un album de metalcore en charentaises où le brasier n’est qu’une étincelle fugace. Il s’écoute sans peine et s'oubliera peut-être avec encore moins d'efforts...
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021