ARTISTE:

YURI GAGARIN

(SUÈDE)
TITRE:

THE OUTSKIRTS OF REALITY

(2020)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

STONER

TAGS:
Instrumental, Planant, Psychédélique
"Fidèle à son heavy space rock dur et pourtant aérien, Yuri Gagarin foule avec "The Outskirts Of Reality" la surface d'une planète peuplée de dangers et de trésors, en une grandiose aventure spatiale."
CHILDERIC THOR (03.06.2020)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Yuri Gagarin est quand même un groupe un peu paresseux car depuis 2013 seules trois rondelles ont coulé sous les ponts. Et cinq (trop) longues années séparent "At The Center Of All Infinity" de "The Outskirts Of Reality". Nous étions même nombreux à nous demander si les Suédois se délesteraient un jour d'une nouvelle galette ! Mais la voici pourtant, habillée, encore une fois, d'un visuel de toute beauté.

Le troisième album est généralement considéré comme une étape importante dans la carrière d'un groupe, d'autant plus lorsque son devancier, nonobstant de belles qualités, ne s'est pas tout à fait hissé au niveau du chef-d'œuvre originel. Nous en étions donc là avec Yuri Gagarin, auteur d'un premier jet orgasmique, véritable pierre angulaire d'un space rock à la fois lourd et stellaire auquel succéda un "At The Center Of All Infinity" au demeurant superbe quoique moins jubilatoire, son précieux suc caché dans les replis d'une intimité plus difficile d'accès. Qu’en est-il de "The Outskirts Of Reality" ?

Commençons par les choses qui fâchent (un peu). Après cinq ans de silence et une attente interminable, nous aurions aimé déflorer une offrande plus étoffée, laquelle est par ailleurs mitée par un intermède ambient qui ne sert pas à grand-chose même si, par ses effluves cosmiques inquiétantes, il se glisse parfaitement dans ce programme spatial. Soulignons également la place en fin de parcours d'une piste au faux air de 'The Long Rip', qui constituait le point d'orgue du premier album et dont il semble n’être de prime abord qu'une simple resucée (nous y reviendrons). Ces menues réserves énumérées, reconnaissons que "The Outskirts Of Reality" ne déçoit pas.

Exception faite de 'Laboratory 1', l'opus s'articule donc autour de quatre pistes au format généreux (entre huit et treize minutes au compteur), agrégées en un menu trapu auquel une prise de son assez rude confère la dureté rocailleuse propre à nos cosmonautes suédois. Cette façon très heavy de cultiver un rock psyché aux accents cosmiques constitue tout le sel de la musique, davantage sculptée que tricotée, par Yuri Gagarin. Ce qui se vérifie encore davantage avec cet opus que l'énorme 'QSO', tout en tension moelleuse, ouvre de la plus puissante et acérée des manières, éruption voluptueuse crachée par le volcan d'une lointaine planète. En dix minutes, le point G est atteint.

De son côté, 'Oneironaut' s'impose comme un bijou de psychédélisme velouté dans la lignée d'Electric Moon et plus encore d'Ash Ra Tempel (on pense fortement aux travaux de Manuel Göttsching sur le "In Blue" de Klaus Schulze), longue échappée sonore où une guitare stratosphérique explore de mystérieuses contrées aux confins de la galaxie. La jouissance se poursuit avec 'Crystal Dunes', épopée à travers le désert d'une envoûtante beauté que la six-cordes propulse très haut vers les étoiles en un final orné d'arabesques orientalisantes. Enfin, s'il paraît de fait recycler tout un pan de 'The Long Rip' avec lequel il partage un même élan, une même liberté gourmande, le terminal 'The Outskirts Of Reality' n'en achève pas moins l'écoute en apothéose, piloté par le manche démesuré de Christian Lindberg que nimbent les effluves spatiales échappées d'un synthétiseur venu d'ailleurs.

A la fois égal en force jouissive avec le galop d'essai et plus direct que "At The Center Of All Infinity", ce troisième album voit Yuri Gagarin se renouveler avec intelligence, fidèle à son heavy space rock dur et aérien tout ensemble, qu'il bétonne d'une myriade d'idées merveilleuses, livrant la bande-son d'une exploration spatiale pleine de dangers et de trésors. L'attente n'a donc pas été vaine...


Plus d'information sur http://yurigagarinswe.bandcamp.com/



GROUPES PROCHES:
THE COSMIC DEAD, ELECTRIC MOON, ELECTRIC ORANGE, COSMIC GROUND, SULA BASSANA

LISTE DES PISTES:
01. Qso - 10:05
02. Oneironaut - 13:36
03. Crystal Dunes - 07:59
04. Laboratory 1 - 03:48
05. The Outskirts Of Reality - 08:32

FORMATION:
Christian Lindberg: Guitares
Jon Eriksson:
Leif Göransson: Basse
Robin Klockerman: Synthétiseurs
Stefan Johansson: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
BEYOND THE BLACK: Hørizøns (2020)
METAL MELODIQUE - Avec "Hørizøns", Within Temptation et Delain ne sont définitivement plus seuls dans la cour des grands de l’école du metal pop symphonique.
DELTA TEA: The Chessboard (2020)
METAL PROGRESSIF - Le savant mélange jazz fusion / metal progressif de "The Chessboard" s'accompagne d'une écriture passionnante. Vivement la suite !
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT YURI GAGARIN
YURI-GAGARIN_AT-THE-CENTER-OF-ALL-INFINITY
At The Center Of All Infinity (2015)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / STONER
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021